INTERVIEWS

Musique : Teriba, des confidences sur leur participation à « l’Afrique remercie Mercy ships »

( words)

Récemment aperçu dans la campagne « Africa thanks Mercy Ships » après la sortie de leur nouvel album Atèléni, le groupe Teriba est sidéré par les réalisations du navire hospitalier qui offre des soins médico-chirurgicaux à des personnes atteintes de graves et budgétivores affections dans les pays pauvres. Rencontrées au sujet de leur participation à cette campagne internationale de reconnaissance au nom des bénéficiaires, les sœurs Ahissou ont donné des justifications qui donneraient envie de les accompagner dans leur initiative. Interview.

teriba-mercy-ships Les chanteuses du groupe Teriba

Teriba, vous êtes engagé avec plusieurs autres artistes dans une campagne dénommée « L’Afrique remercie à Mercy Ships ». Dites-nous de quoi cette campagne retourne ?

Déjà, "Merci" parce que c’est une œuvre qui est digne de remerciement. Mais, le mot "Merci" est pour nous très peu par rapport à ce que Mercy ships et son organisation mettent en place.

 Vous n’êtes pas sans savoir que Mercy ships depuis 1978 a commencé à côtoyer les côtes africaines pour apporter la guérison et l’espoir aux plus démunis puisque les soins chirurgicaux, les soins de qualités sont devenus très coûteux et donc presque inaccessibles aux pays en voie de développement. Mercy ships dans sa quête de bien-être pour tous, a mis en place des bateaux hôpitaux qui vont partout sur les côtes africaines pour apporter des de premières nécessité et chirurgicaux afin de rendre heureux les plus démunies.

Alors, nous les artistes, c’est notre rôle aussi de dire « Merci à Mercy ships » parce que c’est nous qui portons la voix de toutes ces personnes qui ont retrouvé le sourire grâce aux soins de Mercy ships. C’est à cet exercice que Teriba s’est attelé aux côtes de Gangbé Brass band, de Fati, de Nicanor, de Zeynab et le groupe Les Pepit’arts de Mèdédjonou.

De quelle façon vous organisez ce merci que vous dites à Mercy ships ?   

Chacun dans sa discipline l’a fait. Essentiellement, c’est dans la chanson. Les Gangbé Brass Band l’ont dit avec leurs instruments. Terriba l’a dit avec les chants et la percussion à la calebasse. Nikanor l’a dit de sa plus belle voix, Fati et le groupe Les Pepitats de Mèdédjonou qui eux ont porté la voix de tous les enfants qui ont été soignés par les bateaux de Mercy ships. De façon variée, nous l’avons fait à différents endroits pour montrer un peu les choses pour le reste du monde dans la diversité culturelle béninoise.

 En ce qui concerne Terriba, nous avons chanté un extrait du titre « Tololo » qui voudrait que la paix, l’amour et l’harmonie règnent dans le monde entier et ce n’est possible qu’en se donnant la main. « Tololo » qui veut dire toute suite.  

Quelles sont les actions de Mercy ships qui vous ont le plus marqué ?

africa-thanks-mercy-ships-afrique-dit-merci-mercy-ships Un bébé bénéficiaire de Mercy Ships

Les actions Mercy ships sont de plusieurs ordres. Non seulement, le bateau, quand il accoste sur les côtes béninoises, on peut être de partout dans le pays et bénéficier des soins. Mais également Mercy ships organise des formations à des formateurs. L’organisation dote les formations sanitaires du Bénin de matériels médicaux et forme les personnels pour prendre la relève après le départ des bateaux pour assurer les soins de qualité. En cette période de Covid-19, Mercy ships a fait don de masques, de gels et des dispositifs de lavage de mains aux populations pour contrer la pandémie. Autant d’actions concrètes qui montrent que, pendant que le bateau est là ou non, Mercy ships continue d’impacter le Bénin. Particulièrement, c’est, en tout, cinq visites du bateau hospitalier que le Bénin a reçu (plus que tous les autres pays) et nous espérons que Mercy ships reviendra.

africa-thanks-mercy-ships-afrique-dit-merci-mercy-ships

Mercy ships n’intervient pas qu’au Bénin, comment pensez-vous associer les artistes des autres pays à cette campagne ?

Nous avons foi et nous pensons qu’autant les artistes des autres nationalités où le bateau à impacter la population, ne resteront pas insensibles à ce projet. Nous avons des contacts à Lomé. Après le tour de Lomé (Togo), ça va être le Ghana, le Libéria. Et donc dans tous ces pays, il y a des artistes qui vont porter la voix des populations qui ont bénéficié des soins de Mercy ships. Tout comme nous, ils vont donner de la voix et jouer de  leurs instruments pour dire merci à Mercy ships.

Après toutes les actions de Mercy ships, qu’est-ce que vous souhaitez de plus de la part de l’organisation ?

Nous voudrions demander de continuer à visiter les côtes du Bénin. L’une des raisons pour lesquelles Teriba et les autres sont engagés, c’est que le bateau apporte de l’espoir. Nous avions déjà vu des bateaux passés. On a vu des bateaux qui ont ravagé, mais on a vu un bateau qui vient et qui apporte cette fois-ci de l’espoir quittant la mer. Ça c’est très important et très touchant. Ce que nous demandons, c’est que l’organisation continue d’apporter autant d’espoir. Les pays qu’il visite, que les membres des gouvernements les reçoivent, les intègrent et leur donnent les moyens d’apporter le bonheur aux populations. Il s’agit de plusieurs milliards de FCFA de dons de L’occident. Le minimum à faire dans les pays dont les côtes accueillent les bateaux, c’est qu’ils acceptent d’accompagner et de mettre la main à la pâte pour que ce bateau continue d’accoster.

A côte de Mercy ships, nous allons aussi parler un peu de Teriba et de votre nouveau bébé Atèléni. Parlez nous en un peu d’Atèléni.

Atèléni est un nom yoruba qui veut dire le fidèle compagnon. Celui qui ne se détourne jamais de toi. Celui sur qui tu peux compter. Celui avec qui tu marches tous les jours. C’est vrai, ce titre de l’album a rapport avec une chanson qui est sur l’album. Ce n’est pas pour rien qu’on a donné ce titre à l’album. C’est aussi dû à beaucoup de choses, de difficultés qu’on a rencontrées. Mais on a eu la force de les traverser. C’était pas évident de sortir cet album. On l’a repris au moins trois fois. En plus avant la sortir de cet album, notre manager est décédé après le départ de notre chère sœur Zékiath. C’était pas du tout évident. Nous avons compris qu’il y a une main au-dessus de nous qui nous guidait et qui nous redonnait espoir et de na pas baisser les bras. Voilà pourquoi on a donné ce non à l’album.  

On connait votre particularité. L’a capella, la rythmique avec la calebasse. Qu’est-ce qu’on a sur Atèléni comme couleurs musicales ?

teriba-ateleni Les chanteuses du groupe Teriba

Teriba, c’est la voix. Ce sont les percussions aussi. Atèléni est un album de douze titres qui parlent de la femme et des enfants sous d’autres angles mais sans changer la couleur de Teriba. Il y a de la voix, il y a de la percussions. Teriba reste et demeure-le même.

Dites-nous comment le public a accueilli Atèléni ?

On a constaté à travers notre page Facebook plus d’abonnements et pareil sur Instagram. Nous disons par ce canal merci et nous demandons au piblic de toujours rester à soutenir Teriba. C’est très important et c’est ça qui nous donne la force de toujours avancer et de ne jamais baisser les bras.

Les projets à venir autour de cet album ?

Une grande partie a été compromise par le contexte du Covid-19, mais on continue de faire la promotion de l’album sur les réseaux sociaux. L’album est disponible sur tous les réseaux à l’international. Aujourd’hui Teriba est le premier groupe qu’on peut chazamer. C’est disponible en ligne et physiquement aussi. L’innovation de cet album est les trois versions dans lesquelles nous les avons sorties. La première est la version CD que tout le monde connait qui est en deux formats. Un format DJ pact qui est le format à trois pages où on peut avoir les résumés des titres. La version plus simple et simplifiée qui la version Slive. C’est juste le CD avec une pochette. La troisième version qui est tout nouveau. Il s’agit de la version clé USB.

Nous avons un projet qui est de faire en sorte les entreprises désireuses viennent coller leurs images sur les supports de l’album et pour l’offrir à leurs clients fidèles. Nous avons un concert en vue à l’institut français. Comme le public l’aime, ce serait du Teriba.

Réalisation : Olivier RIBOUIS

Banouto Digital

Vous aimez une presse libre et de qualité. Alors offrez-vous un accès illimité à Banouto Digital en souscrivant à un des abonnements moins chers.
1500 F CFA/mois ou 15.000 F CFA/An.

Abonnez-vous

A lire aussi ...