CULTURE

Expo Boulev’Art : le ministre Abimbola découvre des créations béninoises sur le Covid-19

( words)

En attendant le vernissage, le ministre du Tourisme, de la Culture et des Arts, Jean-Michel Abimbola est allé visiter les œuvres des artistes plasticiens béninois invités sur le festival Boulev’Art spécialement consacré au Covid-19 à Cotonou.

boulevart-jean-michel-abimbolaLe ministre Abimbola et ses collaborateurs sur l'exposition Boulev'Art Covid-19

Un regard pluriel des artistes plasticiens béninois sur le covid-19. C’est ce que propose le festival Boulev’Art dont le vernissage est prévu pour le vendredi 15 janvier. Avant l’heure, c’est le ministre du Tourisme, de la Culture et des Arts, Jean-Michel Abimbola qui est allé visiter le site de l’exposition à la place St Cécile à Cotonou ce mercredi.

En compagnie de certains cadres de son cabinet, le défenseur attitré du secteur des arts et de la culture au gouvernement a passé en revue des dizaines d’œuvres déjà prêtes traitant de la pandémie du Covid-19.  Et c’est une diversité de regards, de lectures artistiques et de créations que le ministre découvre avec admiration de jeunes plasticiens béninois invités à exposer aux côtés de leurs aînés dont la réputation dépasse les frontières africaines.

Pour la plupart, les œuvres abordent la pandémie avec beaucoup de philosophie où réalités traditionnelles se mêlent à la modernité.  C’est le cas de Nangbé avec sa peinture intitulée « combat des invisibles » sur laquelle il surnomme le covid-19, kaléta, un masque qui sort pendant les périodes de fête de fin d’année. Un contraste entre le caractère réjouissant du masque qui égaie les moments de fêtes et la nature mortifère du virus qui endeuille le monde. Comme lui, Matro un autre jeune plasticien présente une œuvre traitant des sceptiques qui s’appuie sur des croyances endogènes pour nier l’existence du covid-19. Dans la même dynamique, le plasticien Zansou cinq-cinq plonge informe le lecteur d’un moyen assez particulier que les peuples de tradition vodoun utilisent pour conjurer les pandémies. Le manxixo, un rituel pendant lequel les prêtres et adeptes vodoun font le tour de leur village en aspergeant rue, maisons, personnes et tout d’une potion accompagnée de paroles sacrées.

Au-delà des croyances endogènes, les œuvres installées au grand carrefour de la place Ste Cécile rappellent les gestes barrières et sensibilisent les populations. Le port correct du masque, le lavage des mains, l’usage de gel hydroalcoolique, la distanciation physique, le cordon sanitaire transparaissent de différentes manières selon l’inspiration de chaque artiste.

L’art touché, l’art sensible

boulevart-jean-michel-abimbola-dominique-zinkpeDominique Zinkpè donne des explications au ministre Abimbola sur l'exposition Boulev'Art Covid-19

C’est avec un émerveillement que le ministre Abimbola va s’exprimer après avoir fait le tour des œuvres. D’abord, il se souvient de tout le mal que le Covid 19 a fait au secteur des arts et de la culture dont il est actuellement le premier responsable au Bénin. 

« Nul n’ignore la lourdeur du tribut que le secteur de la culture, comme la plupart des secteurs socio-économique, a payé au coronavirus qui continue d’ailleurs de sévir à travers le monde et dans notre pays. Cette pandémie, a en effet plongé tout notre secteur dans une léthargie qui oblige chaque acteur à travailler à développer une résilience en guise de riposte pour ne pas laisser mourir le secteur », a souligné le ministre Abimbola.

En accompagnant cette initiative du Collectif des artistes du Bénin (CAB) que dirige Dominique Zinkpè, le gouvernement béninois traduit en acte sa promesse d’accompagner les artistes béninois à se relever de ce moment difficile. « Le ministère du Tourisme, de la Culture et des Arts à travers le projet « Actions artistiques au profit des acteurs culturels (AAPAC), après une période culturelle creuse imposée par la pandémie, a voulu donner un second souffle au secteur artistique. L’objectif de cette initiative est de faire la promotion et la valorisation de la création artistique béninoise dans toutes ses composantes », a déclaré Jean-Michel Abimbola.

Pour l’éminent plasticien Dominique Zinkpè, Directeur du projet Boulev’Art qui mobilise une cinquantaine de plasticiens béninois, c’est louable que les autorités soutiennent l’art.  « Je suis ébloui que nos autorités par notre ministre de tutelle nous accompagnent pour réagir par rapport à la pandémie ». Le projet a-t-il fait savoir, c’est de « partager », à travers l’art contemporain « la douleur de nos frères et sœurs qui enterrent leurs proches ». Même si le Bénin n’est pas aussi durement frappé comme les pays occidentaux, l’exposition, clame-t-il, est un message de solidarité aux peuples du nord qui font face à la fureur du virus.

Pour le ministre Abimbola selon qui tout le monde doit venir visiter l’expo Boulev’Art Covid-19 et surtout se laisser pénétrer par les messages des œuvres, cette visite ne sera pas la dernière. Tout au long de l’exposition, promet-il, le ministre reviendra sans protocole pour s’abreuver de la créativité artistique sur le virus qui tient le monde en émoi.

Banouto Digital

Vous aimez une presse libre et de qualité. Alors offrez-vous un accès illimité à Banouto Digital en souscrivant à un des abonnements moins chers.
1500 F CFA/mois ou 15.000 F CFA/An.

Abonnez-vous

A lire aussi ...