POLITIQUE 0 Commentaire

Coton-FNM-800 millions: la version de Koutché à la diaspora béninoise aux Etats-Unis (Vidéo)

Léonce Gamai
publié le 9 septembre 2018

Face à une partie de la diaspora béninoise au Etats-Unis ce samedi 08 septembre 2018, l’ancien ministre des finances de Boni Yayi s’est exprimé sur les différentes affaires de mauvaise gouvernance et d’enrichissement illicite supposés dans lesquelles il est cité au Bénin.

komi koutche rencontre la diaspora beninoise aux Etats-Unis Komi Koutché donne sa version des faits dans les "affaires KK"

 

Un petit show politique qui ne dit pas son nom. Une arrivée un brin majestueuse, un accueil chaleureux, quelques poignées de main, puis l’exécution de l’hymne national du Bénin pour lancer le «talk» à Allentown Road Camp David, Maryland. Komi Koutché face à la diaspora béninoise aux Etats-Unis, voire de l’Amérique du Nord.  L’ancien ministre d’Etat sous Boni Yayi donne sa part de vérité dans les «affaires KK».  D’abord directeur général du Fonds national de la microfinance (FNM), puis ministre de la communication et enfin ministre d’Etat chargé de l’Economie et des finances sous de le régime de Boni Yayi, Komi Koutché est cité dans plusieurs dossiers par celui de Patrice Talon. Qui dirige le Bénin depuis le 06 avril 2016. Baron du système Yayi, Komi Koutché est cité dans les affaires coton et Fnm et de vol à son domicile. Les chefs d’accusation contre lui sont nombreuses: détournement de deniers publics, abus de confiance, enrichissement illicite, corruption dans la passation des marchés publics, blanchiment de capitaux.

De l’affaire de concours frauduleux à celui de vol de plusieurs millions à son domicile de Bantè en passant par les affaires coton et Fnm, Komi Koutché a donné, de manière synthétique, sa version des faits.

 Dans le dossier coton, raconte-t-il, «je ne suis pas ministre de l’agriculture. Le rôle que j’avais joué en tant que ministre des finances, c’était de faciliter la mobilisation des ressources auprès de la BOAD qui était l’arrangeur financier. J’étais superviseur d’un comité qui s’occupait de l’aspect financier.»  «Aucun agent du ministère des finances  n’a été interpellé. Aucune implication de ma part», a-t-il martelé. Pour contre-attaquer les accusations de mauvaise gestion de 67 milliards au Fnm, Komi Koutché affirme qu’il a toujours fait certifier les comptes pendant son séjour à la tête de l’institution nationale de microfinance. «J’ai pris le soin de faire en sorte que tous les comptes du FNM aillent à la Cour suprême. Ce n’est pas toutes les structures publiques qui le font», a-t-il rappelé.  «Quand ont dit que des états financiers sont certifiés, ça veut dire qu’un audit légal a été réalisé et a prouvé qu’il n’y a pas de risques probant de mauvaise gestion », a insisté celui sous qui le FNM a reçu la certification ISO.  Il n’a d’ailleurs pas manqué de s’enorgueillir : «C’est la première structure publique de microfinance au monde certifiée ISO». Puis, il se désole: «c’est là qu’on dit qu’on a perdu 67 milliards alors que tout le budget du FNM en 10 ans n’atteignait pas 60 milliards.»

Dans les affaires Koutché, celle qui fait l’actualité est relative à un vol de plusieurs millions de Fcfa à son domicile de Bantè, sa localité natale (centre du Bénin) pendant la présidentielle de 2016. Pour ce dossier, le parquet général de la Cour d’appel de Cotonou a d’ailleurs saisi le Parlement pour l’autorisation de sa poursuite devant la Haute Cour de justice. Ce dossier, devrait être à l’ordre du jour de la session plénière du Parlement ce lundi 10 septembre 2018. «C’est un pur montage», regrette Komi Koutché. Comme l’ont indiqués ses avocats dans une correspondance au président de l’Assemblée nationale, il fait savoir que le montant en question est de très loin inférieur aux 800 millions évoqués par le procureur général. Il ajoute que l’affaire avait d’ailleurs été vidée par le tribunal de Savalou. Vous pouvez suivre l’intégralité de la vidéo des échanges de Komi Koutché avec la diaspora béninoise aux Etats-Unis en cliquant ici.


Vous pouvez désormais commenter les articles en tout anonymat. toutefois tout commentaire deplacé sera simplement retiré. merci