POLITIQUE 0 Commentaire

Bénin-Union progressiste : les femmes du parti en mode appropriation à Cotonou

Olivier Ribouis
publié le 22 décembre 2018

Réunies ce samedi 22 décembre 2018 à la maison des jeunes de Agla à Cotonou, les femmes membres fondateurs du parti Union progressiste ont revisité les textes fondamentaux de leur formation politique pour se les approprier avant d’entrer en phase de vulgarisation dans tout le Bénin.

femmes-union-progressiste-benin Première sortie des Femmes progressistes

A l’Union progressiste, les femmes s’outillent déjà pour mieux défendre les idéaux de leur parti. A la maison des jeunes d’Agla à Cotonou, les femmes membres fondateurs de l’Union progressiste se sont retrouvées pour s’«approprier les documents fondamentaux » de leur parti avant de passer à la vulgarisation dans toutes les communes du Bénin.

A l’ouverture des travaux ce samedi 22 décembre 2018, étaient présentes, deux femmes ministres. Marie-Odile Attanasso en Charge de l’Enseignement supérieur et Bintou Adam Taro, celle qui s’occupe des Affaires sociales auprès du Président Patrice Talon.

La direction des travaux est assurée par un présidium dont  Sènamy Christelle Dan est le premier rapporteur. « Il y a eu deux communications. Nous avons étudié les textes du statut particulier et le règlement intérieur », a-t-elle indiqué. Aussi, fait-elle savoir, les femmes progressistes se sont familiarisées avec le logo, la devise et l’hymne de leur formation politique.

A l'entame, Sèdami Mèdégan Fagla, la présidente du présidium a saisi l’occasion pour rappeler aux femmes ce que représente l’Union progressiste pour elles. C’est « un parti politique d’envergure nationale,  un grand instrument de développement par lequel, désormais, nous femmes longtemps marginalisées pouvons-nous exprimer sur l’échiquier national, à la face du monde»,  a déclaré Médégan Fagla.

Lutte pour la représentativité des femmes

senamy-christelle-dan-union-progressiste-benin Sènamy Christelle Dan, 1er rapporteur du présidium des Femmes progressistes

Officiellement née à la faveur d’une assemblée générale tenue le  02 décembre 2018, l’Union progressiste compte peser de tout son poids lors des législatives de 2019.  Pour ce rendez-vous, les femmes du parti entendent  faire valoir leur capacité de mobilisation et de persuasion avec la bénédiction du bureau politique national. « Nous sommes à la veille du premier test des élections législatives. Les gagner au point d’assurer à l’Union progressiste, une majorité confortable devient un impératif », a déclaré la présidente du présidium.

Les femmes membres fondatrices de l’Union progressiste veulent notamment relever « le défi de l’amélioration de la représentativité de la femme béninoise » dans toutes les grandes instances de décision du pays. A cela s’ajoute celui de « l’amélioration des conditions de vies » des enfants et des femmes.

 Au terme des travaux, selon Sènamy Christelle Dan, le premier rapporteur, «il y a eu beaucoup de recommandations pertinentes qui seront consignées dans le rapport » à transmettre au Bureau politique national qui n’est pas à l’origine de l’initiative de la rencontre d’appropriation des textes fondamentaux organisée par les femmes progressistes.


Vous pouvez désormais commenter les articles en tout anonymat. toutefois tout commentaire deplacé sera simplement retiré. merci