BIEN-ETRE 0 Commentaire

Bénin/Maladie de Yayi : explications de médecins sur la lombosciatalgie hyperalgique

Olivier Ribouis
publié le 11 juin 2019

Malade selon ses avocats et le parti Force cauris pour un Bénin émergent (FCBE), Boni Yayi, l’ancien Président du Bénin retenu depuis plusieurs semaines à son domicile de  Cadjèhoun à Cotonou souffrirait d’une « lombosciatalgie hyperalgique ». Pour comprendre de quel mal il s’agit, Banouto s’est adressé à des sources médicales dont un médecin béninois qui a requis l’anonymat.

boni-yayi Boni Yayi, ancien Président du Bénin

Depuis le soulèvement des 1er et 2 mai à Cotonou suite à une rumeur de tentative d’arrestation de Boni Yayi, l’ancien Président du Bénin n’est plus sorti de sa maison. Sa maison tenue par les forces de sécurité positionnées de part et d’autre est sous haute surveillance.

Devenu sujet au cœur de toutes les discussions, l’état de santé de Boni Yayi fait couler beaucoup d’encre et de salive. Samedi 08 juin, au lendemain d’une audition manquée de l’ex-Chef d’Etat pour raison de santé, son avocat Me Renaud Agbodjo, a évoqué de quoi il souffrirait. Avec un document non consulté par la presse qu’il présente comme un certificat médical, l’avocat apprend que son client souffrirait d’une « lombosciatalgie hyperalgique ». Quelques heures après sa conférence de presse, le parti FCBE de l’ancien Président indique aussi leur leader politique est dans un état d’« aggravation de la lombosciatalgie hyperalgique dont il souffrait ».

Quid de la lombosciatalgie hyperalgique ?

sciatique Illustration de la sciatique

La maladie évoquée dans la presse n’est pas connue du grand public. Boni Yayi, selon son parti a même besoin d’une évacuation sanitaire pour se faire soigner.  Joint par Banouto, un médecin béninois a accepté d’apporter des explications sur cette maladie. Mais, sous anonymat, compte tenu de la connotation politique du sujet.  La lombosciatalgie, indique le médecin, est « une affection neurologique. C'est une affection qui peut-être due soit à un rétrécissement du canal lombaire soit à une hernie discale ou.... C'est pour dire toute atteinte de la colonne vertébrale. Ces étiologies vont entraîner des symptômes liés à l'atteinte du nerf sciatique dont l'expression clinique sera principalement la douleur ».  La douleur dont parle le médecin est loin d’être celle d’une simple courbature. Quand on parle de « lombosciatalgie hyperalgique », souligne notre source médicale, c’«est déjà une complication ».

lombosciatique-hyperalgique Illustration de la lombosciatique

Les manifestations sont entre autres, « une difficulté à la marche, des fourmillements voire un engourdissement du membre ». Et ce n’est pas tout, il s’agit d’une affection « très invalidante surtout dans sa forme hyperalgique ». Sur son site d’information en santé, Docteur Yohan Servais, un Médecin généraliste français souligne davantage les caractéristiques des formes compliquées de la lombosciatique.  « Les douleurs incontrôlables », « La perte de la force musculaire », « Les troubles des sphincters », sont entre autres symptômes dont parle le diplômé de la Faculté de médecine de Lyon (RTH Laënnec) et de  de Besançon (UFR SMP de Franche-Comté) qui s’est spécialisé en traumatologie, médecine du sport et de montagne. Parmi les facteurs aggravants retient-on, il y a le stress et la sédentarité.  « Le stress peut aggraver toute affection surtout la crainte de ne pouvoir bénéficier d'une PEC (Prise en charge) adéquate à temps. L'aggravation par sédentarité s'expliquerait par l'arrêt des séances de rééducations et donc l'inactivité des articulations intervertébrales », a fait savoir le docteur anonyme.

Pour les formes compliquées indiquent le médecin béninois et son homologue français, le traitement nécessite une intervention chirurgicale.  Avant cette étape, le traitement est médicamenteux. « Dans ses formes compliquées le traitement est chirurgical. Si non le traitement médicamenteux est fait d'antalgiques, anti-inflammatoires, Vitaminothérapie B mais aussi et surtout des séances de rééducations fonctionnelles », nous explique le médecin béninois.

Au regard de ce dont il s’agit, on se demanderait si cette affection peut être traitée au Bénin. Déjà, pointe le médecin contacté par Banouto, « même le paludisme n'est pas traité au Bénin par tous les patients ».  A propos de la lombosciatalgie hyperalgique, il apprend que la PEC est pluridisciplinaire. Elle nécessite une intervention de neurochirurgien, de spécialiste de médecine physique, de rhumatologue,  de psychologue et autre. Pour sa part, dit-il, « je pense que toutes ces compétences sont disponibles sur place. La question est de savoir s'ils sont suffisamment équipés pour proposer toutes sortes de thérapies modernes avancées ».


Vous pouvez désormais commenter les articles en tout anonymat. toutefois tout commentaire deplacé sera simplement retiré. merci