SECURITE HUMAINE 1 Commentaire

Bénin/Grâce présidentielle : détails sur les détenus graciés par Talon

Woosung Guéli (Stag)
publié le 1 août 2019

Dans le cadre de la célébration de la 59ème fête nationale, le président Patrice Talon a annoncé qu’il accordait la grâce aux détenus qui remplissent les conditions. Interrogé par Frissons radio, le Ministre de la Justice apporte des précisions sur les prisonniers concernés.

On en sait davantage sur les détenus graciés par le président de la République dans le cadre de la commémoration du 59ème anniversaire de l’accession du Bénin à la souveraineté internationale. Selon le ministre de la Justice, Sévérin Maxime Quenum rapporté par Frissons radio, la réduction de peines privatives de liberté accordée par le chef de l’Etat va profiter à plusieurs centaines de détenus, notamment 300 à 400 prisonniers.

Les détenus bénéficiaires de cette mesure de grâce accordée par le chef de l’Etat conformément à ses prérogatives constitutionnelles sont ceux coupables d’infractions autres que les crimes de sang, les vols à mains armées, les détournements de deniers publics, les crimes en association, le trafic de drogue et de stupéfiants de même que les meurtres et les viols notamment sur mineures. Les prisonniers bénéficiaires doivent avoir été définitivement condamnés par les juridictions.

Le chef de l’Etat, Patrice Talon, a dans son discours à la nation, 31 juillet 2019, fondé cette décision sur la nécessité de la contribution de tous les Béninois au développement du pays. La patrie a besoin de « toutes ses filles et tous ses fils y compris ceux qui, dans leurs parcours, ont connu des moments de faiblesse au point d’entrer en conflit avec les lois de la République » a souligné Patrice Talon.

Le ministre de la Justice Sévérin Quenum a expliqué que cette mesure participe non seulement de la bienveillance du président de la République mais aussi et surtout du désengorgement des prisons civiles.

 


  • Anagonou janvier
    il y a 1 mois

    Pourquoi cherchons-nous à tirer la queue du diable? Depuis 1960 que nous organisons les élections c est seulement sous la rupture que les experts en politique ont trouvé que les élections sont chères et il faut les coupler .La stratégie de ce régime serait de mettre tout en œuvre pour exclure les autres partis en un seul temps parce qu ils savent très bien qu en donnant le temps aux adversaires ils risquent d être surpris donc il faut tout faire en bloc pour que le camp adverse n est plus d espace de manœuvre.