INVESTIGATION-REPORTAGE 0 Commentaire

Bénin-Veille citoyenne à Cotonou (5/6): le handicap de la loi

Falilatou Titi
publié le 29 janvier 2019

Même s’il se défend avec une tentative infructueuse de collaboration avec l’administration Gnonlonfoun pour asseoir un climat de confiance pour la veille citoyenne, le Cadre de Concertation des OSC de Cotonou (CC. OSC. Cotonou) a un problème de dynamisme et est également confronté à un vide juridique.

benin-veille citoyenne L'absence d'un cadre juridique concis complique la veille citoyenne, selon les OSC

 

Handicapé, par une absence collaboration de l’administration locale, le CC. OSC. Cotonou n’est pas pour autant à dédouaner dans la défaillance de la veille citoyenne dans cette ville, selon Emmanuella Hèkpazo, bras technique de la maison de la société civile dans le département du Littoral. Elle reproche un manque de dynamisme.  «Le cadre aussi, je trouve qu’il manque de leadership parce que 12 mois sont passés et c’est toujours le statut quo. En temps normal, ils devraient se déplacer et je l’ai toujours dit au président Glowé», critique-t-elle, bien que membre de la société civile.  « Depuis cette séance avec le maire, je ne les ai plus vus. Ils ont disparu et je ne sais pas ce qui s’est passé », a aussi témoigné un ancien cadre de la mairie de Cotonou qui a confirmé la rencontre du 23 novembre 2017.

Pour toute défense, le président Glowé en question dit avoir appelé les autorités en vain. Sans oublier ses messages envoyés au maire Gnonlonfoun sur son numéro privé, qui jusque-là, sont restés sans réponses. Cela n’est pas suffisant pour Mme Hèkpazo. Comme dans un contradictoire,

Accès réservé aux abonnés
S'abonner Se connecter

Vous pouvez désormais commenter les articles en tout anonymat. toutefois tout commentaire deplacé sera simplement retiré. merci