Bénin : nouvelle augmentation du prix du kpayo

Judicaël Kpehoun (Stag)
publié le 31 août 2019

Au petit matin de ce samedi 31 août 2019, les habitants de la capitale économie du Bénin se sont réveillés avec une nouvelle augmentation du prix de l’essence de contrebande.

un-vendeur-et-son-etalage-de-kpayo Un vendeur et son étalage d'essence kpayo

L’essence dit de contrebande passe désormais de 450 à 550, voire 600 francs CFA par endroit. Monté peu après la fermeture de la frontière nigériane, le prix du kpayo (essence frelatée en langue Fon, Ndlr) tournait autour de 400 francs jusqu’à la soirée du vendredi 30 août. « Les stocks que nous avions pris à la fermeture des frontières sont presque à terme. D’autres marchandises ne nous parviennent plus depuis deux semaines », justifie un commerçant d’essence de contrebande rencontré à Mènontin dans le 9ème arrondissement de Cotonou.

Avant la fermeture de la frontière, le litre d’essence au bord des voies se vendait à 325 francs. La flambée est intervenue dans la soirée du 21 août, lendemain de la fermeture. A en croire les commerçants, le bidon d’’essence se vendait à 12 800f même à la fermeture des frontières. Aujourd’hui, apprend un vendeur, c’est à 14 800f. Selon lui, c’est ce qui justifie les nouveaux tarifs pratiqués. Cette augmentation, poursuit-il, était due à un mécontentement des prix au sein des revendeurs. « Maintenant c’est le signe que nous ne disposons plus véritablement d’essence en stock », se désole un autre vendeur. « Et compte tenu du climat sécuritaire à Sèmè-Kraké, nous ne pouvons plus en avoir » a-t-il ajouté.

Quant aux consommateurs de ce produit importé du Nigéria, il souhaite voir le gouvernement béninois entreprendre des démarches pour une sortie de cette situation. « Il faut que les autorités béninoises puissent négocier avec le président nigérian pour la réouverture des frontières », souhaite un client rencontré au quartier Mènontin.

Le Nigéria a décidé de fermer ses frontières terrestres et maritimes avec ses voisins pour limiter l’entrée de certains produits de contrebande sur son territoire. Cette décision qui a pris effet à partir du 20 août 2019, intervient dans le cadre d’un exercice conjoint pour la sécurisation du pays. L’opération, selon un communiqué de l’armée nigériane, va durer 28 jours.


Vous pouvez désormais commenter les articles en tout anonymat. toutefois tout commentaire deplacé sera simplement retiré. merci