BIEN-ETRE 0 Commentaire

Festival AlimenTerre au Bénin : voici pourquoi il faut consommer local

Reliou Koubakin (Coll)
publié le 23 octobre 2019

Une dizaine d’entrepreneurs sociaux africains invitent à consommer local. A travers une conférence-débat dénommée Wakanda Talk, ils ont insisté sur la nécessité de manger sain et surtout de consommer local.

Lamisse Kandil, Salim Dara et Tanguy Gnikobou

« Les défis du consommateur local en Afrique de l’Ouest : quelles contributions de la Coopérative ICON ». C’est le thème d’une conférence-débat qui a eu lieu à l’espace Wakanda à Godomey dans la commune d’Abomey-Calavi. Les échanges qui ont eu lieu samedi 19 octobre se sont déroulés dans le cadre du festival AlimenTerre, créé il y a une dizaine d’années en France. Plusieurs invités sont ainsi revenus sur l’importance du consommer local.

Selon Lamissse Kandil, présidente de ICON, une coopérative panafricaine qui promeut l’alimentation durable en Afrique, tout le monde est d’accord qu’il faut manger sain et local car « l’agro écologie, le bien manger, le consommer local, une alimentation saine sont des préoccupations majeures en Afrique, au Bénin en particulier ».

Elle pense qu’il faut impliquer les pouvoirs publics, la société civile les autres secteurs d’activités autour de ces enjeux.  Les autorités devraient surtout essayer de rendre les produits locaux accessibles. Car, regrette la présidente de ICON, « les bons produits malheureusement coûtent trop chers ».  Le consommateur doit être par ailleurs informé sur ce qui est bon à consommer. L’Etat est invité à s’impliquer dans une politique d’éducation à l’alimentation dès le plus jeune âge. 

Photo de famille des participants 

Il n’est pas toujours facile pour un consommateur de savoir si un aliment est sain ou non. L’une des solutions peut consister déjà dans la promotion du consommer local. A AlimenTerre, cela reste un défi depuis quelques années. « Ce qu’on envisage à travers le consommons local, c’est d’abord de s’alimenter, de savoir d’où provient cet aliment et de se ravitailler le plus près possible », a laissé entendre Tanguy Gnikobou, directeur exécutif de l’Ong Les Jardins de l’Espoir. Il pense que cette proximité peut amener le consommateur à se renseigner sur la qualité du produit et savoir s’il est sain ou pas. Mieux, le consommer local permet de lutter contre la pollution environnementale et permet avec la réduction des intermédiaires, de faire des économies.

 


Vous pouvez désormais commenter les articles en tout anonymat. toutefois tout commentaire deplacé sera simplement retiré. merci