«La citoyenneté politique au Bénin : éléments d’instruction civique» : un ouvrage en vente à la Librairie SONAEC

La Rédaction
publié le 14 septembre 2018

L’ouvrage « La citoyenneté politique au Bénin : éléments d’instruction politique » est en vente à la Librairie SONAEC. Il est réalisé sous la direction du Professeur Hygin KAKAI, Agrégé de Science politique, Enseignant à la Faculté de droit et de science politique de l’Université d’Abomey-Calavi et Directeur du Centre des Etudes sociologiques et de science politique (CESPo), un laboratoire de recherches en science politique qui ambitionne de donner à cette discipline toute sa place dans le développement du Bénin.

livre-citoyennete-politique-benin-hygin-kakai Première de couverture de l’ouvrage « La citoyenneté politique au Bénin : éléments d’instruction politique »

Dans un langage ordinaire très éloigné des recours aux théories et doctrines de toutes sortes assorties de citations et de noms d’auteurs, le manuel « La citoyenneté politique au Bénin : éléments d’instruction civique » aborde différentes thématiques politiques utiles pour l’éducation à la citoyenneté. Il s’agit, entre autres, du fait politique et de l’Etat de droit, de la typologie des partis politiques, de l’opposant et de l’opposition, des syndicats, de la justice dans ses différentes composantes, de la société civile, du Président de la République, du Ministre et du ministre d’Etat, du Conseil des ministres, du parlement, de la préfecture, de la diplomatie...

Réparties en quatre grandes parties, ces thématiques, trente-quatre au total, couvrent 356 pages. Les productions sont proposées par vingt-huit contributeurs qui sont, pour la plupart, des universitaires, mais aussi des professionnels et des praticiens dotés de grandes et riches expériences professionnelles dans leurs différents domaines d’activités. Ce sont des politistes, des juristes, des sociologues, des diplomates, des communicantes, des historiens.

De nombreux aspects de la vie politique, social, économiques… sont dépouillés pour être facilement compris par le citoyen ordinaire d’un niveau d’instruction moyen

« La citoyenneté politique au Bénin : éléments d’instruction politique » est réalisé sous la direction du Professeur Hygin KAKAI, Agrégé de Science politique, Enseignant à la Faculté de droit et de science politique de l’Université d’Abomey-Calavi et Directeur du Centre des Etudes sociologiques et de science politique (CESPo), un laboratoire de recherches en science politique qui ambitionne de donner à cette discipline toute sa place dans le développement du Bénin.

Un outil pour la fabrique du citoyen

hygin-kakai Professeur Hygin KAKAI, Agrégé de Science politique

A la lecture de ce document, on se fait une idée de ce que c’est que le fait politique et on comprend la différence à faire entre les termes « le politique », « la politique » et « les politiques ». Le contenu permet aussi de se délecter des propos de quelques témoins du 1er août 1960 comme Mathieu Kérékou, aide de camp du Président Hubert Maga à l’époque, qui raconte dans son franc-parler : « C’est la France qui a créé l’Etat béninois, mais nous étions présents ce jour-là. Ça se passait à minuit, à Porto-Novo, j’ai porté le drapeau du Bénin et je l’ai remis au Président Hubert Maga ». Jean Pliya partage l’émotion des Dahoméens qui retrouvent la souveraineté de leur pays : « Il fallait aller voir la consécration, la proclamation de cet événement majeur…Quand vous entendez les canons résonner comme pour les grands événements, vous dites : ‘’Houn ! Ça y est vraiment. Le jour ‘’J’’ est arrivé’’. Le jour de gloire est arrivé, chantaient les Français. C’était le jour de naissance et de gloire pour nous ».

« La citoyenneté politique au Bénin : éléments d’instruction civique », c’est aussi un souci des auteurs d’insister sur les particularités et de percer parfois, dans la profondeur, les détails à travers la fête nationale – cette symbolique et ce rite politique – mais aussi les différents régimes et les grands événements de 1960 à 1972, le film des années de révolution d’octobre 1972 à décembre 1989.

Sous les plumes de spécialistes avertis, on pénètre les tréfonds de la diplomatie béninoise et des relations avec différents pays et institutions y compris les agences de développement.

Rien n’échappe aux auteurs depuis les premières heures du coup d’Etat du 26 octobre 1972 à la réunion conjointe du Comité central du Parti de la Révolution populaire du Bénin, du Comité permanent de l’Assemblée nationale révolutionnaire et du Conseil Exécutif national du 6 au 7 décembre 1989 sans oublier l’anxiété générale et l’incertitude des premières minutes de la Conférence nationale de février 1990 à la sixième législature à l’Assemblée nationale de 2011 à 2015 et  les fastes et déboires du renouveau démocratique de 1991 à 2016.

De nombreux aspects de la vie politique, social, économiques… sont dépouillés pour être facilement compris par le citoyen ordinaire d’un niveau d’instruction moyen. A travers les écrits, on découvre les types d’élection, la durée des mandats, les types de suffrage, les modes de scrutin et leur influence sur le système politique, le découpage électoral et les éléments clés du processus électoral qui sont des aspects qui soutiennent la dynamique électorale au Bénin.  Que dire des liens entre la démocratie et le travail gouvernemental ? C’est une thématique qui occupe une place de choix dans l’œuvre.

Ce document donne l’opportunité de mieux comprendre ce qu’est et ce que doit être un parti politique, le fait partisan, le multipartisme, les différents types de partis politiques, le fonctionnement des partis politiques, la participation d’un parti politique au scrutin électoral et la gestion du pouvoir.

Puisqu’il n’y a pas de pouvoir sans opposition, on n’y découvre le profil qu’il faut avoir pour être opposant, le travail de l’opposant, ses avantages, les menaces qu’implique ce statut et les difficultés que cela engendre. Les opposants ne sont pas les seuls à critiquer ou influencer de loin les politiques publiques du gouvernement. Les  groupes de pressions (syndicats et société civile) ne sont pas occultés ; pas non le rôle et les prérogatives du Président de la République, du ministre (les critères de sa nomination), des députés, des conseillers à la Cour constitutionnelle, à la Cour suprême, à la Haute cour de justice, au Conseil économique et social, à la Commission électorale nationale autonome. Sous les plumes de spécialistes avertis, on pénètre les tréfonds de la diplomatie béninoise et des relations avec différents pays et institutions y compris les agences de développement.

Cet article est un publi-reportage de source externe


Vous pouvez désormais commenter les articles en tout anonymat. toutefois tout commentaire deplacé sera simplement retiré. merci