INVESTIGATION-REPORTAGE 0 Commentaire

Bénin/Personnes handicapées(5/6): mon handicap et moi

Léonce Gamai
publié le 9 juillet 2019

Entamée petitement il y a un peu plus de deux ans, l’émission «Mon handicap et moi», animée par le journaliste Marcel Candide Hinvi est devenue une tribune de conscientisation sur le handicap et de valorisation des personnes vivant avec handicap.

marcel candide hinvi Marcel Candide Hinvi en studio avec ces invités

 

Ado Fm, à Cotonou, joue du Zouley Sangaré Feat Ismaël Isaac ce jeudi 04 avril 2019 à 10 h. Le titre «Handicapé» de la célèbre artiste béninoise décédée en février 2013 et de l’Ivoirien, annonce l’émission «Mon handicap et moi», diffusée depuis maintenant deux ans sur cette radio des jeunes. En studio, l’animateur Marcel Candide Hinvi reçoit Théodule Bagan, promoteur d’une organisation qui fait dans l’éducation des enfants autistes et Camille Tohihin, psychologue clinicien. Thème de l’émission du jour, «Situation des autistes au Bénin, où en sommes-nous après les multiples sensibilisations pour mettre fin aux discrimination.» L’émission d’une heure (10h – 11h ), se déroule en deux parties. Dans la première, faite de questions-réponses, avec l’animateur, les invités exposent sur un sujet retenu à l’avance. Dans la seconde, interactive, ils répondent aux questions et commentaires des auditeurs. L’objectif de l’émission étant justement de contribuer à créer un autre regard de la société sur le handicap et les personnes handicapées. «En tant qu’homme des médias, je me dis que la seule manière de contribuer à une société vraiment inclusive, c’est de permettre à mes pairs handicapés d’avoir un créneau, de s’informer, de s’affirmer dans leur différents coins», soutient l’initiateur et animateur Marcel Candide Hinvi, handicapé moteur, paralympique. «Ils viennent en studio, nous parlent de leur parcours, comment ils se sont imposés, comment ils ont pu se faire former, comment ils ont pu avoir un emploi, comment ils ont créé leur entreprise. Ce faisant, ça galvanise les jeunes handicapés, les parents qui ont des enfants handicapés», précise-t-il.

Il insiste que «c’est moins une émission de plainte. C’est plus une émission de valorisation des talents, de mise en exergue des succès.» Son message est clair: «le handicap n’est pas une fin en soi. Quand vous êtes handicapé, ce n’est pas la fin du monde. Vous n’allez pas en mourir. La seule chose est de prendre à bras le corps votre handicap. Personne ne viendra faire votre bonheur à votre place.»

A «louer» et à «promouvoir»

Premièrement enregistrée en avril 2017, «Mon Handicap et moi» est aussi la résultante de frustrations vécues par son initiateur. «J’ai été plusieurs fois marginalisé. J’ai été plusieurs fois écarté après avoir postulé à des projets, à des demandes d’emploi», confie Marcel Hinvi. Il raconte que lorsqu’une personne handicapée postule à un emploi, son dossier est d’abord accepté. Mais au moment de l’entretien, lorsque les recruteurs ou employeurs constatent son état de handicapé, ils trouvent des alibis pour l’éliminer. De façon générale au Bénin, rappelle-t-il, «les personnes handicapées sont considérées comme des moins que rien, des personnes qui n’ont pas la chance, qui ne peuvent pas s’imposer dans la société, qui ne peuvent pas avoir un lendemain meilleur.» Marcel fait savoir que l’administration publique et le secteur privés comptent dans leur personnel des personnes handicapées, des «professionnels qui ne sont pas dans les feux tricolores pour quémander. Ils agissent pour une société inclusive.» 

En deux ans, «Mon handicap et moi» a reçu plus de 100 personnes. Sa tribune a permis à certains de se réaliser professionnellement. «L’émission a beaucoup de retour», se félicite  Marcel Hinvi. Théodule Badan, responsable et promoteur d’ONG loue «Mon handicap et moi» en soutenant que «c’est un espace très utile pour le Bénin. Je pense que c’est une opportunité pour le Bénin. C’est très important à encourager. Cette émission est à louer, à promouvoir.»

Un tremplin et les lignes bougent

Malgré ces éloges, Marcel Candide Hinvi, licencié en communication et information de l’Université d’Abomey-Calavi, a encore soif d’impacts et d’envergure pour son émission. «Les perspectives, c’est d’aller au-delà de l’émission», partage-t-il. Son prochain challenge dans ce cadre, concrétiser un projet intitulé «A la rencontre du handicap.» L’initiative consistera, d’abord, explique le journaliste-animateur, «à aller faire des émissions avec des personnes handicapées qui vivent à l’intérieur du pays, par exemple à Bohicon, Parakou.» Le projet permettra, ensuite, de faire lors des émissions itinérantes,  des «dons de béquilles, cannes blanches, cannes anglaises, fauteuils roulants. On va chercher des partenaires pour ça.»

Avec cet autre volet de «Mon Handicap et moi», Marcel Candide Hinvi veut surtout toucher ces «enfants handicapés, des coins reculés, qui vivent la croix et la bannière, parce qu’ils n’ont pas de parents ayant la capacité de les doter de moyens de mobilité.» Handicapé depuis l’âge de 18 mois, suite à la poliomyélite, Marcel Candide Hinvi, qui s’assume, lance, comme le véhicule le slogan de son émission, que «quand le handicap devient un tremplin, les lignes bougent.»

 

 

 


Vous pouvez désormais commenter les articles en tout anonymat. toutefois tout commentaire deplacé sera simplement retiré. merci