INVESTIGATION-REPORTAGE 0 Commentaire

Bénin-Veille citoyenne (4/7): les conseillers "accusés mais pas coupables" d’Abomey-Calavi

Falilatou Titi
publié le 7 juillet 2018

Plusieurs personnes restent convaincues qu’au Bénin, les marchés publics communaux sont  l’apanage des hommes politiques. Partie des populations et corroborée par des proches de conseillers communaux, l’information selon laquelle l’administration communale fait des marchés publics sa chasse gardée, est battue en brèche par les mis en cause. Entre profession de foi et refus de fournir des procès-verbaux de sessions, ils se défendent.

germain-cadja-dodo Germain Cadja-Dodo, chef d'arrondissement déchu de Godomey à Abomey-Calavi

« C’est eux-mêmes (les conseillers communaux, Ndlr) qui prennent les marchés. Ce sont des hommes d’affaires qui ont leurs entreprises. Ils font des appels à candidature, mais on sait ce qui se passe dans la commission ». Pour ce proche de conseiller communal dans le secret des dieux qui a requis l’anonymat, c’est ça la réalité de l’attribution des marchés publics dans la commune d’Abomey-Calavi. Mais, c’est sa parole contre celle des mandatés pour la gestion de la chose publique dans cette commune voisine de Cotonou.

Accusés ou livrés selon tel qu’on l’entend, les conseillers communaux ne se reconnaissent pas  dans les accusations de délit d’initié.

« Depuis 17 ans je n’ai jamais exécuté un marché », se défend le chef de l’arrondissement de Godomey, Germain Cadja-dodo. Mieux, comme on pourrait s’y attendre, le conseiller communal et chef d’arrondissement balaie du revers de la main l’information faisant des conseillers communaux adjudicataires de marchés publics à Abomey-Calavi. Selon lui, il s’agit de préjugés, de dénonciations non fondées.

D’un conseiller à un autre, la conduite ne change pas face aux dénonciations. « Moi je n’ai jamais appris ça et je n’ai jamais pris de marché. Je ne parle pas de ce que je ne sais pas », se défend Franck Oswald Hessouh, Conseiller et président de la commission chargée des relations avec la société civile à la mairie d’Abomey-Calavi. Pour le conseiller qui dit n’être pas au parfum de marchés publics attribués à des autorités politiques, il s’agit d’une pure rumeur qui émane des gens qui n’ont aucune idée de ce qui se passe réellement.

LIRE AUSSI: Bénin-Veille citoyenne (3/7): anguille sous roche dans les marchés publics à Abomey-Calavi

Malick Tokpo est Conseiller et président de la commission chargée du contentieux et des affaires juridiques. Lui aussi réfute et assure du respect de l’orthodoxie dans la procédure de passation des marchés publics à la mairie d’Abomey-Calavi. « Le processus est bien respecté. L’actuel président de la commission est un ancien comptable au palais. Il ne va pas accepter que des choses se passent mal. Lorsque quelqu’un gagne un marché, c’est qu’il l’a mérité », affirme le conseiller du derrière de son bureau. Pour ce qui est de lui-même, il dit n’avoir jamais exécuté un marché depuis trois mandatures qu’il est à la mairie. « Je ne suis pas entrepreneur, je n’ai pas ma tête dans les marchés publics.», se défend-t-il avant de jurer : « Personne ne peut dire que Malick Tokpo a exécuté un marché ».

« On ne saurait attribuer un marché à… »

mairie-abomey-calavi Mairie d'Abomey-Calavi

Transparence, tous le disent. Ce n’est pas le premier adjoint au maire, président de la commission chargée de la passation des marchés publics qui dira le contraire. Victor Adimi, puisque c’est de lui qu’il s’agit, va aussi démentir les dénonciations de magouille dans le processus de passation. Selon la deuxième autorité communale d’Abomey-Calavi, il n’y a pas de conseillers qui prennent des marchés. En tant que président de la commission de passation des marchés publics, il rassure que le processus est bien suivi du début jusqu’à la fin. « On lance un appel à candidature. Les gens postulent puis la commission étudie les dossiers minutieusement. C’est tout un processus et on ne saurait attribuer un marché à quelqu’un qui n’a pas préalablement postuler à l’appel », a-t-il indiqué.

Légaliste auto-proclamé, il souligne que les textes ne permettent pas à un élu de postuler à un appel lancé par la mairie. Cependant, un conseiller n’exclut pas l’éventualité d’une société écran. « Je suis conseiller. La loi ne me permet pas de soumissionner à un marché public, mais je peux envoyer une société écran soumissionner et prendre ça » a confié le conseiller anonyme.

Mis devant le fait qu’un conseiller pourrait passer par un proche pour y postuler, Victor Adimi estime que tant qu’on n’arrive pas à établir la filiation entre un élu et un entrepreneur qui aurait gagné un marché, on ne saurait parler de délit d’initié. « Même si on va au niveau de l’Autorité de régulation des marchés publics, tant qu’on ne peut pas établir le lien de filiation, l’affaire ne peut pas connaître de suite », appuie-t-il.

Selon le 1er Adjoint au maire d’Abomey-Calavi, cette histoire s’arrête toujours au stade de la rumeur. Il faut dire qu’à ce sujet, l’article 142 de la loi n° 2017-04 du 19 octobre 2017 portant code des marchés publics en République du Bénin donne raison au premier adjoint au maire d’Abomey-Calavi. « : Ne sont pas admises à participer aux procédures de passation des marchés publics en raison des règles relatives aux conflits d'intérêt

  • les entreprises dans lesquelles les membres de l'autorité contractante, de l'entité administrative chargée du contrôle des marchés  publics, la personne responsable des marchés publics ou les membres de la commission d'ouverture des plis et d'évaluation des offres possèdent des intérêts financiers ou personnels de nature à compromettre la transparence des procédures de passation des marchés publics ,

  • les entreprises affiliées aux consultants ayant contribué à préparer tout ou partie des dossiers d'appel d'offres ou de consultation.   ».

Se réfugiant derrière les textes, le président de la commission de passation des marchés publics n’est pas pour autant prêt à fournir des documents officiels pour justifier la transparence dont il se dit garant. « Je suis à la tête de la commission depuis 2015 et je peux confirmer qu’il n’y aucun conseiller qui prend un marché à Abomey-Calavi », rassure Victor Adimi. Mais, quand on demande une liste d’entreprises ayant soumissionné et gagné ou non un marché de 2015 à 2018 dans cette commune, ni lui, ni trois autres membres de la commission de passation des marchés publics n’ont pas été en mesure d’accéder à notre requête. C’est impossible.

Grâce à cette liste on aurait pu vérifier la filiation entre un conseiller X et un entrepreneur Y réclamée par le premier adjoint au maire. Hélas ! Les membres de la commission de passation des marchés publics avancent être tenus d’observer la confidentialité. Il s’agirait d’informations sensibles qu’on ne saurait donner à tout le monde.

Est-ce vraiment la confidentialité qu’on veut protéger ou c’est par peur qu’on découvre qu’il y a effectivement des conseillers adjudicataires de marchés public à Abomey-Calavi ? La question va de soi.


Vous pouvez désormais commenter les articles en tout anonymat. toutefois tout commentaire deplacé sera simplement retiré. merci