POLITIQUE 0 Commentaire

Bénin : Houngbedji lâché par un soutien à Porto-Novo

Yao Hervé Kingbêwé
publié le 6 décembre 2018

A la faveur d’une sortie médiatique mercredi 5 décembre à Porto-Novo, Karim Urbain da Silva a désapprouvé la décision du PRD de Me Adrien Houngbédji de quitter le bloc républicain.

adrien-houngbedji La décision du président Houngbédji et du PRD n'agréent pas tout le monde

La pilule du retrait du Parti du renouveau démocratique (PRD) du bloc républicain, parti de la mouvance en gestation, est difficile à avaler pour les sages de Porto-Novo, en tout cas pour leur président. Karim da Silva, président du Conseil des sages de la ville de Porto-Novo, à la faveur d’une sortie médiatique mercredi 5 décembre, a publiquement désapprouvé l’option du président Adrien Houngbédji et du PRD.

« Je ne suis pas contre Adrien Houngbédji, mais je suis contre sa politique », a déclaré Karim Urbain da Silva. Le président du Conseil des sages de ville de Porto-Novo craint que cette décision du parti arc-en-ciel le conduise dans l’opposition, et ce, avec des conséquences fâcheuses pour la capitale du Bénin.  

Selon Karim Urbain da Silva, depuis une trentaine d’années, la capitale du Bénin connaît un retard dans son développement en raison de l’étiquette de « ville d’opposition » qui lui est longtemps restée collée à la peau. Le Prd a fait l’opposition d’abord au régime de Nicéphore Soglo, ensuite à celui du général Mathieu Kérékou puis à Boni Yayi. Une opposition, est convaincu Karim da Silva, a eu un impact négatif sur le développement de Porto-Novo. « Aujourd’hui, on a honte de Porto-Novo qui ne ressemble pas à la capitale d’un pays », a fait remarquer Karim da Silva pour qui, les habitants de la ville aux trois noms doivent se désolidariser de la politique du PRD et de Me Adrien Houngbédji pour rattraper un tant soit peu son retard en matière de développement.

Le Parti du renouveau démocratique a annoncé mi-novembre son retrait du processus de création du bloc républicain. Cela, entre autres, en raison du désaccord au sujet des positionnements sur les listes pour les prochaines législatives et la question du logo. Karim da Silva trouve ce dernier argument absurde. Pour lui, il est inadmissible que pour des raisons de logo, le PRD se retire du processus de création du bloc républicain.  Karim da Silva qui semble déchanter après l’annonce du PRD de soutenir le président Talon, décision qui l’avait réjoui, dit ne pas comprendre la posture de Houngbédji, un homme en qui il avait cru depuis 1990.


Vous pouvez désormais commenter les articles en tout anonymat. toutefois tout commentaire deplacé sera simplement retiré. merci