POLITIQUE 0 Commentaire

Bénin : le régime Talon vitriolé pour avoir taxé la communication

Olivier Ribouis
publié le 22 septembre 2018

Espérant être porté en triomphe au terme de son mandat, le Président béninois subit actuellement une avalanche de critiques après la mise en application d’un décret instituant la taxation des services de communication dans le pays.

patrice-talon Patrice Talon

Sale temps pour le régime de Patrice Talon. Sérieusement critiqué par l’opposition, le régime à la double désignation de « Rupture » et de « Nouveau départ » s’est mis à dos une bonne partie des Béninois. L’acte qui rougit les citoyens béninois est la mise en application d’un décret induisant la taxation des services de communication.

Intitulé « Décret N°2018-341 du 25 juillet 2018 portant introduction d’une contribution sur la consommation des services de communication électronique fournis par les réseaux ouverts au public en République du Bénin », l’acte  impose officiellement deux ordres de taxes. « 5% du prix hors taxe du service pour tous les services par SMS et internet » et « 5 F CFA hors taxe par Méga octet dans les cas de l’accès à internet utilisé pour fournir un service par plateforme OTT  ou une plateforme de réseau social ».

Dans les faits, depuis la mise en application du décret en début de semaine, les Béninois ont été surpris de constater une hausse vertigineuse des frais de communication, non seulement électronique mais aussi téléphonique. Les coûts ont carrément explosé mettant les Béninois en courroux contre les autorités du pays.

Dès lors, la campagne #TaxePasMesMo lancée sur internet pour opposer un refus catégorique à la nouvelle taxe est devenue un véritable mouvement d’ensemble. Les associations de blogueurs, de webactivistes et des start-up donnent de la voix pour exprimer leur indignation.

Au-delà des acteurs du numérique, les politiciens sont entrés dans la danse. A l’intérieur ou hors du pays, des personnalités politiques  condamnent une taxe qu’elles jugent oppressante pour la liberté d’expression. Les mots du ministre béninois de l’économie et des finances Romuald Wadagni qui, dans un excès d’humour, a affirmé que ceux qui critiquent le gouvernement sur les réseaux sociaux doivent en payer le prix, sont rappelés pour attribuer au régime Talon une intension liberticide.

En raison de cette impression de taxation de la critique à travers une mesure économiquement asphyxiante, la levée de bouclier observée contre le gouvernement s’intensifie. Entre autres, un Sit-In Pacifique #TaxePasMesMo, lancé vendredi 21 septembre à 17h a mobilisé une impressionnante communauté sur internet. Les Béninois sortent et prennent des photos avec le hashtag #TaxePasMesMo qu’ils postent avec des commentaires.

Il est également annoncé à travers La Voix du consommateur, une journée « GSM mort »  qui débute mercredi 26 septembre et a lieu « chaque semaine jusqu’à  nouvel ordre ». Comme quoi, les Béninois ne veulent pas se laisser faire.


Vous pouvez désormais commenter les articles en tout anonymat. toutefois tout commentaire deplacé sera simplement retiré. merci