POLITIQUE 0 Commentaire

Gabon-Affaire “complot contre l’Etat”: l’opposant Ping convoqué par la justice

Yao Hervé Kingbêwé
publié le 12 janvier 2018

Le premier juge d’instruction de Libreville a délivré ce vendredi 12 janvier, une convocation à Jean Ping. L’opposant comparaitra mercredi prochain en tant que témoin dans le cadre de l’enquête relatif au dossier Pascal Oyougou inculpé pour « complot contre l’autorité de l’État et du délit d’acte ou manœuvre de nature à compromettre la sécurité publique ».

jean-ping Jean-Ping, opposant gabonais 

Jean Ping prochainement devant le juge. L’opposant gabonais a reçu ce vendredi 12 janvier 2018 une convocation à comparaître devant la justice. Il doit se présenter au cabinet du Premier juge d’instruction de Libreville le 17 janvier prochain dans le cadre de l’enquête relative à l’affaire Pascal Oyougou. Détenu depuis plusieurs mois pour répondre des faits de « complot contre l’autorité de l’État et du délit d’acte ou manœuvre de nature à compromettre la sécurité publique », Pascal Oyougou, selon la justice gabonaise, aurait évoqué nombre de fois le nom de l’ancien président de la Commission de l’Union africaine. « Dans le cadre de l’affaire “Ministère public contre Oyougou Pascal”, vous avez été abondamment cité par l’inculpé », explique le Premier juge d’instruction dans sa convocation. L’opposant, à en croire la correspondance du juge d’instruction, est donc convoqué pour la « manifestation de la vérité ». Pascal Oyougou, rappelons-le, a été arrêté début septembre 2017. Selon les enquêteurs, un plan de déstabilisation du Gabon a été retrouvé à son domicile lors d’une perquisition.

Prisonnier dans les limites du territoire

 En attendant sa comparution mercredi, Jean Ping ne peut quitter le territoire national. Le juge d’instruction a demandé à l’opposant qui conteste depuis plus d’un la réélection du Président Ali Bongo de « rester à la disposition de la justice ». Il a, à cet effet, instruit la direction de la police de l’air et des frontières d’empêcher  M. Ping qui devrait s’envoler ce samedi 13  janvier pour la France de sortir des limites du Gabon. Une interdiction qui n’est visiblement pas du goût du camp de l’ancien président de la commission de l’Union africaine qui dénonce une « manœuvre politique ».

 

Lire aussi: 

1- Gabon : Ping met ses pieds dans le plat de la révision constitutionnelle

2- Gabon: Ping et des personnalités enfermés dans les limites du pays

 

 

 


Vous pouvez désormais commenter les articles en tout anonymat. toutefois tout commentaire deplacé sera simplement retiré. merci