Tchad: les étudiants contre l’inscription payante dans les universités publiques

Gildas Salomon
publié le 13 novembre 2017

L’instauration des frais d’inscription pour la rentrée universitaire 2017-2018 au Tchad n’agrée pas les étudiants.

Tchad president idriss deby itnoLe Chef d'Etat tchadien, Idriss Déby Itno

Les étudiants au Tchad n’entendent pas payer les frais d’inscription pour le compte de la prochaine rentrée universitaire. 50 000 f cfa, est la somme que chaque étudiant tchadien doit débourser à compter de la rentrée 2017-2018 pour s’inscrire dans une université publique. Mécontent de cette décision du Ministre tchadien de l’Enseignement supérieur, les étudiants n’entendent pas s’y conformer. Déjà, le président national de l’union des étudiants, Richard Guelem est monté au créneau pour dénoncer l’initiative qu’il qualifie «d’irresponsable». Selon lui, jusqu’à la réforme, « les frais d'inscription sont pris en compte par le gouvernement à hauteur de 28 000 fcfa. Le gouvernement doit continuer à assumer sa responsabilité en payant les inscriptions de ses étudiants ». Prenant le contre-pied de l’affirmation de Guelem, un cadre au ministère de l’enseignement supérieur a fait savoir que l’application des frais d’inscription est loin de résoudre les difficultés auxquelles sont  confrontées les universités. Entre autres problèmes, l'absence des bibliothèques et le manque de moyens de transports. En dehors du payement des frais d’inscription qui rentre en vigueur dès la rentrée prochaine, le gouvernement a supprimé aussi la bourse mensuelle estimée à 30 000 Fcfa.

 

 

 

Vous pouvez désormais commenter les articles en tout anonymat. toutefois tout commentaire deplacé sera simplement retiré. merci