BIEN-ETRE 0 Commentaire

Bénin : séance de sensibilisation à Cotonou sur l’hypertension, un ''tueur silencieux''

Yao Hervé Kingbêwé
publié le 15 mai 2019

Dans le cadre de la célébration de l’édition 2019 de la Journée internationale de lutte contre l’hypertension artérielle,) le groupe de travail sur l’hypertension de la Société béninoise de cardiologie (groupe HTA/SBC), organise vendredi 17 mai prochain à Cotonou une conférence grand public sur ce ''tueur silencieux''.

fatnelle-dossou-togbe Dr Fatnelle Dossou-Togbé Towou, présidente du groupe HTA/SBC

Si la tendance se maintient, le nombre de personnes hypertendues dans le monde (1 milliard en 2000), atteindra en 2025 1,6 milliard d’hypertendus dont 150 millions en Afrique Subsaharienne.  Des chiffres qui ne laissent guère indifférente la Société béninoise de cardiologie. A travers son groupe de travail sur l’hypertension artérielle, la SBC, dans le cadre de la célébration de l’édition 2019 de la Journée internationale de lutte contre l’hypertension artérielle autour du thème : « Connaître sa pression artérielle », a décidé d’organiser une conférence grand public sur cette maladie qui tue en silence.

La conférence grand public aura lieu vendredi 17 mai prochain à Blue zone à Cotonou. Le thème retenu par la société béninoise de cardiologie est : « HTA (Hypertension artérielle ndlr), stress et performance en entreprise ». En prélude à cette conférence, le groupe HTA/SBC a animé lundi 13 mai à Cotonou, une conférence de presse pour en présenter les grandes lignes. Selon Dr Fatnelle Dossou-Togbé Towou, cardiologue et présidente du groupe HTA/SBC, la conférence grand public sera animée par trois orateurs principaux, notamment un cardiologue, un psychiatre et un médecin du travail.

En attendant la conférence qui va aborder plus amplement la question, Dr Dossou-Togbé Towou, dans la brève présentation qu’elle a faite du sujet, a montré qu’il y a un lien possible entre stress, hypertension artérielle et la performance des entreprises. La cardiologue a expliqué que le stress provoque des hausses de la pression artérielle et que sa répétition pouvait, combinée aux facteurs environnementaux, être à l’origine de l’hypertension permanente. En Afrique, cette maladie mal dépistée (seulement 50%), mal traitée (20% des personnes hypertendues) et mal contrôlée (5%) provoque souvent chez le patient des complications graves, notamment insuffisance cardiaque chronique, maladies des artères du cœur, AVC etc. Ces graves complications, fait-elle savoir, conduisent, chaque année au décès de 9,7 millions de personnes dans le monde et ne manquent pas d’impacter négativement la performance des entreprises.

Evoquant la gestion du stress au travail, Dr Dossou-Togbé Towou a conseillé de travailler en équipe, de planifier les tâches, de s’offrir des temps de loisirs et de pratiquer régulièrement des activités physiques.

Définie comme étant une augmentation de la pression artérielle au d’un seuil maximum de 140 millimètres de mercure et minimum de 90 millimètres de mercure, l’hypertension, ont indiqué les cardiologues présents à la conférence de presse, ne présente pas de symptôme. « La seule façon de savoir si l’on est hypertendu ou pas, c’est de faire le dépistage », a fait savoir Dr Yasmine Eyissé Kpossou qui recommande aux populations de se faire dépister régulièrement, au moins deux fois par an. « A votre anniversaire, prêtez votre bras pour vous faire dépister », a-t-elle conseillé soulignant que le diagnostic se fait partout et coûte entre 200 FCFA et 500 FCFA.  


Vous pouvez désormais commenter les articles en tout anonymat. toutefois tout commentaire deplacé sera simplement retiré. merci