POLITIQUE 0 Commentaire

Togo-Elections : le gouvernement interdit les manifestations, le C14 s’y oppose

Falilatou Titi
publié le 7 décembre 2018

Le ministre gouvernement togolais a interdit toute manifestation en cette période électorale. Une interdiction que repousse l’opposition qui invite au boycott des prochaines élections.

togo-protestation Marche de l'opposition à Lomé

La coalition des 14 partis de l’opposition (C14) a annoncé deux jours de marche à Lomé et dix jours de marches synchronisées sur tout le territoire togolais. En période électorale, on ne peut accepter des manifestions de protestation. C’est du moins ce que pense le ministre de l’Administration territoriale. En effet, le mardi 4 décembre, alors que la commission électorale a ouvert la campagne pour les élections législatives du 20 décembre 2018, le C14 a déclaré cette journée « morte » pour arrêter le processus en cours.

Selon Jeune Afrique, le ministre a interdit toute manifestation en cette période électorale parce qu’il voit en ces marches, un risque élevé de troubles graves à l’ordre public.  « Le risque que (leurs) caravanes et cortèges se heurtent à ceux des partis engagés dans la campagne électorale demeure par conséquent fort probable » justifie le ministre Payadowa Boukpessi. Autre raison pour interdire les manifestations du C14 : « Les leaders de la coalition ont publiquement indiqué qu’ils empêcheront la tenue des législatives par tous les moyens » rappelle le ministre de l’Administration territoriale.

Pour ce faire, ce jeudi 6 décembre 2018, un détachement des forces de l’ordres et de sécurité a été déployé devant le siège de la convention démocratique des peuples africains (CDPA). En dehors de ce lieu où la « la caravane de sensibilisation » du C14 devait commencer, les forces de l’ordre étaient également présentes sur tous les itinéraires annoncés par les manifestants. « Le ministre n’a pas à interdire nos manifestations. Le code électoral nous autorise, en tant que partis politiques légalement constitués, à faire campagne. Nous nous en tenons à ce que nous avons prévu », martèle Brigitte Adjamagbo Johnson, coordinatrice du C14, citée par JA.

Par ailleurs, les forces de l’opposition togolaise ont décidé de boycotter les prochaines élections locales, référendaires et législatives des 16 et 20 décembre 2018. L’organisation desdites élections est prévue dans la feuille de route de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) pour une sortie de la crise togolaise qui a commencé depuis septembre 2017.


Vous pouvez désormais commenter les articles en tout anonymat. toutefois tout commentaire deplacé sera simplement retiré. merci