INTERVIEWS 0 Commentaire

Bénin-Souleyman Amzat: «l'insécurité requiert des gouvernants une attention soutenue»

Falilatou Titi
publié le 18 décembre 2017

Très actif sur les réseaux sociaux, Souleyman Amzat est un Béninois, consultant  spécialiste des questions de sécurité vivant en France. Banouto l’a rencontré en septembre 2017 lors de ses vacances au pays pour un entretien exclusif sur la sécurité au Bénin et le Mouvement patriotique de la jeunesse panafricaine dont il est le président.

souleymane amzat benin securiteSouleymane Amzat

Monsieur Souleyman Amzat, vous êtes implantés en France après plusieurs années en Afrique. Comment vous êtes-vous adapté à la vie dans l’Hexagone ?

Au départ, j'étais confronté en premier lieu au changement climatique dû à ma première saison hivernal. Le métier étant aussi lié à la connaissance pratique du terrain et il faut le savoir, Paris fait, sans erreur de ma part, environ 30 à 40 fois la taille de la ville de Cotonou sinon plus. Il fallait avoir tout de suite ses repères. Et enfin, il fallait, faire valoir ses compétences militaires acquises en Libye et autres dans une société de la place et surtout, s'assurer que tout cela se faisait dans les règles de l'art. Je veux dire, en ayant ses papiers administratifs en règle. Un vrai combat! L'exercice en toute quiétude de la fonction, nécessitait à l'époque tous ces points que je viens de citer.

Pour avoir fait la France, comment appréciez-vous le système de sécurité  béninois?

En toute responsabilité et en toute connaissance de cause à effet, permettez ou souffrez que je ne vienne étaler sur la place publique ce que je sais du système de la sécurité béninoise. Ce serait vendre sa peau aux loups et Dieu seul sait combien d'autres seraient heureux de le savoir. Cela pourrait ouvrir une brèche à l'ennemi. Mettons-nous d'accord sur un point. Il n'y a pas de sécurité zéro. La recherche de quiétude est du fait de l'insécurité. Je veux dire la sécurité à cent pour cent n'existe pas. La sécurité est donc liée à la problématique de l'insécurité et donc, ne serait pas d'actualité, ce qui m'aurait fait valoir mes compétences dans d'autres secteurs d'activités. Sous l’ancien régime, des efforts ont été faits dans l'équipement et la formation des forces de défense et de sécurité. Le système de sécurisation de nos villes et campagnes avait connu un début d'amélioration. Mais vous savez, ce métier connait des ingratitudes parce que n'étant reconnu à sa juste valeur comme un métier à hauts risques par nos politiques. Sous le régime actuelle, pour peu que je sache, je constate une amélioration qualitative, mais pas quantitative des moyens matériels, une normalisation de l'indice de paiement des hommes de sécurité. Je veux parler de la police en particulier. C'est juste une régularisation et cela n'est pas suffisant mais c'est un début. Nous n'évoquerons pas ici tous les sujets parce que  nous les savons innombrables. Mais il faut totalement repenser le concept conformément à nos besoins internes et externes de sécurité, de protection et de défense.

Le Bénin est dans une zone de l’Afrique où l'insécurité est de plus en plus grandissante (Mali, Nigeria, Burkina Faso), que doit faire le gouvernement béninois pour renforcer le système de sécurité actuellement afin de protéger les populations?

Je voudrais en premier, saluer et remercier le Président de la République pour tous les efforts consentis à ce jour depuis sa prise de fonction, louer le travail abattu par le Ministre de l'intérieur et de la  sécurité et l'ensemble des personnels et assimilés des forces (la gendarmerie et la police) pour les résultats actuels. Sans aucune prétention de ma part, seules les autorités en  place pourraient vous répondre. Le Chef de l'État, à ce que je sache, est très préoccupé par la question. Il a initié avec l'aide d'une commission, un projet visant la création d'une force par la fusion des corps de la gendarmerie et de la police. Une force, dit-on !!! Attendons de voir.

Selon vous, que reste-t-il à faire pour avoir un système de sécurité efficace sur toute l'étendue du territoire national?

Un travail est en cours. Même s'il est diversement apprécié par certaines personnes dont moi. Je n'ai pas la prétention d'avoir la science infuse dans le domaine  mais, je ne suis pas non plus un vendeur de cacahuètes ou d'illusions. Mon passé en dit long en la matière. Je vous l'avais dit à l'entame de cette interview, qu'il n'y pas de d’insécurité zéro. Il faille à ma connaissance un diagnostic conséquent, profond, au sens large du terme, un bilan analysé des déboires et difficultés qu'ont connus et connaissent encore les forces de l’ordre, leurs difficultés morales et matérielles, leurs besoins et attentes en terme de formation et de mise en situations et enfin, pour ne citer que ceux-là, la mise en disponibilité opérationnelle des troupes d’interventions préventives, dissuasives et de combats...

Lisez la suite de cette interview et bien d'autres intressants articles dans notre magazine numérique de novembre en cliquant ici.


Vous pouvez désormais commenter les articles en tout anonymat. toutefois tout commentaire deplacé sera simplement retiré. merci