Bénin: une mission du FMI note «une excellente performance» économique

Léonce Gamai
publié le 6 mai 2019

Une mission du Fonds monétaire international (Fmi) qui a séjourné au Bénin pendant deux semaines note «une excellente performance» économique et «un fort potentiel de croissance à moyen terme.»

mission-fmi-economie-beninoise Romuald Wadagni, ministre des finances du Bénin et Luc Eyraud, chef de mission du FMI pour le Bénin

 

Union équipe de Fonds monétaire international (FMI), dirigée par Luc Eyraud vient d’achever une mission de deux semaines au Bénin. L’objectif de cette mission est double. D’abord, effectuer la quatrième revue du programme économique et financier triennal appuyé par le FMI dans le cadre des accords au titre de la Facilité Elargie de Crédit (FEC) conclue en avril 2017. Ensuite, faire une analyse globale de l’économie béninoise. Les conclusions de  cette mission sont plutôt une bonne nouvelle pour le Bénin et le gouvernement du président Patrice Talon. «Je tiens à dire que la performance du programme est très satisfaisante», a assuré le chef de mission, Luc Eyraud, face à la presse lundi 06 mai 2019 à Cotonou. Il apprend que la «bonne surprise» découverte par la mission concerne le déficit qui est de «4% du PIB en 2018, alors qu’on s’attendait à un déficit bien plus élevé de 4, 7%.» Ceci s’explique par une «gestion très prudente des finances publiques, une très bonne mobilisation des recettes par le gouvernement. Les revenus et les recettes intérieures ont été particulièrement forts, et on continue de voir au premier trimestre 2019 une bonne situation au niveau des revenus. C’est en particulier grâce aux efforts du gouvernement en matière de lutte contre les fraudes fiscales.»

La mission dit avoir également revu à la hausse les projections sur le taux de croissance. Pour une prévision initiale de 6% en début 2018, passée à 6,5% en octobre de la même année, le taux de croissance pour l’année 2018 est désormais de 6,7 %, selon la mission du FMI. Pour l’année 2019, elle table aussi sur un taux de 6,7%. «C’est une croissance élevée qui a été tirée par l’activité agricole et aussi par l’activité au port de Cotonou», explique Luc Eyraud. Concernant le second objectif de la mission, qui porte sur «l’analyse plus globale de l’économie»,  il fait savoir que  «l’un des principaux résultats de cette analyse est que cette croissance qu’on observe aujourd’hui va se poursuivre à moyen terme.» Sa mission note que «le potentiel de croissance du Bénin à moyen terme est très élevé en particulier si on le compare aux autres pays d’Afrique Subsaharienne. Les perspectives de croissance sont donc fortes.»

Maintenir le cap

Pour s’assurer que ces perspectives économiques se réalisent, la mission du FMI fait des recommandations. Le gouvernement Talon doit «réaliser son agenda et ses projets de réformes économiques, et en particulier la continuation de la modernisation du secteur agricole, le soutien à l’industrie et le développement de nouveaux secteurs porteurs tels que le tourisme ou l’économie numérique.» Le gouvernement doit aussi renforcer le secteur bancaire. A ce niveau, le chef de  mission apprend que le gouvernement a déjà pris des dispositions notamment pour faciliter l’accès aux crédits et prêts bancaires. Il annonce l’avènement d’une loi qui «va permettre d’utiliser beaucoup plus facilement les titres de propriété comme garantie pour obtenir les prêts. Quand les banques vont avoir davantage de garanties, elles seront beaucoup plus amenées à faire les prêts, et ça sera bon pour l’économie.»

Face à un tel tableau, le ministre béninois de l’économie et des finances ne peut que s’enorgueillir. «Les conclusions que nous venons d’entendre sont la preuve que nous sommes dans la bonne direction. Nous avons la preuve que la gouvernance économique du pays est bonne. Nous avons surtout la preuve que le Bénin a retrouvé le rang des pays crédibles», s’est félicité Romuald Wadagni.

 


Vous pouvez désormais commenter les articles en tout anonymat. toutefois tout commentaire deplacé sera simplement retiré. merci