POLITIQUE 0 Commentaire

RDC-Présidentielle 2018: l'attitude de l'Eglise catholique blâmée par le camp Kabila

Falilatou Titi
publié le 5 janvier 2019

La coalition au pouvoir en République Démocratique du Congo (RDC) dénonce la prise de position de la conférence épiscopale à la suite des élections du 30 décembre 2018.

kabila-joseph Le camp du président Kabila blâme l'Eglise catholique

La conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco) blâmée par la coalition au pouvoir en République Démocratique du Congo (RDC) pour son attitude au lendemain des élections du 30 décembre 2018. Dans la présentation de son rapport préliminaire à l’issue des élections générales, le 3 janvier 2019, la Cenco affirmait connaître le vainqueur de la présidentielle et a invité la commission électorale, en tant qu’institution d’appui à la démocratie à « respecter la vérité et la justice ».

Lors d’un point de presse vendredi 4 janvier 2019, le porte-parole du Front commun pour le Congo (FCC) a vertement critiqué cette attitude de la Cenco qu'il juge « partisane, irresponsable et anarchique ».

Cette attitude viole autant la constitution congolaise que la loi électorale et la charte de bonne conduite, à en croire Barnabé Kikaya Bin Kaburi, rapporté par  Jeune Afrique.  Dans sa déclaration, le porte-parole du FCC a indexé l’abbé Donatien Nshole, secrétaire général de la Cenco. Pour Barnabé Kikaya Bin Kaburi, ce prêtre ne doit pas se permettre de « proclamer en toute illégalité des tendances culminant au choix à la présidentielle d’un candidat déjà bien identifié ».


Vous pouvez désormais commenter les articles en tout anonymat. toutefois tout commentaire deplacé sera simplement retiré. merci