Violence faites aux femmes : concert « Women wake up for your rights » à Cotonou

Judicaël Kpèhoun(Stag.)
publié le Feb 5, 2020

L’Association Super Hangbé a animé avec sa vedette Marie Hermine Akpan, artiste chanteuse béninoise, son 7ème concert musical samedi 1er février 2020 à Cotonou. L’évènement entre dans le cadre de sa tournée de sensibilisation contre les violences faites aux femmes.

hermine-akpan-concert Hermine Akpan en Concert contre les violences faites aux femmes béninoises

Lutter contre toutes les formes de violences faites aux femmes à travers la musique et les chansons. Tel est l’objectif du projet «Women  wake up for your rights » lancé lundi 30 décembre 2019 par l’Association Super Hangbé. Financé par la Coopération suisse, il vise à améliorer les conditions de vie de la gente féminine au Bénin.

Pour son exécution, une tournée constituée en même temps de séance de sensibilisation a été organisée par l’artiste chanteuse béninoise Hermine Akpan, présidente de l’association. Ce, dans huit grandes villes du Bénin dont Parakou, Kandi, Natitingou, Djougou, Lokossa, Porto-Novo, Cotonou et Bohicon.

Samedi 1er février 2020, c’est Cotonou qui a accueilli le 7ème numéro et avant dernier concert musical du «Women  wake up for your rights ». Un concert au cours duquel l’artiste Hermine Akpan alias Somissou portée par son orchestre ‘’Aminon bande’’ a fait trembler le public à travers diverses chansons traitant des réalités que vivent la gente féminine au Bénin. De la thématique de l’éducation de la femme en passant par les dangers de l’excision des filles et la polygamie, nombre de sujets ont été abordés par le biais de la musique, des danses et d’échange entre le public et l’artiste.

« C’est de plus en plus grandissant que la femme soit sous traitée. La femme n’est pas considérée dans certains milieux. La femme est toujours reléguée au second plan, elle est maltraitée parfois», a laissé entendre Marie Hermine Akpan sur les motivations de son initiative.

 « (…) le message est passé »

hermine-akpan Hermine Akpan en Concert contre les violences faites aux femmes béninoises

Selon le leader de l’association Super Hangbé, le message de sensibilisation de violences faites aux femmes portées par son association a été reçu dans les différentes régions sillonnées.

« Nous avons échangé avec les regroupements de femmes qui ont accepté nous écouter, échanger avec nous par rapport aux conditions qu’elles vivent. Dans ces communes nous avons sensibilisé et le message est passé », a témoigné l’artiste.

En dehors de sa particularité de sensibiliser à travers les chansons et la musique, l’association Super Hangbé a également choisi, lors de sa tournée, de faire passer son message à travers l’homme. Et pour cause, explique l’artiste, « ce sont les hommes qui sont les pères de foyers ».

« Si l’homme dit "je respecte ma femme, je lui donne la place qu’il faut" alors il n’y a pas de coups »,  a justifié la responsable de l’association Super Hangbé.

Impression de satisfaction…

Dans le déroulement du projet «Women  wake up for your rights », il a été également organisé un concours de test de chanson à l’endroit des jeunes qui aspirent à la musique. Un concours au cours duquel 10 jeunes ont été recrutés et formés sur les techniques vocales. Des jeunes parmi lesquels trois ont été à la fin sélectionnés pour prester lors de la tournée.

Julie Agbo, étudiante en troisième année de Sociologie anthropologie à l’Université de Parakou en est une parmi les lauréats. Après sa prestation du samedi à Cotonou, elle a lancé un message aux organisateurs. «Je les encourage à continuer à défendre les droits de la femme et de l’enfant parce que la femme, c’est la vie », motive Julie Agbo.

« Mes impressions, a-t-elle ajouté, ce sont des impressions de satisfaction, de joie, de fierté parce que je suis fière d’être femme et de porter ce message à l’endroit de la population ».

Des impressions partagées par Jocelyne Dossou, technicienne en imagerie médical et Valéry Lishty de la coopération suisse, participantes du festival de musique de «Women  wake up for your rights » samedi à Cotonou.


Vous pouvez désormais commenter les articles en tout anonymat. toutefois tout commentaire deplacé sera simplement retiré. merci