Décès de Stan Tohon : sous le choc, Ousmane Alédji exprime ses regrets avec le chanteur

Olivier Ribouis
publié le 26 février 2019

Ousmane Aledji, l’expert culturel et directeur du centre culturel Artisttik Africa est sous le choc à l’annonce du décès du célèbre artiste Stan Tohon.

stan-tohon Stan Tohon, l'artiste béninois décédé ce 26 février 2019

« Je suis sous le choc »,  a déclaré à Ousmane Alédji, un proche qui lui confirme en pleure, la mort de Stan Tohon. Le proche de l’expert culturel et directeur du centre culturel Artisttik Africa qui s’est aussi renseigné sur les circonstances du décès du chanteur auprès de la famille de celui-ci, regrette profondément  la mort du roi Tchinc system.  « « Il est mort !... Stan Tohon a marqué son temps»,  lui a-t-il dit.

Entre Ousmane Alédji qui est aussi sous le choc  et l’artiste qui a mis les voiles, il y avait deux projets à réaliser. Le metteur en scène parle d’un projet cinématographique et d’un autre projet au Maroc.  « Les toutes dernières fois où on s’est vu, je lui  disais à chaque fois, que j’allais faire de lui, le personnage de mon premier film. Il rigolait et disait "si tu veux faire un film, t’as qu’à te dépêcher parce que je ne suis pas cher". A chaque fois on rigolait et je lui disais si je peux avoir déjà les chapeaux, je peux créer un personnage qui va te ressembler même si ce n’est pas toi moi-même », confie  le directeur de Artisttik Africa contacté par Banouto. 

L’idée a même germé dans les couloirs de  la Présidence de la République.  « L’idée de faire un film avec lui remonte à 2008  dans l’enceinte même du palais de la République. Je m’en souviens parce qu’on est resté à attendre des heures le Président de la République de l’époque (Boni Yayi, Ndlr). Pour tromper notre impatience commune, on a bavardé longuement. C’est là que je lui ai dit qu’il ferait un formidable acteur de cinéma », rappelle le metteur en scène qui dit avoir « même fini le brouillon du scénario ».

Le deuxième projet  qu’il devrait réaliser avec Stan Tohon est musical. « On avait développé avec l’une de ses dernières amies,  une  connaissance que j’ai rencontrée, un projet au Maroc. L’idée, c’était de faire comme  une espèce de package avec Tohon Stan à Rabat ou à Marrakech.  Avec les quelques contacts que j’avais dans ces deux villes, il me semblait que c’était possible vu que le Maroc artistique était demandeur  du Sud, de l’Afrique noire qui est la création artistique de l’Afrique noire qui n’est pas très répandue, très diffusée dans les pays arabes. Je me disais que Tohon incarnait à la fois cette identité béninoise culturelle et plus largement africaine, au sud du Sahara », a-t-il fait savoir ajoutant,  avec regret, « malheureusement, je n’ai pas eu assez de temps pour mettre en place la logistique et tout ».

Fan de Tohon depuis l’enfance

ousmane-aledji Ousmane Alédji, fan de Stan Tohon,

L’expert culturel béninois est aussi un fan de Stan Tohon dont il voulait révéler les talents cachés de comédien. « Tohon, c’est une voix, c’est surtout, comme qui dirait, une berceuse pour les gens de mon âge.  Toute notre adolescence et pourquoi pas, notre traversée a été bercée par la voix de Tohon Stan. On était fier, on fredonnait ses morceaux par cœur. Plus tard, quand je suis arrivé à Cotonou avec nos passions au niveau du théâtre, de l’écriture, avec les vécus et les expériences dans le milieu artistique, j’ai  été amenée à le rencontrer à plusieurs reprises », a aussi confié Ousmane Alédji. Pour lui, « il faut qu’on travaille vraiment à perpétuer son travail ».


Vous pouvez désormais commenter les articles en tout anonymat. toutefois tout commentaire deplacé sera simplement retiré. merci