POLITIQUE 1 Commentaire

Bénin-Fronde sociale: l’appel des FCBE au Gouvernement et aux syndicats

Falilatou Titi
publié le 13 mars 2018

Le parti des Forces Cauris pour un Bénin Emergent (FCBE) fustige la manière dont le gouvernement béninois gère la crise sociale qui secoue depuis quelques mois le pays.

noureni-atchade Le député Noureni Atchade des FCBE

 

A travers leur porte-parole, Nourénou Atchadé, les FCBE ont demandé au gouvernement et aux travailleurs de faire tout dans l’intérêt supérieur de la Nation. C’était lors d’une déclaration devant la presse ce mardi 13 mars 2018 à Cotonou. «La tension ne faiblit pas », « la répression de la dernière marche du front du sursaut patriotique », «les attentats de Ouagadougou et le lynchage médiatique contre notre président d’honneur », sont les points mis en exergue dans cette déclaration. Lisez plutôt.

DÉCLARATION DU PARTI « FORCES CAURIS POUR UN BÉNIN ÉMERGENT  (FCBE) »

PROPOS PRÉLIMINAIRES

Chers amis journalistes, présentateurs,cadreurs, caméramen

Mesdames, Mesdemoiselles et messieurs

Chers invités,

En ma qualité de Porte-parole du Parti FCBE, je voudrais de prime abord, transmettre les sincères salutations du Bureau Exécutif National du Parti à tous les médias de notre pays, et en particulier, à ceux invités à cette Conférence de presse.

Mon propos de ce jour,porte sur quatre (4) sujets essentiels :

La tension sociale dans notre pays

Le lynchage médiatique contre le Dr Boni Yayi,

La répression de la dernière marche du fsp,

Les attaques terroristes au Burkina faso.

– LA TENSION SOCIALE QUI NE FAIBLIT PAS:

Depuis plusieurs mois, l’essentielle de l’administration de notre pays, justice, santé, éducation, est en grève. La tension ne faiblit pas. Plusieurs situations latentes, faisaient le lit d’un mécontentement général auquel le vote de lois scélérates, fin décembre 2017, pour le retrait du droit de grève à certaines catégories professionnelles, a servi de détonateur en mettant le feu aux poudres.

Depuis deux ans, au prétexte de faire des réformes, le régime dit de «la rupture » a travaillé à l’aggravation de la fracture sociale par des mesures qui fragilisent les populations les plus démunies.

La gestion opaque du patrimoine national et la prise de mesures particulières en faveur des entreprises du clan du Chef de l’Etat et des membres de son gouvernement ont exacerbé la tension qui couvait dans le cœur des travailleurs.

A la priorité du pain pour tous, il a substitué des mesures dites de « réformes » tendant à régenter toutes les institutions, à anesthésier les forces sociales, à paralyser la société civile et à soumettre les partis politiques. Cela justifie bien que l’école, les hôpitaux et les tribunaux demeurent fermés à ce jour.

La crise est particulièrement aiguë dans le sensible secteur de l’éducation, et les défalcations ainsi que les menaces de radiation proférées par le gouvernement ont jeté de l’huile sur le feu et endurci les positions. Le parti FCBE appelle toutes les parties impliquées (centrales syndicales et gouvernement) à faire prévaloir l’intérêt supérieur de la Nation en trouvant au plus vite un modus vivendi.

Nous félicitons, par ailleurs, les parents d’élèves pour leur implication. Nous exhortons toutes les composantes du corps social à jouer leur partition, tout en rappelant au Chef de l’Etat que c’est lui-même qui a inscrit dans son projet de société, la nécessité de revaloriser la fonction enseignante en mettant effectivement en œuvre les statuts particuliers.

II- LE LYNCHAGE MEDIATIQUE CONTRE NOTRE PRESIDENT D’HONNEUR:

Au lieu d’œuvrer à apaiser la tension, en dialoguant de façon sincère avec les travailleurs, le pouvoir, après avoir épuisé son stock de ruse et de rage, n’a trouvé d’autres moyens que de se lancer dans un lynchage médiatique contre notre leader charismatique, le président Boni Yayi que les députés du « Bloc de la Majorité Parlementaire », lors de leur rentée politique du 27 février 2018 à Azalaï Hôtel, ont accusé d’avoir posé des mines à son successeur.

Comment se pourrait-il que l’ancien Chef de l’Etat qui travaillait à faire élire son propre dauphin et y croyait, pose des mines à un successeur qui aurait bien pu venir de son propre camp ? Ce qui apparaît évident, c’est que depuis le congrès de Parakou, les 10 et 11 février 2018, et la visite de courtoisie de l’ancien président Boni Yayi le 25 février 2018 à la famille royale de Kétou éplorée, il s’est retrouvé dans le collimateur des hommes du pouvoir gagnés par la fébrilité.

C’est ainsi que la virée improvisée au domicile de l’ancien Chef de l’Etat le 06 mars 2018 des enseignants lors de leur marche de protestation contre le régime a été saisie et présentée en chorus, dès le lendemain, dans une certaine presse à charge, comme la preuve qu’il soit l’instigateur des tensions. Les FCBE s’indignent contre ces affabulations et appellent le Chef de l’Etat à discipliner sa troupe contre les inacceptables médisances proférées à charge contre un homme qui a tout donné pour ce peuple, et qui n’aspire maintenant qu’à partager son expérience au profit de la paix.

III-LA RÉPRESSION DE LA DERNIÈRE MARCHE DU FRONT DU SURSAUT PATRIOTIQUE :

Le vendredi 09 mars 2018, le Front du Sursaut Patriotique (FSP) était dans les rues de Cotonou pour protester, à travers une marche pacifique, contre les déviances du régime.

Lire aussi: Bénin-FCBE: «pas question d’organiser les élections avec une liste autre que la LEPI»

Force est de constater que cette marche a été dispersée par l’usage disproportionné de la force sur instructions et en présence du préfet du Littoral, qui a même fait procéder à l’arrestation de certains des marcheurs.

Les FCBE protestent contre cette entorse à la liberté de manifestation.Nous condamnons le zèle de ce préfet, lui-même repris de justice, et appelons les forces sociales et les partis politiques à demeurer vigilants pour la préservation des acquis démocratiques.

IV-LES ATTENTATS DE OUAGADOUGOU:

L’acte terroriste qui a frappé le Burkina Faso le vendredi 02 mars 2018, nous émeut profondément. Les FCBE adressent leurs condoléances au peuple Burkinabé, à ses représentants et à son président. Nous condamnons ces actes barbares et exprimons notre soutien au peuple du Faso et à toutes les forces organisées au sein du G5 Sahel, dans la lutte contre le terrorisme.

Le défi sécuritaire sur notre continent, devient un enjeu de plus en plus sensible et nous voudrions appeler l’attention des dirigeants du Bénin à s’impliquer davantage dans les questions qui touchent aux intérêts de la sous-région et de l’Afrique en général.

Vive la démocratie

Vive les Forces Cauris pour un Bénin Emergeant

Vive le Bénin

JE VOUS REMERCIE

Fait à Cotonou, le 13 Mars 2018

Pour le BEN,

Le Porte-Parole

Nourénou ATCHADE

 


  • Dedra
    il y a 6 mois

    Hey this is kind of of off topic but I was wanting to know if blogs use WYSIWYG editors or if you have to manually code with HTML. I'm starting a blog soon but have no coding experience so I wanted to get guidance from someone with experience. Any help would be greatly appreciated! Read Online and Download Your Favorite Book http://cosmeticacupuncture.co