INVESTIGATION-REPORTAGE

Accès à l’énergie au Benin : ces moulins qui donnent du courant à Karimama

( words)

A Karimama, pointe septentrionale du Bénin entre le fleuve Niger et le Parc W, en l’absence d’une connexion au réseau électrique national, certains habitants font recours au moulin à farine pour obtenir de l’énergie. 

acces a energie karimama

Auberge de Bello Tounga. C’est un espace de recréation réputé à Karimama, situé à quelques cinq minutes de conduite à moto du chef-lieu de la commune. Il est 19 h 30 ce mardi 07 juillet 2020 dans cette commune de la frontière du Benin avec le Niger, à près de 800 km au nord de Cotonou.  

Yaou, l’un des gérants du centre de récréation, coupe le moteur de sa moto. Dans ses mains, un bidon gris de 5 litres. Il avance vers un hangar de fortune dans un angle de l’auberge. Un bruit de machine retentit. Tout de suite, les lampes installées çà et là lancent leurs éclats. La musique met en branle des jeunes. Il vient de mettre en marche le moulin qui alimente le centre en électricité.

«C’est un dispositif qui nous génère de l’énergie électrique. L’accès à l’électricité est difficile ici », renseigne le jeune d’environ 1m 70 dans son pantalon et manche longue bleu.

Ce dispositif  est fait d’un moulin à farine, d’une bobine et deux tonneaux installés l’un sur l’autre contenant de l’eau servant de refroidisseur. La bobine, elle, génère de l’énergie électrique sous la forte pression des tours massifs de la meule du moulin à son démarrage.

Certains habitants de Karimama  font recours à ce dispositif du fait de l’absence de l’électricité dans quatre des cinq arrondissements de la commune et des délestages récurrents. «C’est une obligation. Nous voulons de l’énergie, nous n’avons pas les moyens de cette énergie. La distance Karimama- chef-lieu-; Bello Tounga ne nous permet d’avoir l’énergie », explique Blanchard le promoteur de l’Auberge Bello Tounga.

« L’énergie solaire n’était pas en vogue au moment où on a ouvert le centre. La seule alternative c’était d’avoir un moulin à farine associé à une dynamo pour avoir le courant »

Le quinquagénaire  apprend qu’il faudra débourser au moins 800 000 f cfa pour acquérir le dispositif. « Le moulin  a coûté 500 000f, la dynamo quant à lui 210 000 F CFA. Les accessoires, la courroie, les tonneaux, l’implantation et la main d’œuvre nous a coûté. J’y ai mis 1 million de F CFA quand même», détaille-t-il.

A l’auberge, où se vendent aussi nourriture et boisson, le dispositif à moulin  permet d’alimenter une trentaine de lampes électriques, 02 réfrigérateurs, une télévision et des équipements de sonorisation. Le moulin consomme en moyenne deux litres de gasoil pour rester en marche en 19 h et 23h.   

Utilisé dans les maisons et ateliers

Si Blanchard utilise ce dispositif pour alimenter son centre récréatif, d’autres habitants de la commune y font recours pour éclairer leur ménage. Depuis plus d’une vingtaine d’année, Houmarou fait l’expérience du dispositif de moulin qu’il allume de 19h jusqu’au petit matin.

Avec son installation d’une bobine de 7 ampères, il alimente 3 frigos, 8 ampoules  et 2 ventilateurs dans la maison dont la gestion lui a été confiée. Mais il y a quelques mois, son patron a équipé la maison de panneaux solaires.

Comparativement au coût du dispositif de moulin, informe-t-il, le panneau solaire coûte moins cher mais fournit moins d’énergie. «Ce dispositif de moulin est meilleur que le panneau en terme de capacité énergétique mais le panneau solaire est moins coûteux», explique Houmarou.

Le chef-lieu de la commune, seule zone électrifiée de Karimama connait des  délestages qui durent  parfois plus de 48 voire 72 heures. Afin de pallier d’éventuelles répercussions négatives sur leur travail, des soudeurs aussi installent le dispositif de moulin. Il sert donc de relais en cas de coupure d’électricité.

 « Depuis qu’on a commencé à l’utiliser, on n’a plus le problème d’énergie. On travaille quand on veut. C’est bien », témoigne  Ali, un apprenti. Pour éviter la surtension lors de l’usage du dispositif, le patron de l’atelier a ajouté à son dispositif un régulateur. 

Après son installation, le dispositif n’a souvent pas de panne. Selon les dires des propriétaires, seule la bobine reçoit le plus souvent des coups. Et il faut la changer de temps à autre. Une fois installé, le dispositif peut être mis en marche 24H/24.

A Mamacy-Gourma, un autre village de la commune de Karimama, un habitant le possède  également  à domicile. Selon le témoignage de ses proches, il est devenu grâce ce matériel, l’un des plus  envié de la communauté.

«On a beaucoup d’admiration pour lui. Beaucoup de voisins comme moi vont charger leur téléphone chez lui. Il est connue de tout le monde», partage un voisin du village.

 

NB: Cet article fait partie de notre dossier spécial sur les défis socio-économiques et sécuritaires des communes frontalières au Benin, réalisé avec l’appui technique et financier de la Fondation Friedrich Ebert (FES) au Bénin.

 

 

Banouto Digital

Vous aimez une presse libre et de qualité. Alors offrez-vous un accès illimité à Banouto Digital en souscrivant à un des abonnements moins chers.
1500 F CFA/mois ou 15.000 F CFA/An.

Abonnez-vous

A lire aussi ...