INTERVIEWS 2 Commentaires

Communales 2020 au Bénin: révélations de Nourénou Atchadé sur les listes FCBE à la CENA

Léonce Gamai
publié le Mar 26, 2020

Nourénou Atchadé, secrétaire national à la communication de la Force cauris pour un Bénin émergent (FCBE) se vide sur les conditions de la confection des listes de candidatures du parti aux communales 2020.

atchade-nourenou Nourénou Atchadé, secrétaire national à la communication des FCBE

Dans un communiqué rendu public le 17 mars 2020 et diffusé par Banouto, l’ancien député, considéré comme l’un des leaders de l’aile dure du parti, soupçonne le camp Hounkpè (actuel secrétaire exécutif national) d’avoir tripatouillé les listes de candidatures FCBE déposées à la commission électorale (CENA). Dans une réaction publiée par Banouto, Théophile Yarou du camp Hounkpè et deuxième secrétaire exécutif national, rejette les soupçons de Nourénou Atchadé et l’accuse d’être le « virus » du parti. Ce dernier exerce son droit de réponse dans un entretien téléphonique réalisé dimanche 22 mars 2020.

Banouto : En réaction à votre communiqué dans lequel vous soupçonnez le camp Hounkpè d’avoir tripatouillé les listes de candidatures FCBE aux prochaines communales, Théophile Yarou vous accuse d’être le « virus » du parti. Que lui répondez-vous ?

Nourénou Atchadé : Je voudrais d’entrée, présenter toutes mes excuses aux militants du parti FCBE parce que j’ai l’habitude de rester courtois dans mes propos. Mais, après avoir lu l’interview de Yarou chez vous, je suis obligé de répondre dans les mêmes termes que lui.

Le coronavirus même c’est Yarou, par son mensonge, par la recherche effrénée du pouvoir, par l’exclusion qu’il fait au sein du parti. Le fait de vouloir se retrouver seul et d’exclure tous ceux qui résistent est le problème du parti aujourd’hui. Et l’auteur même c’est Yarou. Ce n’est pas Hounkpè qui se fait manipuler. 

Vous le qualifiez de coronavirus parce qu’il vous accuse d’être le virus du parti ?

Monsieur Yarou a 3 défauts majeurs. Le premier, monsieur Yarou est suffisant et très arrogant. Il pense que tout le monde lui doit obéissance mais lui, non. Je le lui ai fait savoir à plusieurs reprises. Il a lui-même reconnu les faits tout en arguant que c’est une déformation. Lui, il serait un prince, mais je lui ai dit que tout le monde n’appartient pas à son royaume et qu’en politique, il faut considérer les autres.

Le deuxième défaut que je constate en lui, c’est qu’il veut à tout prix le pouvoir. Même s’il faut vendre FCBE pour atteindre ses objectifs, il va le faire en méprisant les centaines de milliers de militants. La preuve, c’est qu’il a une habitude de tripatouillage des textes qu’il a eu l’occasion de faire avec son congrès clandestin. Il a sorti toutes les prérogatives du président d’honneur (Boni Yayi, ndlr) pour rester le patron de la FCBE. Il a nommé un Secrétaire exécutif national (SEN) qu’il manipule à sa guise.

Son troisième défaut, c’est le mensonge. Yarou est un menteur attitré.  Tout le monde le connait. Au sein de la FCBE, vous demandez aux membres du bureau exécutif national qui ont collaboré avec monsieur Yarou, ils vous diront qu’il est un menteur.

Monsieur Yarou a un corona menteur.  Il devait se mettre en quarantaine pour ne pas tuer les gens avec son mensonge. A ce niveau, je prends son interview. Avec son Secrétaire exécutif national (Paul Hounkpè, ndlr), ils ont trouvé que je ne suis plus rien dans le parti. Je ne sais pas ce qu’on appelle : ‘’il n’est plus rien dans le parti’’.

Le récépissé qu’ils ont eu en falsifiant les textes du parti, ils n’ont qu’à aller le lire. Il n’a qu’à lire les principaux responsables du parti à la première page. Mon nom n’y figure pas ? Je ne suis pas membre du bureau exécutif national de  FCBE ? Je ne suis pas membre du bureau politique de FCBE ?

Quel est alors votre poste dans la nouvelle configuration du bureau FCBE ?

Dans la nomination qu’ils ont faite, je suis le secrétaire national à la communication. Avant la nomination, j’étais le secrétaire national chargé de la communication et porte-parole du parti.

Mais qui ne sait pas aujourd’hui qu’il y a deux ailes dans FCBE ? Qui ne sait pas qu’après le départ en voyage de monsieur Tigri, c’est moi qui suis le responsable de notre aile ? Ce n’est pas moi qui conduis les négociations au domicile du président Boni Yayi ? Qui a conduit la négociation de notre aile ?

A Parakou, qui a conduit la délégation de notre aile ? Pourquoi pense-t-il que, moi, je n’ai pas le droit de parler ? Mais lui qui parle de légitimité, leur aile a combien de membre au sein du bureau exécutif ? Avec tout ce qu’ils ont fait, sur les 77, ils sont à peine 22 et ils pensent que les autres ne sont rien.

Mais écoutez, quand il dit qu’il est responsables du parti, il est à la recherche de quelle légitimité ? Mais est-ce que Djènontin a jamais dit je suis le SEN, je suis le premier responsable des FCBE ? Tout le monde le sait parce qu’il a été élu à un congrès.

Concernant le différend autour de la liste FCBE pour les communales, l’ancien ministre Yarou vous accuse d’ignorer les textes.

Monsieur Yarou dit que je ne connais pas le code électoral. Il me fait rire. Il parle d’un ancien parlementaire. J’ai fait 8 ans de vie parlementaire. Et j’ai vu trois codes électoraux passer. Donc, ce n’est pas à moi qu’il doit dire ça.

Est-ce que le code électoral a prescrit que l’impression de la liste de candidatures des partis politiques se fasse à la CENA ?  Il y a une défaillance technique au siège du parti et c’est à la CENA qu’on la corrige avec l’imprimante ou l’électricité de la CENA ? Monsieur Yarou doit nous respecter et savoir que nous ne sommes pas ses enfants.

Vous semblez contredire Théophile Yarou qui avait justifié l’impression des dossiers FCBE à la CENA par une défaillance de l’imprimante au siège du parti.

Aucune imprimante n’est en panne. Monsieur Yarou et ses gars ont acheté, je ne sais par quel moyen, des outils informatiques neufs pour le siège du parti. L’imprimante qui se trouve dans la salle de demande de quitus fiscal est neuve et fonctionnelle. Cette imprimante n’a même pas été envoyée au niveau de la salle informatique.

Donc c’est une allégation. Le code électoral prévoit-il que lorsque l’imprimante d’un parti est en panne, il faut aller à la CENA ? Il m’accuse d’ignorer le code électoral. Mais je ne vois pas en quoi, je ne connais pas le code électoral.

Il avance aussi que le problème de liste s’est posé seulement à Cotonou, notamment dans la 16ème circonscription électorale. Dans le même temps, il déclare que la situation de listes parallèles est survenue  un peu partout.

Il explique quand même…

Il explique qu’ils ont contourné les structures normalement installées par le parti et nous avons dit qu’une fois que nous travaillons ensemble, on ne devait pas parler de structures parallèles.

Je prends le cas de Cotonou, la 15ème et la 16ème circonscriptions électorales. Là, toutes les structures du parti fonctionnent depuis 2018. Mais le camp Yarou a contourné ces structures et c’est seulement 2 personnes qui ont collecté les dossiers des candidats.

Comment vous imaginez que ce soit possible ? Monsieur Yarou a déclaré à Golfe TV qu’ils ont écarté Adjovi parce qu’il négociait avec la mouvance. Mais dans vos colonnes, il affirme qu’ils ont écarté Adjovi parce qu’il a refusé de discuter avec les 2 messieurs à qui ils ont commandé le travail. Je dis que c’est archi-faux.

Au niveau de la 15ème circonscription électorale, les 2 parties ont travaillé ensemble. Le document d’entente a été signé par leurs émissaires et le coordonnateur local FCBE. Est-ce que c’est cette liste consensuelle que le camp Yarou a déposé à la CENA ? Non.Au niveau de la 16ème circonscription électorale, ils ont mis en place un sous-comité dirigé par le doyen Zakari Ibrahim, un ancien syndicaliste. Adjovi et les deux émissaires du camp Yarou étaient également présents.

J’ai participé aux travaux de ce comité de 23 heures à 3heures du matin. Il ne restait qu’un seul arrondissement sur lequel ils ne se sont pas entendus. C’était dans la nuit du 10 au 11 mars. Le lendemain, déjà à 10h, le vieux Zakari s’était présenté au siège pour déposer son rapport. Paul Hounkpè a assuré à maintes reprises que c’est la liste du travail effectué par monsieur Zakari qui sera prise en compte.

A notre grande surprise, c’est carrément une autre liste qui a été déposée à la CENA. Adjovi a été sorti de la liste. Comment Yarou peut-il accuser ce dernier d’avoir refusé le dialogue ? Pourquoi veut-il maquiller la vérité ?   

Avez-vous constaté ces changements que vous déplorez dans toutes les circonscriptions électorales ?

 Lui-même a reconnu que cela s’est produit dans plusieurs localités. On avait retenu des gens tête de liste qui ont été mutés en bas de liste. Dans la 24ème par exemple, vous aviez écouté des gens qui ont dit leur ras-le-bol sur les réseaux. Dans cette circonscription, c’est carrément des gens étrangers au parti politique qui ont fait la liste. Dans la 23ème circonscription électorale, c’est un membre du bureau exécutif qui a supplanté la base. Dans le Mono et le Couffo, c’est pire.

Au nord, par contre, les listes des structures à la base ont été respectées, dans l’ensemble. Cependant, par endroit, tous les camarades qui ont été à l’Assemblée nationale, qui ont été à la résistance et qui continuent de refuser de se soumettre ont été purement et simplement décalés sur la liste ou retirés. Voilà ce qui s’est passé dans le Nord.

Est-ce vrai que vous étiez ensemble avec les Yarou jusqu’à 20 heures le jour du dépôt de la liste FCBE à la CENA ?

Effectivement, nous étions ensemble aux environs de 19 heures. Yarou était chargé de nous enfumer. Nous étions dans son bureau entrain de régler la situation de la 3ème circonscription électorale. Tanguiéta Cobly, Boukoumbé et Matéri étaient dans la même situation que le Sud. Il y a eu des listes parallèles et nous étions en train de régler ça dans son bureau.

Quand on est sorti de son bureau, on est allé vers la salle informatique et les secrétaires n’y étaient plus. Nous sommes descendus dans le bureau où il y avait les dossiers physiques. Ils n’y étaient pas. On nous a dit qu’ils sont partis. Qu’ils  seraient allés tirer les listes. 

Mais comment ? Pourtant, nous avions convenu dans notre accord que nous irons ensemble à la CENA. Nous nous sommes entendus que nous ferons une plénière avant d’aller à la CENA. On n’a pas fait la plénière et ils ont vidé les lieux avec les dossiers.

Yarou s’est retiré dans le coin. Il a appelé, moi-même j’appelais. J’ai appelé plusieurs fois, ils n’ont pas décroché. Ils ont fini par décrocher l’appel de Yarou qui a envoyé quelqu’un pour me rapporter qu’ils étaient quelque part pour imprimer les listes. Ils disent ne nous avoir pas informé pour éviter d’être encombrés.

Yarou a ajouté qu’il me reviendrait dès qu’il saurait où ils sont. J’ai gardé mon portable tout le temps espérant l’appel du ministre Yarou. Mais il n’a plus jamais appelé. J’ai seulement vu, sur les réseaux sociaux, des images d’eux à la CENA.

Si monsieur Yarou veut dire la vérité, où est-il allé les retrouver ? Ils se sont rendus  dans la maison d’un responsable du parti FCBE après leur départ du siège. Je ne veux pas encore dire le nom, mais je le dirai. Ils ont quitté la maison de ce dernier pour aller à la CENA.

La CENA n’avait pas encore publié les listes des partis au moment où vous sortiez votre communiqué de dénonciation. Comment saviez-vous qu’il y a eu tripatouillage ?

D’abord, au niveau de la 3ème circonscription, ce n’est pas la liste des structures qui a été communiquée. Idem dans plusieurs localités du sud.

Ensuite, monsieur Yarou a reconnu que Adjovi n’est pas sur la liste. Vous voulez que j’attende quoi ? En tant que membre du comité national de candidatures, une structure proposée par eux-mêmes, pensez-vous que je dois attendre la CENA pour savoir ce qui est déposé ? Je crois que non !

Qu’allez-vous faire face à tout ce que vous dénoncez concernant la fiabilité de la liste déposée à la CENA?

Je ne décide rien personnellement. Je vous ai dit tout à l’heure que sur les 77 membres du bureau, les camarades en face ne sont que 22. Je ne décide rien. Nous nous réunissons régulièrement et nous prenons les décisions ensemble.

Et nous devons, pour prendre des décisions, consulter celui qui est, à mon avis, le premier responsable du parti ;  le président d’honneur Boni Yayi. Nous allons le consulter. Nous allons prendre la décision, lui faire part de ça et avancer.

Mais pour finir avec la crise au parti FCBE, et comme l’a dit le président d’honneur, il faut nécessairement qu’on aille au congrès extraordinaire.

Voilà que les élections sont proches ?

Non, je ne dis pas avant les élections. Les élections sont là, nous allons aux élections. Mais après ceci, il faut nécessairement aller au congrès pour donner la parole aux militants.

Mais le vrai problème de la FCBE, je l’ai dit à plusieurs reprises, et je vais le répéter. FCBE est comme un avion qui a une cabine de pilotage que sont les responsables du parti. Cette cabine a été piratée et le commandant de bord a perdu le contrôle de l’avion. Dans un tel cas de figure, soit le pirate fait écraser l’avion contre les montagnes, soit il le détourne de son lieu habituel d’atterrissage. C’est ce que nous sommes en train de vivre avec le parti.

C’est qui le pirate ?

Le pirate, vous le connaissez et je le connais. C’est lui qui finance à gros sous aujourd’hui ce que les camarades sont en train de faire. Il finance la conception des listes parallèles et aide dans la communication. Vous allez voir toute la presse du pouvoir de leur côté, je ne sais à quel prix.

Vous estimez que c’est le pouvoir qui a piraté l’avion FCBE ?

Comprenez ce que vous voulez comprendre. Depuis quand le pouvoir communique avec FCBE ? Depuis quand le pouvoir aide la FCBE dans la communication ? Depuis quand on nous laisse l’antenne des télévisions libres pour aller communiquer ? Donc notre avion est détourné de son lieu d’atterrissage.

Réalisation: Léonce Gamai & Judicael Kpèhoun et Donald Kevin Gayet (Stags)


  • José Azizaho
    il y a 2 mois

    Ça m'écoeure vraiment aujourd'hui de voir encore cette dispute au sein de ce parti. Je vois qu'on ne peut pas les faire confiance. Il y a déjà la trahison au sein du parti. Pour moi, si la FCBE ne veut pas prendre la course, que le président Boni YAYI prenne en même temps le taureau par les cornes. Merci et nous attendons le retour

  • pinwpeids
    il y a 1 mois

    Супер давно искал

  • Mandey
    il y a 1 mois

    Donnons du temps au temps, et le temps nous donnera raison.