INVESTIGATION-REPORTAGE 0 Commentaire

Bénin : le diktat de l’essence de contrebande

Yao Hervé Kingbêwé
publié le 26 novembre 2019

Au Bénin, la flambée du prix de l’essence de contrebande suite aux difficultés d’approvisionnement depuis le Nigéria rythme la vie des automobilistes et motocyclistes et impactent des activités économiques.

Cotonou, principale ville du Bénin. Dix minutes se sont déjà écoulées après 00 heure cet avant-dernier samedi du mois de novembre. À cette heure, Hyppolite, 33 ans, est d’habitude au lit. Mais en cette fin de semaine de travail, le conducteur de taxi-moto est à la queue d’une longue file devant une station à essence à la descente du passage supérieur du quartier Houéyiho, à proximité du commissariat de Vodjè. Cela fait plusieurs heures qu’il cherche à s’approvisionner sans succès en carburant. « J’ai patienté de 22heures à 23 heures 30 minutes dans les rangs devant la station SONACOP (Société nationale de commercialisation des produits pétroliers) de Cadjèhoun sans pouvoir avoir de l’essence. C’est de là-bas, je suis venu ici », confie-t-il. A la station de Vodjè, qui appartient à un privé, Hyppolite n’aura pas non plus satisfaction, en raison d’une rupture de stock annoncée.

Accès réservé aux abonnés
S'abonner Se connecter

Vous pouvez désormais commenter les articles en tout anonymat. toutefois tout commentaire deplacé sera simplement retiré. merci