Bénin – tourisme : le Vodoun s'impose

Donald Kévin Gayet (Stag.)
publié le Jan 7, 2020

Le Forum culturel du Bénin a organisé l’acte 26 de son rendez-vous mensuel le samedi 4 janvier 2020 au centre Artisttik Africa. Au cœur des échanges, la contribution du Vodoun dans le développement du tourisme culturel au Bénin.

vodoun-tourisme-benin Discussion sur la place du Vodoun dans le tourisme au Bénin

Le Vodoun occupe une place importante dans la culture du Bénin et son apport pour le tourisme n’est pas aussi non moins important. C’est ce qui ressort des échanges lors de l’acte 26 du Forum cultuel du Bénin le samedi 4 janvier 2020.

Selon Dada Daagbo Hounon Houna II, chef spirituel et chef suprême du Vodoun-Hwendo, le Bénin ne profite pas encore de tous ses atouts culturels. Pour lui, la fête du 10 janvier est une preuve palpable de ce que le Vodoun peut contribuer, non seulement  au développement touristique mais aussi économique du pays. Mais il a souligné qu’il va falloir bien repenser comment faire du Vodoun un réel atout culturel. « Les sacrifices et certaines manifestations sont d’abord pour les dignitaires, les adeptes et aux esprits. Donc il va falloir trouver le juste côté du Vodoun qu’il faut exposer », a-t-il fait comprendre.  

« Le Vodoun a généré la culture béninoise et il ne saurait apporter au développement si nous ne l’assumons pas comme notre identité », a expliqué l’écrivaine Micheline Adjovi. Elle a également ajouté que le pays se serait développé si les valeurs endogènes étaient vraiment prises au sérieux. « Le Bénin est un pays assis sur une mine d’or et qui continue de pleurer », a-t-elle noté pour expliquer que le pays peut beaucoup  bénéficier du Vodoun bien en termes de développement du tourisme culturel.

Franck Ogou, directeur par intérim de l’Ecole du Patrimoine Africain (EPA) a aussi donné sa compréhension de ce que le Vodoun devrait représenter au Bénin. « Si aller en France se mesure à une visite de la Tour Eifel, être un bon musulman impose le passage à la Mecque, venir au Bénin doit s’arrimer à la visite d’un haut lieu symbolique de Vodoun », a indiqué le gestionnaire de patrimoine. Cela lui a permis d’affirmer que « le Bénin doit davantage exporter le Vodoun ».

La valorisation du Vodoun

Pour Dada Daagbo Hounon Houna II, le roi des mers et des océans, la valorisation du Vodoun est le rôle de chacun des Béninois. Il a confié que l’idéal serait que l’enseignement du Vodoun soit intégré dans les écoles depuis le bas âge. Cette éducation permet aux prenants d’avoir quelques notions de la pratique endogène dont ils pourront faire usage en cas du besoin. « Un élève qui bénéficie de l’enseignement du Vodoun aura comme avantage de petites notions et remèdes qui vont maintenir quelqu’un en vie en attendant les soins médicaux. Ce qu’un élève de l’école occidentale ne peut avoir », a expliqué le chef spirituel suprême du Vodoun. Cela, pense-t-il aussi, permettra à la génération future de mieux connaître le Vodoun et de faire sa promotion. Mais pour l’heure, le chef spirituel estime que l’initiative de la valorisation du Vodoun doit non seulement venir des dirigeants, mais aussi des jeunes qui représentent l’espoir de demain.

« Le Vodoun a beaucoup à donner au Bénin ne serait-ce à prendre en compte tout le monde que draine les manifestations du 10 janvier », pointe le dignitaire. Pour sa part, Micheline Adjovi, auteure d’un roman sur le Vodoun  pense que les valeurs endogènes doivent être transmises à la petite enfance. « Depuis la maison, il nous faut insérer la culture des valeurs endogènes dans l’éducation pour espérer une meilleure valorisation du Vodoun et son apport au développement du tourisme », a-t-elle préconisé.  

Vodoun

Que comprendre quand on dit Vodoun ? « Le Vodoun est un esprit. C’est l’inconnu et l’inconnu », a expliqué Dada Daagbo Hounon Houna II. Il a défini également le Vodoun comme « l’organisation de toute une vie entière, une sciences dont tout le monde ne peut connaître la profondeur ». Selon l’écrivaine, le Vodoun est un esprit sans lequel « aucun Béninois ne peut se lever », car il est partout « dans la terre, le feu, l’eau, et dans l’air ».


Vous pouvez désormais commenter les articles en tout anonymat. toutefois tout commentaire deplacé sera simplement retiré. merci