INTERVIEWS 6 Commentaires

Boni Tessi: « Je n’ai jamais reçu d’ordre, ni de Talon, ni de Boni Yayi »

Ozias Hounguè
publié le 21 juillet 2019

En fin de son mandat à la tête de la Haute Autorité de l’Audiovisuelle et de la Communication (HAAC), Adam Boni Tessi, s’est prononcé sur son bilan à la tête de l’institution au micro de nos confrères de Frissons radio. Entre satisfécit et présentation du travail abattu par son équipe, il a également évoqué son avenir après son départ de la tête de l’institution.

adam-boni-tessi Adam Boni Tessi, Président en fin de mandat de la HAAC

Président, vous êtes comme vous l’avez dit en fin de mandat, est-ce que vous êtes un président soulagé ou un président qui part avec quelques regrets ?

Ce que j’avais comme vision, comme objectif, j’ai pu quand même réaliser la majorité. Je suis comblé. Je n’ai pas de regrets bien au contraire, je suis satisfait.

Vous n’êtes pas de ceux qui aiment s’accrocher aux affaires ?

Du tout pas ! Partout où je suis passé, j’ai toujours passé la main. Vous savez que j’ai été sous-préfet, je n’ai pas eu de problèmes. J’ai été maire et j’ai quitté la mairie pour être député. C’est du poste de député que je suis venu ici. Mon mandat de député n’était pas terminé pourtant j’ai accepté de quitter et de venir à la Haac.

Que voulez-vous qu’on mette à votre actif comme bilan aujourd’hui ? que voulez-vous mette en avant ?

Je peux dire que nous avons travaillé dans la collégialité. Nous avons fait un travail d’équipe. Ce que nous avons pu faire dans le domaine du basculement de l’analogique au numérique, c’est quelque chose qui a été fait en équipe, et particulièrement, en ce qui concerne la régulation de la presse en ligne. Nous avons pu élaborer les textes de base qui vont servir à la régulation ce qui n’existait pas.

La suspension de La Nouvelle Tribune, le brouillage de la fréquence de Soleil FM, le recul dans le classement de Reporters Sans Frontières. Ce n’est pas un peu les tâches noires de votre présidence ?

Non ! comme je vous l’ai dit, nous avons mis un point d’honneur à appliquer les textes et je crois que c’est ça que certains prennent mal. C’est ça le Béninois de façon générale. Il veut la chose et son contraire. Ce que les textes ont dit, est-ce que quand vous l’appliquez, on va qualifier ça de point noir ? J’ai reçu même des ambassadeurs par rapport à la suspension des organes de presse, je leur ai expliqué que c’est nos textes. Je leur ai même lu les passages qui permettent de le faire.

Par rapport au brouillage, ce n’est pas nous qui sommes responsables, mais nous avons à rechercher les sources du problème. Pour les rechercher, il faut avoir l’équipement requis. Si nous ne disposons pas de cet équipement on va faire quoi ? Nous ne nous reprochons rien.  Et dans le cas d’espèce, nous avons un camion ici qui a été acquis à plus de 800 millions de francs CFA et ce véhicule à des problèmes d’antennes. Les gens l’ont mal utilisé et l’antenne est cassé. C’est une antenne qui coûte au-delà de 30 millions. Notre budget, ne nous permet pas de l’acheter. Nous avons écrit au ministère des finances, nous avons mis dans le budget. Mais le budget qu’on nous accordé jusqu’ici ne nous a pas permis d’acheter l’antenne.

Est-ce qu’on peut être fier du classement de Reporters Sans Frontières sur le Bénin, qui est un pays démocratique, un pays de grandes traditions médias quand même ?  

Le classement de Reporters Sans Frontières, je suis un peu gêné de dire que ça me gêne. Voilà des gens qui ne se rapprochent pas de vous, qui ne cherchent pas à comprendre ce que vous faites. Et puis dans leur classement, on n’a pas les critères, on n’a pas les éléments d’appréciation pour savoir si c’est par rapport à la HAAC qu’on dit que nous sommes dernier ou avant dernier. Nous n’avons jamais eu des éléments d’appréciations par rapport à cela.

Président, vous partez sans régler le problème de La Nouvelle Tribune, de Soleil FM et des autres. Vous n’avez pas un peu sa sur la conscience ?

Non ! Soleil FM, c’est le brouillage dont vous avez parlé, je vous ai expliqué. Si ce n’est pas ça, personne n’a embêté Soleil FM.

Mais à quoi bon alors existé, si vous n’avez pas les moyens de protéger les médias ?

Non, mais nous protégeons les médias. Ce n’est pas seulement quelques radios, vous avez parlé de Soleil FM, de La Nouvelle Tribune. Ça fait deux organes, il y en a combien au total au Bénin ? il y a d’autres organes. Les autres continuent.

C’est deux médias qui comptent quand même ?

Les autres médias comptent également. Il n’y a pas un critère pour apprécier qu’un média vaut mieux qu’un autre.

Pour vous, c’est quoi un bon média ?

Non. Nous n’avons pas à qualifier les médias. Nous avons une convention que nous signons et la convention dit que le média est tenu à un certain nombre de conditions. Nous n’avons pas suspendu Soleil FM. Nous n’avons pas empêché Soleil FM de fonctionner. Je sais que nous avons eu des problèmes entre temps parce qu’il avait délocalisé et pour délocaliser, il faut l’autorisation de la HAAC. On n’a pas reçu un acte qui nous demandait cela.

Avez-vous été un président, qui a pu assurer l’indépendance de son institution vis-à-vis de l’ancien président Boni Yayi et du président Talon sincèrement ?

Quand les gens parlent d’indépendance, je ne sais pas quel est le critère qu’ils veulent utiliser ? Quel est l’élément qui va montrer que je suis indépendant de Boni Yayi ou que je suis indépendant de Talon ? Est-ce que c’est le fait de les bouder ? Moi, je suis à la tête d’une institution de la République, qui a des règles de fonctionnement, qui a des documents de références qui sont les lois. Et c’est de ça, je vais me servir pour faire mon travail. Maintenant qu’est-ce qu’on veut insinuer en parlant d’indépendance par rapport au chef de l’Etat ? A n’importe quel chef d’Etat parce que Boni Yayi, c’est lui qui a précédé Talon. C’est vrai, c’est sous Boni Yayi que j’ai été nommé. C’est sous Talon, je suis en train de finir.

Vous n’avez pas été un président aux ordres ?

Je n’ai jamais reçu d’ordre, ni de Talon, ni de Boni Yayi

Vous avez été un bon président ?

Je ne peux pas le dire, mais de mon point de vue par rapport aux normes que je dois respecter, je pense que je l’ai été que ce soit au plan national qu’international. Nous sommes une institution de référence. Nous recevons presque chaque mois des délégations qui viennent des autres institutions et quand nous sortons, nous sommes très appréciés.

Est-ce qu’il y a un souci avec notre collègue Emmanuelle Sodji de France 24 et de TV5 ?

Emmanuelle Sodji n’avait pas une accréditation de travail au Bénin. Or, il est dit que pour des correspondants d’organes de presse qui vont opérer sur le territoire national, il faut qu’il ait une accréditation de la HAAC. Elle n’en avait pas.

Elle est Béninoise et son média à un accord de siège avec le Bénin. Elle n’avait pas besoin d’accréditation ?

Elle a bien besoin d’accréditation parce que le média n’est pas du Bénin. On a toujours donné des accréditations à tous ceux qui exercent pour TV5, pour France 24 et autres. Ce dont nous avons écrit à ces médias qui n’ont pas contesté nos écrits.

Pourquoi vous ne lui avez pas délivré d’accréditation avant de partir ?

Elle n’a pas demandé. On ne l’a même pas vu…

Qu’allez-vous faire à partir de lundi ? Quelle est votre nouvelle vie ? Je veux dire de façon professionnelle, vous retournez à la politique ?

Mais je suis politicien comme vous le savez. Plusieurs fois députés, Plusieurs fois maires, plusieurs fois élus dans mon milieu. Donc, je n’ai pas de problèmes. Je suis financier, je suis cadre supérieur des finances donc j’ai pleins de relations à l’internationale. Il y a beaucoup de choses qui peuvent être faite. On aura le temps de nous retrouver. 

Réalisation : Frissons Radio

Transcription: Ozias Hounguè


  • René Marcos ALLOKEME
    il y a 17 jours

    C'est Faux!Je n'aime pas le mensonge.

  • JESUS est Seigneur
    il y a 12 jours

    Gros menteur ce vieux gaga

  • Franck
    il y a 8 jours

    Tant pis. Toi et talon et ses autres complices, vous irez en prison après son mandat et vous serez lynchés par le peuple.

  • sultan aziz
    il y a 8 jours

    la vérité...tessi...est gando...et celà explique tout

  • BAWURO
    il y a 1 jour

    Il faut qu'on revoit les choses. L'homme qu'il faut à la place qu'il faut. Celui-là ne sait même pas mentir.

  • Didier
    il y a 4 jours

    lui n'a qu'à foutre le quand avec ses joues comme celui du crapaud