Burkina-Affaire Sankara : Macron veut ouvrir la boîte de pandore

Yao Hervé Kingbêwé
publié le 28 novembre 2017

A Ougadougou depuis ce lundi, le président français, Emmanuel Macron a promis de déclassifier les documents relatifs à l’ex-président Thomas Sankara tué en octobre 1987.

thomas-sankara Thomas Sankara, ex-président burkinabé tué en 1987

Les enquêtes sur l’assassinat du Capitaine Thomas Sankara, le dirigeant burkinabé tué le 15 octobre 1987, devraient bientôt avancer. En visite à Ouagadougou depuis ce lundi, le président Emmanuel Macron a annoncé ce mardi, lors d’un point presse au sortir de son tête-à-tête avec le président Marc Roch Christian Kaboré, qu’il lèvera les restrictions sur les documents jusqu’ici classés secret-défense concernant cette affaire et permettre à la justice burkinabè d’y avoir accès.

Lire aussi: Visite de Macron au Burkina : la reconquête française après Compaoré

Cette décision du président Emmanuel Macron devrait permettre à la justice du Burkina-Faso de progresser dans cette affaire qui, trente (30) ans après, n’a toujours pas livré son secret. Des soupçons pèsent contre de nombreuses personnes, notamment l’ancien président Blaise Compaoré. Le président Compaoré chassé en 2015 du pouvoir par la rue était à l’époque numéro 2 du gouvernement révolutionnaire dirigé par le Capitaine Thomas Sankara et beaucoup de responsables militaires et civiles estiment que c’est lui qui a fomenté le coup qui dans lequel le président du Faso a été tué. Mais la justice ignore toujours qui sont ceux qui tués l’ex-dirigeant burkinabé, ceux qui ont commandité son assassinat ou encore ceux qui ont laissé faire.

Lire aussi: Visite au Burkina: Macron justifie le choix de Ouagadougou

 

  • Cyr
    il y a 17 jours

    J'en sais quelque chose. Si la promesse Macron n'esta pas tenue alors là je vais réagir.