BIEN-ETRE 0 Commentaire

Bénin: fixation des indemnités de garde et heures supplémentaires des hôpitaux publics

Falilatou Titi
publié le 17 avril 2019

Le gouvernement béninois a fixé les taux des indemnités de garde, d'astreintes et d'heures supplémentaires dans les formations sanitaires publiques. La décision a été prise ce mercredi 17 avril 2019 en conseil des ministres.

benin benjamin hounkpatin ministre de la sante Benjamin Hounkpatin, ministre de la Santé du Bénin

 

Désormais les professionnels de la santé, du secteur public auront une idée claire des leurs indemnités et autres avantages liés à leur travail. Le décret portant fixation des taux des indemnités de garde, d'astreintes et d'heures supplémentaires dans les formations sanitaires a été adopté en Conseil des ministres ce mercredi 17 avril 2019. Selon le compte rendu de la réunion hebdomadaire des membres du gouvernement, le décret vise à garantir la continuité des soins dans les formations sanitaires publiques à travers une organisation cohérente du travail.

Le décret adopté a également pour but de réglementer la gestion des ressources humaines en santé. Et ce, apprend le compte rendu du conseil des ministres, en tenant compte des contraintes organisationnelles requises. Enfin, il permettra d’harmoniser les avantages accordés aux agents concernés par l'offre continue de soins dans les formations sanitaires publiques. «Les personnels de santé ainsi visés sont ceux intervenant dans les formations sanitaires publiques du ministère de la Santé», précise le document.

Le décret fait suite à la décision, en juillet 2018, de suspendre la délivrance d'autorisation et de révoquer les autorisations pour l'exercice en clientèle privée des professions médicales et paramédicales par un agent public fonctionnaire ou contractuel. Nonobstant, certains professionnels de la santé avaient le choix d'être exclusivement au service de l'Etat, ou d'y renoncer pour exercer leur profession dans le privé. Pour ceux qui sont restés dans le secteur public, le gouvernement a estimé qu’il est indispensable de prendre certaines mesures.

«La mise en œuvre de cette réforme nécessite des mesures d'accompagnement adéquates, au profit des agents restés au service de l'Etat, en vue de leur offrir de meilleures conditions de travail leur permettant de délivrer des prestations de qualité aux populations», fait savoir le compte rendu du conseil des ministres. Lesquelles mesures vont permettre d'assurer la disponibilité des professionnels de santé, agents publics, dans les formations sanitaires publiques. La prise de ce décret met fin à la discrimination en harmonisant les avantages accordés aux agents de santé par l’offre continue de soins.

Règlementation du temps de travail

Lors du Conseil des ministres de ce mercredi 17 avril, il a également été décidé de réglementer le temps de travail des professionnels de santé qui exercent dans les hôpitaux publics. Selon le compte rendu du conseil, l’adoption de ce décret entre dans le cadre de la définition des règles générales d'organisation du travail au niveau des structures sanitaires, pour une meilleure gestion du personnel de santé en poste dans ces hôpitaux. «En effet, dans l'exercice de leur profession, les personnels de santé concernés sont astreints aux consultations, aux soins et à la recherche, ou encore à l'encadrement pratique des stagiaires en ce qui concerne les praticiens hospitalo-universitaires», fait remarquer le conseil des ministres.

Vu que l’organisation actuelle du travail hebdomadaire dans les hôpitaux publics ne précise pas la répartition des durées de chaque mission, relève le conseil, le décret vient définir le cadre général d'organisation des charges auxquelles sont astreints ces professionnels de santé «notamment les médecins généralistes, les praticiens hospitaliers, les praticiens hospitalo-universitaires et les paramédicaux par rapport aux activités de consultation, aux actes médicaux, chirurgicaux, et d'anesthésie. Il en est de même des soins infirmiers, obstétricaux, d'explorations diagnostiques, de visite générale et de recherche».

La prise de ces deux décrets entre dans le cadre d’une vaste réforme sanitaire entreprise par le Gouvernement Talon pour améliorer le système de santé du pays.


Vous pouvez désormais commenter les articles en tout anonymat. toutefois tout commentaire deplacé sera simplement retiré. merci