Bénin: l’épargne en bourse ouverte à tous grâce aux offres AGA

Falilatou Titi
publié le 31 janvier 2019

La société de gestion d’OPCM Africaine de gestion des Actifs (SGO-AGA) et la société de gestion et d’intermédiation Africaine de gestion et d’intermédiation (SGI-AGI) mettent sur le marché de la bourse au Bénin, deux nouveaux produits. Le lancement officiel a eu lieu le mercredi 30 janvier 2019 à Cotonou.

benin l'investissement en bourse démocratisé avec les produits AGA Séance de présentation des produits AGA confort plus et AGA capital plus qui vise à démocratiser l'investissement en bourse, Cotonou le 30 janvier 2019

 

«La bourse en toute sérénité». C’est avec Africaine de gestion d’Actifs (AGA) et Africaine de gestion et d’intermédiation (AGI). Les deux structures boursières entendent démocratiser l’épargne pour rendre la bourse accessible à toutes les couches sociales en Afrique, notamment au Bénin. Avec leurs tous nouveaux produits, AGA confort plus et Aga capital plus, c’est la désacralisation des produits classiques de la Bourse régionale des valeurs mobilières (BRVM) jadis réservés à l’élite. Pour les promoteurs des sociétés AGA et AGI, il n’y a pas que l’élite qui ait droit aux produits de la bourse, tout le monde devrait en profiter. Avec une valeur « liquidative » de 1000 francs CFA, toute personne peut décider de commencer à épargner et de ce fait, investir dans la bourse.

«Nous pouvons offrir des rendements allant de 6,5% jusqu’à 8,75% net par an. Donc à partir de 1000 francs CFA, vous pouvez bénéficier de ces taux de rendements là. Comparés aux épargnes classiques que nous connaissons, nous pensons que ce sont des taux de rémunération assez intéressants», fait savoir Martial Kakanou, directeur général de la SGO-AGA.

«Le rôle des spécialistes de gestion d’actifs, c’est d’aller sélectionner des actifs qui pourront permettre d’atteindre ce niveau de rendement pour pouvoir satisfaire ce qu’ils ont promis comme intérêts » souligne Théodore Ganflè, directeur général de l’Africaine de gestion et d’intermédiation (AGI). Pour lui c’est un rôle déterminant car, ces produits répondent à un besoin donné et visent à permettre à tout le monde d’épargner selon son rythme, en tenant compte de sa propre capacité. «Les artisans ont leur place, le commerçant a sa place, le cadre a sa place, tout le monde a sa place. C’est un produit de masse populaire que nous mettons à la disposition des populations pour les aider à prendre leur vie en main », précise Théodore Ganflè. Plus les gens évoluent, explique le spécialiste de la bourse, plus ils doivent, au-delà du travail qu’ils font, développer d’autres sources de revenus qui peuvent leur permettre d’atteindre les objectifs qu’ils se sont fixés.

Sécurité des fonds épargnés

La SGO-AGA a obtenu auprès du conseil régional de l’Epargne publique et des marchés financiers (CREPMF) son agrément d’exercer l’activité de gestion d’Organisme de placement à valeurs mobilières (OPCVM) en juin 2018 sous le numéro SG/2018-02. Quant à la SGI-AGI, elle a obtenu son CREPMF depuis 2016 sous le numéro : SGI/2016-03. Les deux produits lancés : Aga Capital Plus et Aga Confort Plus ont été agréés par la même instance financière le 10 décembre 2018 respectivement sous les numéros FCP/2018-12 et FCP/2018-13.

AGA et AGI ne sont autorisés qu’à investir dans les valeurs mobilières agréées et autorisées par le Conseil régional de l’Epargne publique et des marchés financiers (CRPFM) de l’Union économique monétaire ouest africaine (UEMOA). « On ne fait pas de placements en ligne, on n’achète pas de terrain, de maisons. On n’achète exclusivement que des titres financiers autorisés dans notre sous régions, c’est-à-dire, actions ou obligations des Etats de l’UEMOA», rassure Martial Kakanou. «Si j’ai l’habitude d’épargner 1000 francs afin de construire une maison dans 5 ans, le jour où j’ai besoin de mes sous, je m’adresse au spécialiste et je vais retirer mes actifs pour évoluer. Je ne cours plus le risque de voir le tontinier disparaître», renchérit Théodore Ganflè.

Projets d’avenir

La souscription à ces services, démarrée depuis le 7 janvier 2019, pourrait rapporter un taux de 6,5% net d’intérêt en moyenne par an sur un horizon de placement minimal de 3 ans. Quelles que soit les conditions de marché, rassurent les promoteurs, les souscripteurs bénéficient d’une grande souplesse d’intervention afin de rechercher la performance. «Cette diversification des stratégies vise à rechercher le meilleur compromis entre prise de risque et recherche de performance» justifie-t-ils. Des précisons qui, disent-ils, visent à mettre l’accent sur l’aspect sécurité des opérations. A travers le fonds commun de placement, l’épargne salariale et le complémentaire retraite, les populations peuvent être sûres de pouvoir concrétiser leurs projets d’avenir.


Vous pouvez désormais commenter les articles en tout anonymat. toutefois tout commentaire deplacé sera simplement retiré. merci