POLITIQUE 0 Commentaire

Ruse à la Francophonie: Emmanuel Macron répond à Michaëlle Jean

Léonce Gamai
publié le 12 octobre 2018

Dans une interview exclusive à France 24 et RFI ce 12 octobre, le président français, Emmanuel Macron a répondu à la Secrétaire générale sortante de l’OIF qui dénonçait la veille, une organisation qui «ruse avec ses valeurs».  

michaelle jean et emmanuel macron francophonie Michaelle Jean et Emmanuel Macron à Paris (image d'archives)

 

Dans son discours à l’ouverture du 17ème sommet de la Francophonie à Erevan, en Arménie, Michaëlle Jean s’est déchargée. La secrétaire générale de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) n’a pas fait de cadeau aux chefs d’Etats et de gouvernement. Notamment ceux qui ont porté la candidature de la Rwandaise Louise Mushikiwabo contre la sienne au poste de Secrétaire général. L’actuel régime rwandais auquel appartient Louise Mushikiwabo étant accusé par nombre d’observateurs de violer les valeurs de démocratie et de droits humains prônés par la Francophonie. «Les valeurs valent pour tous les temps, pour tous les peuples et toutes les nations (…) nous voyons métastaser le désenchantement de la démocratie», a fait constater l’ancienne gouverneur général du Canada.

«Sommes-nous prêts à accepter que la démocratie, les droits et les libertés ne soient plus que des mots ?», s’intérroge-t-elle. Avant d’assener: «une organisation qui ruse avec les valeurs et les principes est déjà une organisation moribonde». Un message destiné aux chefs d’Etat, mais surtout au Français Emmanuel Macron qui a suscité et porté la candidature de celle qui est  ministre des affaires étrangères du Rwanda depuis 09 ans.

L’Afrique, épicentre de la Francophonie  

Macron n’était pas présent ce jeudi dans la salle pendant le discours de Michaëlle Jean.  Mais il a certainement reçu son message. Et le retour n’a pas tardé. «Quand la Francophonie est un club fermé où quelques-uns donnent des leçons aux autres, cela ne produit aucun résultat. Moi, je préfère bien plus une Francophonie qui porte de nouvelles exigences, on y reviendra et c’est ce que j’ai expliqué dans mon discours hier, mais où il y a un mouvement d’ensemble», a contre-attaqué le président du premier contributeur de la Francophonie dans une interview exclusive à France 24 et RFI.

Sans citer nommément Michaëlle Jean comme l’ont fait les journalistes dans leur question, Emmanuel Macron lui répond : «L’épicentre actuel de la Francophonie, c’est l’Afrique. Donc j’ai dit que s’il y avait une candidature africaine qui faisait consensus, la France la soutiendrait. Il se trouve que le Rwanda qui préside cette année l’Union africaine a présenté la candidature de sa ministre des Affaires étrangères. Elle a su construire ce consensus. Elle a acquis le soutien qui a été réaffirmé dans notre huis clos ce matin de tous les Etats de l’Union africaine. Il était donc normal que l’engagement soit tenu. Et dans ce contexte-là, je pense que c’est beaucoup plus une Francophonie de conquête qu’on a vue durant ce sommet, et qu’on va continuer à voir».


Vous pouvez désormais commenter les articles en tout anonymat. toutefois tout commentaire deplacé sera simplement retiré. merci