POLITIQUE 1 Commentaire

Présidentielle en RDC: voici les résultats de l’Eglise catholique

Léonce Gamai
publié le 18 janvier 2019

En République Démocratique du Congo (Rdc), la Conférence épiscopale nationale (Cenco) a  transmis, jeudi 17 janvier 2019, son rapport d’observation de l’élection présidentielle à la Commission électorale (Ceni).

cenco rdc La Cenco donne sa version des résultats de la présidentielle du 30 décembre en RDC

 

Pour la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco), l’opposant Martin Fayulu a largement remporté l’élection présidentielle du 30 décembre  2018. Cette structure dirigeante de l’église catholique en République démocratique du Congo (Rdc) le crédite d’un score d’au moins 60% des suffrages exprimés. Donc, loin devant l’autre opposant Félix Tshisekedi pourtant déclaré gagnant par la Commission électorale avec 38, 57 % des voix. Ces résultats de la Ceni, proclamés le 10 janvier 2019, ont été acceptés par le camp du président sortant Joseph Kabila. Son dauphin Emmanuel Ramazani Shadary est arrivé 3ème selon la Ceni. Mais les chiffres de la commission électorale sont contestés par Martin Fayulu, la France et l’Eglise catholique. Les évêques estiment que les résultats de la Ceni ne sont pas conformes à la vérité des urnes.

La Cenco dit avoir fait un comptage parallèle des voix. Depuis l’annonce des résultats officiels, elle n’avait pas encore donné de détails sur sa version des résultats. Dans son rapport transmis à la Commission électorale jeudi  17 janvier, cité par RFI, la Cenco apprend qu’elle a collecté les données grâce à ses 40 000 observateurs déployés sur le terrain. 7886 autres observateurs  se sont dédiés au comptage des votes. A l’issue de vérification faite en tenant compte d’abord de 10, 72 % des bureaux de vote, ensuite 42, 92 des suffrages et ensuite 71, 53%, la Cenco donne Marin Fayulu vainqueur avec 62 % des voix. Elle donne Tshisekedi et Shadary, deuxième et troisième loin derrière avec environ 17% chacun. Les chefs catholiques soutiennent que, même avec la prise en compte des 29 % de suffrages non considérés dans leur rapport, ces deux candidats ne peuvent pas rattraper Martin Fayulu. L’épiscopat demande à la Ceni de publier les résultats par bureau de vote pour la confrontation.

Le contentieux électoral est déjà porté devant la Cour constitutionnelle habilitée à proclamer les résultats définitifs du scrutin. A l’issue d’une réunion d’urgence tenue à Addis Abeba, l’Union africaine appelle à la suspension de la proclamation des résultats définitifs. Les chefs d’Etat africains soutiennent qu’il existe de «sérieux doutes sur la conformité des résultats provisoires» livrés par la Ceni, lit-on dans le communiqué publié par l’UA. Les autorités congolaises rétorquent que la Cour constitutionnelle n’a pas à recevoir de directives de l’UA.


  • Longe
    il y a 7 mois

    Les opportunistes ,ils ont reçus plus de 1.000.000 de dollars Américain au près de Moïse katumbi