Aliénation culturelle: la mode des prénoms occidentaux et arabes en Guinée

Guinée Décalée
publié le 19 mai 2018

Eric, Ibrahim, Mohamed, Vladimir, Kennedy. Ces prénoms importés de l’Occident et du Moyen-Orient sont tellement fréquents sur le continent africain qu’on tend à oublier leurs origines. Dans le cadre du dossier thématique sur l’aliénation culturelle qu’ils réalisent, les médias du programme NAILA de CFI Médias vous proposent une enquête réalisée par le site satirique guinéen, Guinée décalée.

caricature-prenomEn Guinée, des jeunes Africains rejettent les prénoms "importés"

 

On jase souvent à chez-nous-pays que choisir un bon prénom pour son môme est en quelque sorte lui présager un bel avenir. En même temps, des blackos ont troqué leurs prénoms au profit de ceux des orientaux ou occidentaux. Cependant, depuis quelque temps, on assiste à  »une grise de conscience » pour le change-ment de blaze. Pour ou contre? Les gants sont chaussés. La castagne peut commencer.

Un nourrisson qui braille dans un lit avec une tablette sur laquelle sont inscrits des versets du Courant… oups! Je voulais dire Coran… et un couteau à côté de lui n’a rien d’extraordinaire dans un baptême Guinéen. Tradition et religion se crèvent le chignon. Le môme de sept jours vient d’être prénommé Abdoul Rahman. S’il le pouvait, il aurait peut-être exigé à ses géniteurs de le changer. Un blaze arabe que les peuples Condébilikas islamisés se sont appropriés au point de le considérer comme le leur. Beaucoup le pensent. Sa mère la première: « mon bébé porte le prénom de mon père. Un joli et bon prénom qui existe dans notre famille depuis toujours. Il vient peut-être de la Mecque mais on se le partage maintenant et rien de plus normal ». Cliquez ici pour lire la suite de l'article.


Vous pouvez désormais commenter les articles en tout anonymat. toutefois tout commentaire deplacé sera simplement retiré. merci