INVESTIGATION-REPORTAGE 0 Commentaire

Bénin-Veille citoyenne (7/7): 7 propositions pour une action efficace à Abomey-Calavi

Falilatou Titi
publié le 10 juillet 2018

Le contrôle citoyen de l’action publique au Bénin connaît plusieurs obstacles au niveau décentralisé. Les populations montrent peu d’intérêt pour la veille citoyenne. Les acteurs politiques sont hostiles à cette veille. Les organisations de la société civiles (OSC) peinent à accomplir effectivement leur mission sur ce plan. Il y a désormais necessité de (re) mettre chaque partie face à ses responsabilités.

mairie abomey calavi L'entrée principale de la mairie d'Abomey-Calavi

 

Le contrôle citoyen de l’action publique est un levier important dans la gestion et le développement d’un quartier, d’une localité, d’un village, d’une commune, voire d’un pays. Le trio OSC, populations et administration locale  a besoin de travailler en symbiose pour faire de la gouvernance locale et de la démocratie à la base une réussite au Bénin. Pour y arriver, chaque catégorie d’acteurs doit connaitre son rôle, comment et quand le jouer. Voici huit (8) importantes choses à faire pour booster la veille citoyenne au niveau décentralisé.

Un code de la démocratie et de la gouvernance locale

Si la décentralisation n’a pas encore atteint «sa vitesse de croisière», c’est parce que les acteurs à divers niveaux n’ont pas encore compris leurs rôles dans ce processus. C’est du moins ce que pense Franck Kinninvo, expert en communication et en décentralisation. Selon lui, pour y arriver, il faut que chacun sache ce qu’il a à faire, quand et comment le faire. Franck Kinninvo pense également que les 15 ans d’expérience de la décentralisation au Bénin n’ont pas été utilisés à fond. Pour lui,  il faut que tous les acteurs impliqués dans la gestion d’une commune travaillent de telle sorte que la démocratie locale et le développement à la base commencent par naître.

Pour atteindre les objectifs de la décentralisation, préconise Franck Kinninvo, «il faut un code de la démocratie et de la gouvernance locales au Bénin ». Ce code va identifier les acteurs, leurs rôles, leurs responsabilités et les sanctions pour les manquements éventuels. Selon l’expert, après son adoption, ce code sur la démocratie à la base doit être vulgarisé. Ce qui permettra aux citoyens d’être d’avoir une idée précise de leurs rôles et responsabilités dans le processus de décentralisation.

Citoyens, intéressez-vous à la gestion de votre localité

Si la veille citoyenne n’a pas encore totalement pris, c’est en partie à cause de la passivité de la population. Et cet avis, plusieurs acteurs de la société civile le partagent. « Il y a encore beaucoup à faire au niveau local. Les populations doivent apprendre à faire des dénonciations»,  a relevé Florice Sagbohan, chargé du suivi-évaluation du programme redevabilité de Social Watch Bénin. Pour lui, les populations sont plus en contact avec la gestion que toute autre personne. Ce sont elles qui vivent au quotidien ce qui se passe dans les localités et devraient pouvoir dire quand ça ne va pas. « Les populations doivent avoir du goût pour la veille citoyenne en apprenant à dénoncer ce qui ne va pas », renchérit Franck Adamado, Coordonnateur de la Cellule de participation citoyenne (CPC) d’Abomey Calavi.

La voie de la sensibilisation

Pour que la participation citoyenne soit effective et efficace au niveau décentralisé au Bénin, il faut aussi que les populations connaissent leurs droits et devoirs dans ce processus. Charles Assogba, chargé du programme les Citoyens dans les marchés publics au Bénin, à Social Watch, pense qu’il faut beaucoup les sensibiliser. Selon les acteurs de la société civile, les acteurs politiques aussi devraient changer d’attitudes, de pratiques et de méthodes. Ils souhaitent qu’il y ait une sorte de symbiose entre ceux qui ont en charge la gestion des communes, les populations et la société civile pour une gouvernance locale participative.

Que la société civile joue bien son rôle !

Le rôle de la société civile dans la veille citoyenne n’est plus à démontrer. Mais après les échanges avec plusieurs personnes (populations, cadres et ou agents communaux), il ressort que les actions des OSC au niveau local manquent de visibilité. Plusieurs voix autorisées estiment que cette visibilité motivera davantage les populations à contrôler l’action publique locale. «La société civile n’a qu’à bien jouer son rôle, on ne les voit pas, on ne les sent pas », exhorte Malick Tokpo, Conseiller et président de la commission chargée des contentieux et des affaires juridiques à la mairie d’Abomey-Calavi.

Il faut impliquer les populations dans la définition des politiques

 «Parfois on se demande s’ils travaillent pour eux-mêmes ou ils sont au service de la communauté», s’est plaint un cadre de la commune d’Abomey-Calavi au cours d’un échange, dans le cadre de notre enquête, en novembre 2017. En dehors de lui, plusieurs autres personnes ont soulevé le problème de la non implication des populations dans la conception des plans communaux de développement (PDC).

Pour eux, la décentralisation devrait permettre aux populations d’être plus en contact avec l’administration locale. Mais, elles ne sont pas associées aux prises de décisions les concernant. «Il faut que les populations soient impliquées dans la définition des politiques, dans leur mise en œuvre et leur suivi-évaluation», préconise le Coordonnateur de la CPC Abomey-Calavi, Franck Adamado.

Société civile et agents communaux mains dans la main

Pour qu’on parle d’efficacité de la veille citoyenne, il faut d’abord qu’on ait des citoyens qui soient épris de bonne gouvernance et qui s’intéressent à la gestion de leur localité. Ensuite, il faut une société civile prête à accompagner et guider la population dans la jouissance de ses droits et l’expression de ses devoirs. Enfin,  les agents communaux doivent s’ouvrir au tandem populations-société civile.  Même si les citoyens et les OSC sont rompus à la tâche, tant que l’administration locale n’en sera pas disposée, le contrôle de l’action publique demeurera inefficace.  C’est pourquoi les agents communaux sont invités à mettre à la disposition des OSC, les documents nécessaires au contrôle citoyen de l’action publique. Ces documents serviront de base à l’appréciation du travail de l’administration locale.

Société civile, soyez apolitique

«La société civile est politique. Ce sont des politiciens. On n’a pas de société civile au Bénin, c’est rien que des politiques », fustigeait un agent communal d’Abomey-Calavi lors de notre enquête. «Il ne faudrait pas que d’autres s’habillent en responsables de la société civile pour détruire les hommes politiques. Nous avons choisi chacun de nous un panel », a-t-il martelé.

Certaines personnes (cadres et populations), explique la situation actuelle de la vielle citoyenne par les accointances entre certains acteurs de la société civile et les agents communaux. «La sensibilisation, la formation civique finiront par donner des élites, des gens vertueux, qui vont véritablement aller au-delà des intérêts égoïstes, personnels pour penser à l’intérêt général», assure Franck Kinninvo, expert en gouvernance locale.

Qui est Franck Kinninvo ?
Franck Kinninvo est expert en décentralisation et en communication. Il a fait des études en décentralisation et développement local, en journalisme et en communication. Diplômé supérieur en Administration des communes en 1998, il est également titulaire d’un Master professionnel en Administration des Collectivités locales. Franck Kinninvo est Consultant auprès du PDDC-GIZ, RTI-USAID, SNV Bénin, dans les domaines de la Gouvernance Locale et des Médias. Il a participé à plusieurs sommets sur la décentralisation, les collectivités territoriales et la gouvernance locale aussi bien au plan national, sous-régional, africain qu’international. Franck Kinninvo est Promoteur d’organes de presse écrite et Directeur Général du Group Med.

Dans la Même Série:

Bénin-Veille citoyenne (1/7): le dernier souci à Abomey-Calavi

Bénin-Veille citoyenne (2/7): CPC, le gendarme recherché à Abomey-Calavi

Bénin-Veille citoyenne (3/7): anguille sous roche dans les marchés publics à Abomey-Calavi

 

 


Vous pouvez désormais commenter les articles en tout anonymat. toutefois tout commentaire deplacé sera simplement retiré. merci