INVESTIGATION-REPORTAGE 0 Commentaire

Bénin-Veille citoyenne (1/6): le cas Léhady Soglo échappe aux gendarmes de Cotonou

Falilatou Titi
publié le 21 janvier 2019

A quelques jours de la célébration du 57e anniversaire de l’indépendance du Bénin à Cotonou, le maire de la ville a été suspendu pour fautes lourdes et révoqué après par le conseil des ministres le 2 août 2017. Avant ces décisions gouvernementales, la société civile devant assurer la veille citoyenne, n’avait nullement alerté l’opinion sur des faits de mal gouvernance dans la ville de Cotonou.

lehady soglo Lehady Soglo, maire révoqué de Cotonou

 

Vendredi, le 28 juillet 2017. Il est environ 18 heures. Nous sommes à Cotonou, la capitale économique du Bénin. Après une « longue audition » chez le Préfet du département du Littoral, Modeste Toboula, dans la matinée, comme un coup de théâtre la décision tombe. Le maire Léhady Soglo est suspendu pour « fautes lourdes » par le Ministre de la décentralisation et de la gouvernance locale, Barnabé Dassigli. Il est reproché entre autres, au maire d’avoir incinéré et dissipé des documents comptables de la municipalité, exercice 2014.

Après la suspension, une enquête est ouverte et la police est chargée de perquisitionner le domicile de Léhady Soglo. Niet ! Une horde de personnes composée de personnalités politiques, militants, sympathisants, etc. empêche les forces de l’ordre de mener la perquisition. Mercredi 2 août 2018, le conseil des ministres révoque le maire de Cotonou pour obstruction à la justice et les autres faits qui lui étaient reprochés. Au lendemain de ces décisions, les évènements sont au cœur des débats dans la rue, les médias.  Pour certains les accusations de mauvaise gestion contre le maire de Cotonou sont justes. Et pour d’autres, c’est un acharnement politique du pouvoir contre Léhady Soglo qui paie pour avoir soutenu publiquement Lionel Zinsou, adversaire de Patrice Talon pendant la présidentielle de 2016.

Silence, rebondissement, attaque

Pour des raisons qu’on ignore, le maire a fui du pays et son absence a été remarquée le 1er août 2017, jour du 57ème anniversaire de l’indépendance du Bénin, que Cotonou a accueilli.  Depuis ce temps, silence radio. Aucune nouvelle du maire révoqué jusqu’au soir du samedi 25 novembre 2017. Ce jour, invité de l’émission « Et si vous me disiez toute la vérité » de TV5 Monde, le maire Léhady accuse le pouvoir d’être derrière sa suspension et sa révocation.

«J’ai été tour à tour destitué de la tête de ma formation politique et révoqué de la mairie de Cotonou et ce par la même main invisible qui a télécommandé disons les opérations. Je veux parler du Président de la République, M. Patrice Talon (…). Je suis victime d’un acharnement de la part du régime dit de la rupture et du nouveau départ», a-t-il accusé. Aussi, soutient-il, une des raisons de sa révocation est d’avoir manqué de soutenir le candidat Patrice Talon lors de la Présidentielle de 2016. «J’ai été révoqué parce que j’ai eu le malheur de soutenir au cours de la dernière élection présidentielle un autre candidat que celui qui a retenu l’attention de nos compatriotes» s’est-il défendu. Toujours est-il que les faits de mauvaise gestion dont il est accusé restent d’actualité.

OSC, que faisiez-vous de la veille citoyenne ?

Si on s’en tient aux motifs de la suspension puis de la révocation du maire Léhady Soglo, il y a une mauvaise gestion présumée à la tête de la municipalité de Cotonou. Mais chose curieuse,

Accès réservé aux abonnés
S'abonner Se connecter

Vous pouvez désormais commenter les articles en tout anonymat. toutefois tout commentaire deplacé sera simplement retiré. merci