POLITIQUE 0 Commentaire

Libération provisoire de Gbagbo : la Côte d’Ivoire mouvementée par une fausse alerte (Vidéo)

Falilatou Titi
publié le 14 décembre 2018

A Yopougon, des partisans de Front populaire Ivoirien (FPI) ont chanté et dansé suite à l’annonce erronée de la libération provisoire de l’ancien Président ivoirien Laurent Gbagbo, ce vendredi 14 décembre 2018.

laurent-gbagbo-cpi Laurent Gbagbo, ex-Chef d'Etat ivoirien détenu à la Haye

Ils ont chanté et dansé suite à la supposée libération provisoire de Laurent Gbagbo. Eux, ce sont les habitants de Yopougon, un quartier populaire d’Abidjan et fief du Front populaire ivoirien (FPI), parti de l’ancien Chef d’Etat. Ce jeudi 13 décembre, une audience à huit clos s’est tenue à la Cour pénale Internationale (CPI) sur la demande de libération provisoire de l’ex-Président Ivoirien. A l’issue de cette audience, le substitut de la Procureure Bensouda, en la personne de Eric McDonald, n’était pas favorable à la libération de Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé, détenus à la Haye pour crime de guerre et crime contre l’humanité dans la crise post-électorale de 2010-2011 en Côte d’Ivoire.

Pour l’adjoint de la procureur, si les deux hommes doivent être libérés provisoirement, il leur  faut accepter certaines conditions. Il s’agit entre autres, de l’abstention de prendre la parole en public, du port d’un bracelet électronique et d’une visite hebdomadaire de la police de leurs pays d’accueil. Aussi, il est hors de question qu’ils rentrent en Côte d’Ivoire. Mais c’est tout le contraire qui a été distillé dans l’entourage de l’ex-Chef d’Etat. Selon l’AFP, un des avocats de FPI a confirmé avoir annoncé ce vendredi 14 décembre la libération provisoire de Laurent Gbagbo. « Certaines personnes m’ont donné cette info. J’ai été emportée par le mouvement. Mais la CPI n’a pas rendu de décision » a-t-il reconnu. L’épouse du Président Gbagbo quant à elle, a annoncé cette nouvelle devant des journalistes.

La nouvelle n’a pu laisser les partisans de Gbagbo indifférents. En détention depuis 2011, de nombreux Ivoiriens attendent impatiemment la libération de l’homme politique. Les chansons, danses et cris dans les rues de Yopougon montrent la joie des populations de ce fief historique du FPI d’accueillir leur leader politique. Mais une source officielle de la Haye va très tôt les désillusionner. « Aucune décision n’a été prise et je n’ai aucune indication de quand la décision sera rendue » a laissé entendre Fadi El Abdallah, porte-parole de la CPI à la Haye. Après 7 ans de procès, c’est en mars 2019 que la CPI va se prononcer sur le fond de la détention de Laurent Gbagbo et son poulain.

Voir la vidéo  de la liesse populaire à Yopougon


Vous pouvez désormais commenter les articles en tout anonymat. toutefois tout commentaire deplacé sera simplement retiré. merci