Afrique : «Les gouvernements et les institutions ont atteint leurs limites», Khaled Igue

Olivier Ribouis
publié le 28 mai 2018

A la tête du Think thank Club Afrique 2030, Khaled Igue qui veut apporter des réponses africaines aux défis du continent, a, dans une interview accordée à Africapress en début du mois, évoqué la question du chômage dans les pays africains et indiqué ce qu’il estime être la porte de sortie.

khaled-igue Khaled Igue, fondateur du think thank Club Afrique 2030

Il y a encore du chemin à faire pour aboutir à l’émergence escomptée en Afrique à l’horizon 2030. C’est ce qui ressort des analyses de Khaled Igue, Directeur des partenariats publics et institutionnels de la jeune OCP Africa, filiale du leader marocain et mondial des phosphates,  et fondateur du think thank Club Afrique 2030.« Aujourd’hui, les politiques publiques que nous développons sur le Continent ne suffisent pas à atteindre l’émergence que nous souhaitons à l’horizon 2030 »  a déclaré  dans une interview en début de mai à Africapresse, le jeune think thanker d’origine béninoise qui trouve que le chômage des jeunes de moins de 25 constitue un problème sérieux dans les pays africains.

Selon en lui, en dépit de quelques progrès,  il y a encore du pain sous la planche avec d’énormes défis à relever. Le jeune idéaliste relève que le continent se trouve à un moment décisif de son histoire mais la politique publique telle que conçue depuis des lustres en Afrique n’est plus adéquate.  « Il faut travailler sur les questions d’éducation, de santé, d’énergie et d’agriculture, avec le numérique en transversal, car ma génération ne conçoit plus la politique publique sans numérique » a-t-il suggéré.

Invité il y a peu  au Forum économique de Tunis et à la conférence de presse de lancement du Forum des diasporas de  Paris qui se tient le 22 juin prochain, Khaled Igue croit à la force de l’entreprise pour contribuer à la résolution des problèmes de chômage des jeunes africains et au développement intégral du continent. « Je suis convaincu que l’entreprise sera pour l’Afrique la solution du XXIe siècle » a-t-il affirmé à Africa presse avant de marteler : « Seule l’entreprise va permettre aux 700 millions d’Africains de moins de 25 ans – plus de la moitié de notre population totale actuelle de 1,2 milliard de personnes – de créer leur propre activité, leur propre emploi. L’entreprise représente véritablement la solution ». Mais, il est au regret de constater que « Les gouvernements et les institutions ont atteint leurs limites, ils ne peuvent plus créer d’emplois ».


Vous pouvez désormais commenter les articles en tout anonymat. toutefois tout commentaire deplacé sera simplement retiré. merci