BIEN-ETRE 1 Commentaire

Bénin/Secret végétal: à la découverte des plantes avec l’aménagiste Marc Sèwayi

Olivier Ribouis
publié le 13 février 2019

Souvent considérées comme encombrantes, les plantes sont généralement coupées et livrées au feu. Pourtant, elles ont bien de secrets utiles à l’homme sur plusieurs plans. C’est ce que va dévoiler aux lecteurs de Banouto, Marc Sèwayi, Ingénieur aménagiste, passionné des plantes.  Déjà connu pour ses interventions saisissantes sur les plantes à la télévision nationale, il sera le spécialiste de « Secret végétal », votre nouvelle chronique de bien-être.

secret vegetal nouvelle rubrique de banouto au benin Banouto vous emmènent découvrir les vertus des plantes

 

A Gbègnigan où il habite à Abomey-Calavi, Marc Sèwayi a fait une place de choix aux plantes dans sa maison. Du portail à l’intérieur de son domicile, sans piper mot, les plantes de diverses sortes accueillent les visiteurs. Cela est bien évocateur d’une relation entre ces éléments de la nature et l’ingénieur aménagiste qui connaît leurs valeurs.

Devenu "ami des plantes", Marc Sèwayi était un bourreau de ces êtres vivants du règne végétal. « L’aménagiste, c’est d’abord un agent qui s’occupe de la maîtrise d’eau, de la construction des routes et des bâtiments. Au cours de ma carrière, j’ai eu à détruire beaucoup de forêt. Quand j’ai détruit les forêts, je me suis rendu compte de l’impact sur l’environnement », s’est-il confessé en réponse à la question d’où est venue sa passion pour les plantes.

Filant désormais le parfait amour avec les plantes, Marc Sèwayi a mis plusieurs années pour se faire une idée de ce qu’elles représentent autour des hommes.  Ex-agent du Carder Atacora, il a fait 17 ans dans le nord-Bénin. « J’ai vécu avec les Baribas, les Peulhs, les Somba et les Dendis. Ce sont des gens qui n’allaient pas à l’hôpital. Ils se soignaient avec les feuilles, les plantes », fait-il savoir.  « J’ai aussi été à Ilé-Ifè au Nigéria là où j’ai fait mon brevet supérieur en topographie. J’ai profité pour faire une inscription dans une filière consacrée à l’étude des plantes et je suis sorti diplômé de l’université d’Ilé-Ifè en 1998. C’est de mon retour au pays que j’ai fait un Master 2 en environnement », confie-t-il aussi à propos de son parcours.

Les savoirs de Sèwayi

Prompt à parler des secrets de plante, l’homme découvert par ses interventions sur la télévision nationale donne rendez-vous aux lecteurs de Banouto, dans la chronique « Secret végétal ». 

Numéro après numéro, avec lui, on ira à la découverte des plantes.  Déjà, de lui, on apprend pourquoi dans les couvents du Bénin, les plantes occupent une place choix. «Dans les couvents, les gens comptent sur 04 plantes», révèle l’aménagiste qui s’est bien informé à ce sujet. Il y a d’un, «la plante de sanctification parce que, quand tu fais quelque chose de souillant, avant de te rapprocher de Dieu, il faut te sanctifier».  Deuxièmement, «il y a la plante de jugement». Cette plante concerne les interdits chez les féticheurs. Explication : «Pour tout fétiche, au moment de l’initiation, quand on veut te communiquer les interdits, c’est au niveau d’une plante. Avant de t’initier, sous l’arbre de jugement, on te dit " si tu fais telle chose, tu auras tel inconvénient". C’est pour cela qu’on ne transgresse pas les commandements dans le couvent. Ce sont les lois de la nature».

Troisième catégorie de plante dans les couvents selon Marc Sèwayi, «les plantes de traitement». Dans cette catégorie se trouvent les plantes utilisées dans les couvents pour la cicatrisation rapide des scarifications.  4ème catégorie, «les plantes de malédiction». Ce sont des plantes qui servent à jeter des sorts. Certains confondent ça à la sorcellerie.

Hors des couvents, à son niveau, il a procédé à une autre classification.  «J’ai classé les plantes en quatre catégories. La catégorie des plantes qui peuvent cohabiter avec les hommes. Pour cela j’ai étudié les vibrations des plantes. 2ème catégorie, celle des plantes comestibles, c’est-à-dire consommables pour les hommes. 3ème catégorie, les plantes médicinales, celles qui peuvent servir aux soins avec leurs feuilles, racines, écorce, fruits etc. Enfin, les plantes qui protègent l’environnement.  Dans cette catégorie, on peut avoir les plantes qui attirent la pluie, des plantes qui protègent le sol contre l’érosion. Ces quatre catégories me permettent de me servir des plantes», fait savoir l’aménagiste et environnementaliste qui s’apprête à éditer un bouquin. Il y a donc à savoir, et promet Marc Sèwayi, «Avec le temps, on va tout détailler».

AVERTISSEMENT

«Secret végétal» est une chronique de découverte des plantes. Elle est à but informatif pour tous ceux qui souhaitent en apprendre sur les plantes. Avoir recours à un médecin demeure un impératif pour les services de santé.


  • Damien
    il y a 3 mois

    Article très intéressant, comment peut on contacter voire rencontrer M. Sèwayi? merci d'avance et bonne continuation