POLITIQUE 0 Commentaire

Bénin : Talon déclaré «coupable de parjure» par…le PCB

Yao Hervé Kingbêwé
publié le 27 mars 2018

Le premier secrétaire du parti communiste du Bénin (PCB), Philippe Noudjènoumè, a animé un point de presse ce mardi 27 mars 2018. Lors de cette sortie médiatique, il a analysé les faits de violation de la constitution béninoise et a jugé le président Talon coupable de parjure.

Patrice Talon, le chef de l’Etat béninois, ne mérite plus la confiance du peuple. C’est ce que pense le Parti communiste du Bénin qui a animé ce mardi un point de presse.

Lors de cette sortie médiatique, le premier responsable du parti, Philippe Noudjènoumè a en effet indiqué le président de la République du Bénin a violé son serment.

« Depuis son avènement à la tête de notre Etat,  toute la pratique du pouvoir de la Rupture incarné par son Chef, le Président Patrice Talon n’est que l’étalage quotidien et en séries d’actes de violation de ces normes fondamentales qui fondent notre vivre ensemble depuis notamment 1990 », a déclaré M. Noudjènoumè.

Expliquant que le parjure est « le fait de faire de faux serment, de violer ou de ne pas respecter le serment prêté », le premier secrétaire du PCB fait savoir que « depuis deux ans, les actes de parjure commis par le Président Patrice Talon sont légions ».

A (RE) LIRE: Bénin-Salaires des ministres: Talon et Wadagni boudent une requête de la Cour Constitutionnelle

A l’en croire ces actes de parjures commis par le chef de l’Etat béninois peuvent être regroupés en deux catégories. La première, indique-t-il, la violation des dispositions expresses de la Constitution (violation par action) et la seconde, la violation par refus de se conformer aux dispositions de la Constitution (violation par abstention ou par omission).

 Parlant de violation par action, le premier secrétaire du parti communiste du Bénin évoque les interdictions de manifestations pacifiques, la détermination des « lignes rouges », la tentative sans succès de retrait du droit de grève aux magistrats, aux agents de santé et aux agents de la justice.

S’agissant de la violation de la constitution par abstention ou par omission, le parti communiste du Bénin cite les nombreuses décisions de la cour constitutionnelle jusque-là non exécutées.

« Patrice Talon piétine royalement toutes les décisions de la Cour jugées non conformes à sa volonté », a indiqué M. Noudjènoumè avant de juger que le président Talon est « coupable de parjures et de haute trahison ».

Pour le premier secrétaire du parti communiste, le chef de l’Etat devra donc, et ce, conformément aux dispositions constitutionnelles,  subir les rigueurs  de la loi. Il estime que le peuple doit simplement et purement retirer au président Talon, la confiance qu’il a placée en lui le 20 mars 2016, lors du second tour de la présidentielle.

AUTRES ARTICLES: 

Dette bancaire du Bénin : 5 questions embarrassantes du député Mitokpè au régime Talon

Sécurité au Bénin: 10 présumés arnaqueurs arrêtés

Bénin : démission à la préfecture du Zou


Vous pouvez désormais commenter les articles en tout anonymat. toutefois tout commentaire deplacé sera simplement retiré. merci