Fermeture de frontières : le Nigéria viole un protocole de la CEDEAO

Ozias Hounguè
publié le 26 août 2019

A la suite de la fermeture des frontières du Nigéria avec ses voisins dont le Bénin, le professeur John Igué et le Journaliste Soulé Issiaka se sont prononcés dans l’émission ‘’Sans langue de bois’’ de la radio Soleil FM.

nigeria-frontiere Une frontière du Nigeria et du Bénin

La fermeture des frontières du Nigéria avec ses voisins dont le Bénin n’est pas en règle avec les dispositions de la Communauté des Etats de l’Afrique de l’Ouest. Dimanche 25 août 2019 sur l’émission ‘’Sans langue de bois’’ de Soleil FM, le professeur John Igué a estimé que la nouvelle mesure des autorités nigérianes viole le protocole de la CEDEAO sur la libre circulation des biens et des personnes.

Le grand voisin de l’Est, souligne le professeur, ne pouvait pas décider de fermer ses frontières avec le Bénin sans l’accord de la CEDEAO. Il signale que le Bénin fait en effet partie des pays les plus touchés par cette décision. Pour l’invité, le Bénin doit prendre des mesures pour trouver une issue à cette décision du Nigéria. C’est pourquoi, conseille-t-il, le Bénin doit rapidement prendre l’initiative de se concerter avec les autres pays concernés pour demander une réunion extraordinaire de la CEDEAO. Un avis que partage le second invité de l’émission, Soulé Issiaka qui a montré que si le Bénin et les pays voisins concernés insistaient auprès du Nigéria, le pays pourrait alléger la fermeture de ses frontières.

LIRE AUSSI: Nigeria/Fermeture de frontières : Dangote et des hommes d’affaires soupçonnés

A propos du protocole évoqué, les chercheurs Koffi Nutefé Tsigbé et Koffi Bakayota Kpaye ont consacré une œuvre au volet de la libre circulation des biens dans l’espace CEDEAO. « Dès sa création, la CEDEAO (composée de 15 pays aujourd’hui) a fait de la libre circulation des biens, l’un de ses objectifs majeurs dans le contexte de l’intégration sous-régionale. À cet égard, la libre circulation des biens consiste à permettre aux produits ou marchandises originaires des États membres de franchir les frontières sans être soumis à la fiscalité de porte (droits de douane et autres droits et taxes) qui frappe exclusivement les produits étrangers lors du franchissement des frontières. Plusieurs instruments juridiques ont été adoptés à cet effet, en vue de créer un cadre réglementaire pour la libre circulation des biens », ont-ils écrit dans l’ouvrage intitulé « La question de la libre circulation des biens dans l’espace CEDEAO (1975 - 2015) ».


  • Diallo
    il y a 1 mois

    Le Nigeria n'a fait que faire c'est que lui a semblé bon pour sa nation. Le Sénégal l'a fait à la Guinée au temps d'ebola.