POLITIQUE 0 Commentaire

Guy Mitokpè: «environ 40 députés voteraient contre une nouvelle révision de la Constitution»

Léonce Gamai
publié le 4 avril 2018

Le 04 avril 2017, le projet de réforme constitutionnelle du président Patrice Talon a été rejeté par l’Assemblée Nationale, faute de majorité qualifiée. Député de l’opposition, Guy Mitokpè du parti Restaurer l’Espoir est parmi les parlementaires qui ont mené la bataille pour l’échec du projet. Un an après, il en reparle.

guy-dossou-mitokpeGuy Mitokpe, député de l'opposition et secretaire général du parti Restaurer l'Espoir

Un an après l'échec du projet de révision de la constitution, quels souvenirs en gardez-vous ?

Un an après l'échec du projet de révision de la constitution, j'éprouve un sentiment de fierté et de détermination. J'éprouve ce sentiment non pas parce que j'ai vu le projet d'un compétiteur né échoué mais parce que nous avons sauvé notre pays de l'impasse. 

Quel a été votre rôle dans l'échec de ce projet ?

Avant toute chose, je voudrais indiquer que ce n'est pas la victoire d'un individu ou encore la bataille d'un héros singleton. C'est la victoire effectuée par un groupe, mais c'est surtout la victoire du peuple. Cela est comparable à une équipe de football de 11 joueurs qui gagne un match au nom d'une Nation. Nous avons gagné au nom de la Nation béninoise. 

Il est vrai qu'en commission, j'étais le seul à voter contre l'acceptation du projet mais c'est un travail d'ensemble. 

Si c'était à refaire aujourd'hui, le feriez-vous?

Effectivement, c'est une excellente question. Si c'est à reprendre, je crois qu'on serait environ 40 Députés à voter pour le non à  la révision de la constitution.  Voyez-vous-même. Un an après l'échec du projet de révision de la constitution, qu'est que ce régime a apporté de plus au pays, si ce n’est la division et la vassalisation du Parlement. "Le Gouvernement maquette" fait du surplace et se fourvoie. Un an après la déception est plus grande parmi les partisans du régime. 

Lire aussi:témoignages sur les coulisses du rejet de la réforme constitutionnelle

Un an après les Béninois et Béninoises sont inquiets et sans boussole. C'est vrai que la constitution du 11 décembre 1990 a quelques faiblesses mais nous n'accepterons aucune révision précipitée et orientée. 

Avez-vous l'impression que le Chef de l'Etat procède à une révision en pièces détachées de la constitution comme l’avancent certains opposants?

Ce n'est pas qu'une impression, c'est malheureusement ce qui se fait depuis la cuisante défaite du « oui » à la révision de la constitution.  Les lois anti-sociales sont extirpées du projet rejeté et introduites comme des lois ordinaires recueillant du coup une majorité simple pour être adoptées mais nous gardons la maison et le peuple veille au grain...

 

Que faites-vous contre cela ?

Nous jouons notre partition, la constitutionnalité d'une loi ne relève pas de nos attributions. Cela revient à la Cour Constitutionnelle, et je crois que c'est le moment de féliciter les actuels sages de la Cour qui œuvrent inlassablement afin que notre République ne soit pas une République bananière. La lutte continue et de fort belle manière.  Nous sommes plus que déterminés à faire gagner le Bénin.

Réalisation: Léonce Gamaï

 

 


Vous pouvez désormais commenter les articles en tout anonymat. toutefois tout commentaire deplacé sera simplement retiré. merci