Bénin : vague de témoignages sur Stan Tohon

Olivier Ribouis
publié le 14 mars 2019

A l’aéroport Cardinal Bernardin Gantin de Cotonou, artistes, parents, amis, fans journalistes et responsables du ministère de la culture ont accueilli dans la soirée du mardi 12 mars, la  dépouille du célèbre artiste Stan Tohon décédé en France le 26 février.

depouille-stan-tohon La dépouille de Stan Tohon

Grand moment de tristesse à l’aéroport de Cotonou. Beaucoup dans la foule massée auront du mal à oublier la soirée du mardi 12 mars 2019. Arrivée depuis plus de trois heures pour certains, artistes, parents, amis, fans journalistes et responsables du ministère de la culture ont vécu un moment d’affliction au moment d’accueillir la dépouille de Stan Tohon. Figure de la musique béninoise, l’artiste décédé le 26 février à Paris est arrivé à Cotonou via Air France.  Enveloppé dans une étoffe bleue, le cercueil reçu par le ministre béninois de la culture Oswald Homeky est arrivé en compagnie de Kadijath, l’épouse marocaine de l’artiste inconsolable.  Comme elle, les nombreux Béninois arrivés sur les lieux ne s’en reviennent pas à l’idée que dans la longue caisse horizontale se trouve un artiste aussi dense, Stan Tohon qui, à lui tout seul, a modernisé un rythme musical.

Peu avant, ce moment où ils aperçoivent l’insoutenable vérité du corps sans vie de "Papi Grandé" ramené au bercail, des artistes de renoms, acteurs culturels et autres ont confié leurs témoignages à propos de l’illustre baobab de la musique béninoise qui est tombée.

Nel Oliver : Je suis très triste de voir que Stan ne sera plus

nel-oliver Nel Oliver Artiste chanteur, producteur

« Un sentiment de tristesse parce que Stan était quand même jeune. C’est très grand artiste de notre pays et je dirai du monde. Je ne m’attendais pas du tout à cette nouvelle. Mais c’est vrai que personne ne sait quand ça arrive. C’est Dieu qui donne, c’est Dieu qui reprend et nous sommes obligés de nous plier à cette situation. Je suis très triste de voir que Stan ne sera plus là pour mener les combats que nous menions ensemble, échanger sur beaucoup de choses. Je suis extrêmement triste et peiné.

Stan était un très bon ami. Il avait ses qualités et ses défauts mais c’était sur tout un combattant. Je dis que c’est un artiste très intuitif. Il savait comment gérer des situations. Il savait toujours s’en sortir. Je ne sais pas. »

Steeve Facia : « Je garde de Stan un créateur »

 

steeve-facias Steeve Facia, Animateur vedette de télé au Bénin

« Stan, ce n’était pas un ami, c’était un copain. Dans la profession, c’est l’un des rares artistes que je fréquente régulièrement. Venir à l’aéroport, sur le tarmac pour récupérer la dépouille de Stan, vous pouvez comprendre comment mon cœur est lourd et serré. J’ai l’impression que c’est pas ici que ça devrait se passer. C’était pas du tout la chose ça. Malheureusement le destin décide autrement et nous succombons à l’inexorable vérité que la tristesse nous suit et que Stan est réellement parti et qu’il nous revient autrement.

J’ai gardé de Stan Tohon tellement de choses. On garde de lui, son franc parler. On garde de lui, le militant. N’oubliez pas que Stan a été un artiste toujours du côté du peuple, qui chante pour le peuple. Je garde de Stan un créateur, un bon créateur. Dans l’histoire musicale de notre pays, très peu d’artistes ont créé des rythmes, des danses.  Stan a légalisé le Tchinkounmè qui est devenu le Tchink. Je garde Stan cela. Stan c’est aussi une gestuelle. Stan, c’est un bon danseur, ses jeux de jambes à la James Brown qu’il a travaillés pendant longtemps même si à un moment donné ses jambes le lâchaient un peu.  J’ai gardé aussi de Stan, ce rire gouailleur.  J’ai surtout gardé de Stan, la ponctualité. C’était quelqu’un qui était carré, réglo sous airs qu’on connaît. Il était aussi très fidèle en amitié. C’était quelqu’un de formidable. C’était un très bon compagnon de route aussi. »

Gilbert Déoumalé, « C’est une grosse perte »

 

gilbert-deoumale Gilbert Déoumalé, Directeur du fonds des arts et de la culture (FAC)

« C’est un modèle. Vue le genre musical que je fais, Stan Tohon est un modèle pour moi parce que c’est lui qui le premier a su moderniser le tchinkounmè. Il y a de quoi que je sois présent. Faut dire qu’à des évènements du genre, les gens se prêtent à beaucoup de commentaires. J’estime que Stan Tohon n’est plus à présenter. On est tous triste, mais c’est une réalité de l’espèce humaine.

Il y a de cela deux mois, il était avec mois dans le département de l’Atlantique pour exposer aux acteurs culturels la nouvelle vision du FAC. A partir de cet instant déjà, vous voyez ce qu’il a pu apporter au secteur de la culture. C’est une grosse perte pour nous parce qu’on n’a pas fini de tirer de ce monsieur tout ce dont on a besoin pour booster le secteur et malheureusement il a été arraché à notre affection ».

Vincent Ahéhéhinnou, « Il n’a pas lésiné sur les moyens pour donner de la bonne musique »

 

vincent-ahehehinnou Vincent Ahéhéhinnou, artiste musicien chanteur

« Un sentiment de tristesse, un sentiment de dégoût parce que je ne comprends pas que Stan puisse partir en ce moment-ci. Je suis dans l’émotion à l’accueil de sa dépouille. Il a eu un parcours exemplaire.  Il a été excellent dans le travail. Il a été un très bon parolier et il avait de très bons musiciens qui l’accompagnaient. Il n’a pas lésiné sur les moyens pour donner de la bonne musique et laisser un patrimoine important à  la postérité. »

Aladé Coffi Adolphe, « il a hissé haut le flambeau de notre pays le Bénin »

 

allade-coffi-adolphe Alladé Coffi Adolphe, directeur de troupe de ballet et de danse

« C’est un artiste vraiment international. En toute franchise, en matière de musique, il a hissé haut le flambeau de notre pays le Bénin. J’ai fait 5 mois avec lui aux Etats-Unis. Nous avons fait une tournée au Canada, en Allemagne et nous étions régulièrement sur scène à Paris. Il a vraiment accompli sa mission sur terre.

Il était dans sa 64ème année, quand il a été surpris par la mort alors qu’il voulait se soigner. La mort est ainsi. Elle surprend partout. La mort est un passage obligé pour tous, personne n’y échappera. Mais, quand une disparition survient, ça attriste. Nous devons le remercier, prier Dieu que d’autres fassent aussi bien comme lui pour l’élévation du Bénin. »

Des images du retour de la dépouille de Stan Tohon à Cotonou

fan-stan-tohon

fan-stan-tohon

kadidjath-stan-tohon

depouille-stan-tohon

depouille-stan-tohon

stan-tohon-depouille

stan-tohon-fan


Vous pouvez désormais commenter les articles en tout anonymat. toutefois tout commentaire deplacé sera simplement retiré. merci