Bénin: le coup de pouce du ministre Houssou aux «voiles» du sculpteur Sébastien Boko

Gildas Salomon
publié le 10 janvier 2019

Après plusieurs années de travaux à l’ombre des regards, l’artiste sculpteur béninois, Sébastien Boko  veut  faire découvrir au public béninois ce qu’il est à même de  faire sur du bois, avec du fer et des cadenas. Il obtient le soutien du ministre de l'Energie Dona Jean-Claude Houssou.

sebastien boko sculpteur beninois Le sculteur béninois Sébastien Boko sort les "voiles" de son laboratoire...

 

Du 15 janvier au 4 février 2019, Sébastien Boko, artiste sculpteur béninois sort ses «voiles» à l’Institut français du Bénin, à Cotonou.  C’est à travers son projet intitulé «voiles», révélateur d’une vision universelle prenant ses sources dans la tradition et dans le quotidien de ses semblables. «Pour moi le projet  voiles, c’est le voyage, l’hypocrisie,  la religion, l’esthétique du quotidien  qui sont l’aboutissement de plusieurs années d’expérimentation», renseigne le sculpteur Sébastien Boko. 

Lors  du vernissage, fait-il savoir, «vous verrez des dames voilées, les lunettes, des militaires, des voyageurs», «un ensemble de sculptures qui vont se mettre en scène». L’objectif à terme selon lui, c’est de se faire connaître, de montrer au public le travail qu’il fait depuis plusieurs années.

"Voiles", l’aboutissement d’un projet soutenu

«J’étais en train de mûrir le projet quand j’ai rencontré le ministre de l’Énergie Dona Jean-Claude Houssou qui m’a aidé à la hauteur de ses possibilités pour l’aboutissement du projet ‘’voiles’’», reconnaît Sébastien Boko pour  qui, une exposition individuelle, est comme un lancement d’album qui a besoin du soutien. Ce soutien, l’artiste le trouve avec le parrainage de Dona Jean-Claude Houssou. À ce sujet, le sculpteur reconnaît le mérite de son bienfaiteur qui selon lui «a du goût pour reconnaître la qualité et le talent».

jean claude houssou benin...avec le soutien du ministre Jean-Claude Houssou

Tombé sur le charme des créations de Sébastien Boko il y a environ deux ans,  le ministre de l’Énergie ne regrette pas de l’avoir connu. Parce que dit-il, «il a du talent qui méritait d’être accompagné pour être révélé». «Au-delà de la variété de ses créations, ce qui me réjouit, c’est cette consistance qui se base sur la réflexion, la  philosophie qui font le genre humain» a reconnu le ministre Jean-Claude Houssou.

Sébastien Boko, le fils qui veut mieux faire

Comme dit l’adage «tel père, tel fils». La sculpture sur du bois, Sébastien Boko tient ce génie de son père Koffi Boko. Mais plus que son maître géniteur, l’artiste sculpteur a nourri son art au contact des autres. «Un jour, j’ai eu cette envie d’aller au delà de ce que je sais faire et quand, j’ai mis pied dans l’atelier de Dominique Zinkpè, j’ai vu ce qu’il faisait, c’est là que tout a commencé», se rappelle-t-il. Cette rencontre des créations de l’artiste Dominique Zinkpè a sonné comme un déclic pour Sébastien. Dès lors, il a donné une nouvelle touche à ce qu’il tient de son père et de sa formation professionnelle. Aujourd’hui, il associe le bois, le fer et les cadenas pour exprimer sa muse. 

«À travers mes créations, j’essaie de faire voir quelque chose qui se trouve autour de nous que nous ne voyons pas. J’attire l’attention sur des choses que nous faisons qu’on pense être notre choix. Mais  qui en réalité il n’en est pas un », a-t-il confié. Le projet «voiles» sort déjà de l’atelier de Sébastien Boko, mais d’autres projets comme « le silence autour des réalités » y restent pour des expositions futures.  

 


Vous pouvez désormais commenter les articles en tout anonymat. toutefois tout commentaire deplacé sera simplement retiré. merci