SECURITE HUMAINE 6 Commentaires

Cotonou : il regarde l’entrejambe de la copine à sa patronne et perd son job

Rosine Dohèto
publié le Feb 18, 2020

Pour avoir contemplé l’entrejambe de l’amie de sa patronne, un conducteur d’une voiture personnelle a perdu son emploi.

Une femme assise dans une voiture

Un chauffeur de voiture privée s’est vu viré après un acte déplacé. Le presque sexagénaire n’oubliera certainement pas la date du 15 février 2020 de sitôt. Ce jour, apprend La Cloche, rapportée par Bénin web TV, après avoir déposé la fille de sa patronne au Collège d’enseignement général (CEG) de Gbégamey, à Cotonou, le chauffeur et dame Sidonie ont continué sur Ouidah. 

LIRE AUSSI: Bénin: 03 hommes revendiquent la paternité d’un bébé à Cotonou

Dame Sidonie, la patronne de Gnonwa le chauffeur, est vendeuse de tissus au marché Dantokpa. A Ouidah, apprend-on, elle était attendue pour une réjouissance. Pendant que sa patronne était affairée à la fête, Gnonwa, s’est endormi dans la voiture. A son réveille, il aurait retourné le rétroviseur intérieur pour se mirer.

Quelques heures plus tard, fait savoir Bénin web TV, dame Sidonie vint s’asseoir sur la banquette arrière de la voiture.  « Pendant qu’elle était en grande conversation avec une dame qui la raccompagnait et qui se tenait à la portière de la voiture, on pouvait voir à travers le rétroviseur déplacé un peu plus tôt par le chauffeur, l’entrecuisse que sa mini- jupe peu transparente exhibait », rapporte le média.

Lorsque Gnonwa s’en est rendu compte, il n’aurait rien fait. « Il se laissa absorber par ce spectacle jusqu’à ce que sa patronne en fasse par hasard le constat. ». Sa patronne s’en prend à lui mais le conducteur « tout confus », aurait nié les faits. Furieuse sans doute, la patronne ne s’arrête pas à ce rappel à l’ordre. Une fois à Cotonou, la vendeuse de tissus a payé à Gnonwa son salaire et mis fin à son travail.


  • Tovidagbé
    il y a 3 mois

    Regarder des cuisses ouvertes, quel est le crime du chauffeur? Si c'est moi, je colle un bon procès à la patronne et elle comprendra.

  • Hermann
    il y a 3 mois

    La patronne a été gentille de lui payer son salaire. Sinon comment regarder l'entrecuisse au travers le rétroviseur, s'il n'avait pas l'habitude de le faire avec sa patronne ? Il pouvait toute fois ajuster le rétroviseur quand il a constaté que celui-ci lui donnait une vue sur l'entrejambe.

  • Isaac Jules GANMADOUALO
    il y a 3 mois

    Cette dernière avait déjà au programme de renvoyer le sieur Gnonwa.Sinon l'acte posé ne mérite même pas après reprimande de renvoyer un employé. Il y avait angui sous roche. Dieu fera elle serait aussi mise à nu un de ces quatre matins!

  • Jules
    il y a 3 mois

    Je pense que le chauffeur n'est pas fautif,parce que nul ne sait s'il a réellement regardé l'entre cuisse de cette femme où pas.Je pense que la patronne n'a pas de cœur en renvoyant celui qui la conduisait avec un esprit posé pour éviter les accidents de route,mais sachez une chose,on connait aujourd'hui mais pas demain...

  • BOZIN Bernard
    il y a 3 mois

    C'est justement parce que la patronne s'est habillée. Si sa tenue fermait les cuisses comment le chauffeur pouvait-il voir ?. Donc elle n'avait pas raison de renvoyer le chauffeur surtout que c'était une provocation.

  • Missigbêtò
    il y a 3 mois

    Est-ce une bonne chosese qu'une femme respectable se mette dans ce genre de tenue pour au moindre petit mouvement de jambe, elle laisse ce spectacle qui en réalité pourrait etre une provocation. La tenue selon moi a été confectinnée à une fin provocatrice seulement que le chauffeur n'était pas la cible.