POLITIQUE 0 Commentaire

Lutte anti-corruption: Guy Mitokpè dénonce une «comédie politique» au Bénin

Falilatou Titi
publié le 14 septembre 2018

Le député de la minorité parlementaire Guy Dossou Mitokpè n’approuve pas la poursuite des anciens ministres du gouvernement Yayi. Même s’il est pour la lutte contre la corruption, il dit être farouchement contre une «comédie politique».

le depute guy mitokpe au benin Le député Guy Mitokpè intervient lors d'une séance plénière à l'Assemblée Nationale

 

«Je soutiendrai dans les limites de la loi, toute lutte véritable contre la corruption et les crimes économiques assimilés. Je n’ai jamais épousé les théories de la complaisance dans le cadre de la lutte contre la corruption » a déclaré le député Guy Dossou Mitokpè, lors de la plénière sur la demande de poursuite de cinq anciens ministres ce jeudi 13 septembre 2018. Néanmoins, nuance-t-il tant que cette lutte ne cesse d’être sélective, il ne la soutiendra point. 

Pour le député, le parlement ne doit pas être la cachette de ceux qui ont pillés les deniers publics. Il pense d’ailleurs que l’appartenance à un quelconque bloc parlementaire ne doit être un prétexte pour un député de soutenir l’impunité. Malheureusement, fait constater Guy Mitokpè, dans le dossier de poursuite des anciens ministres, « le Gouvernement préfère se livrer à une opération de charme à l’endroit des populations assoiffées de justice, que de poser les vrais problèmes ».

 Même s’il reconnaît le rôle important de la justice dans l’édification d’un pays, le député reste convaincu que certains juges béninois sont «très influencés par le pouvoir exécutif ». D’où son opposition au vote pour ces demandes de poursuite. «Le moment est venu afin que notre justice puisse montrer son impartialité dans la conduite de ces dossiers » a-t-il martelé.

"Lutte sélective"

Le député dit ne peut être rassuré par le gouvernement aussi bien dans sa démarche que dans son comportement. «Moi, je veux m’engager pour une vraie lutte contre la corruption et non pour une comédie politique», a-t-il conclu. Selon lui cette façon de lutter contre la corruption est un règlement de compte. «Par contre, il me convainc jour après jour qu’il se venge de certains acteurs politiques qui ne lui avaient pas facilité la tâche par le passé » fait savoir le député de l’opposition.

Mieux, il voit à travers cette lutte, un outil du gouvernement pour réduire les chances de certains citoyens lors des prochaines joutes électorales. «Ainsi donc, le Gouvernement procède à la neutralisation politique de tous ceux et celles qui lui tiennent tête, afin de les pénaliser pour les prochaines élections législatives, communales et présidentielle».

Pour le député le gouvernement doit chercher aussi à faire la lumière sur les dossiers tels que le bâtiment inachevé du siège de l’Assemblée Nationale, la centrale électrique de Maria-Gléta, l’affaire des machines agricoles, le fonds d’aide à la culture, le scandale sur les financements dédiés à approvisionner les populations en eau potable, etc., si tant est qu’il veut vraiment lutter contre la corruption au Bénin.

La demande de poursuite introduite à l’Assemblée nationale par la Haute Cour de justice concernaient les anciens ministres Komi Koutché, Aboubakar Yaya, Valentin Djènontin-Agossou, Fatoumata Amadou Djibril et Codjo Simplice Dossou. Les députés ont rejeté la demande de poursuite du premier et approuvé celles des quatre autres.


Vous pouvez désormais commenter les articles en tout anonymat. toutefois tout commentaire deplacé sera simplement retiré. merci