POLITIQUE 0 Commentaire

RDC: l’Eglise catholique divisée sur la reconnaissance de Tshisekedi comme Président

Léonce Gamai
publié le 28 janvier 2019

Alors même que la Conférence épiscopale du Congo traîne à se prononcer, des évêques du Kasaï, région d’origine du nouveau chef d’Etat  Félix Tshisekedi, lui apportent leur soutien.

felix tshisekedi division de l'église catholique en rdc Félix Tshisekedi, nouveau président de la RDC

 

En République démocratique du Congo (Rdc), ça sent la division au sein des dirigeants de l’Eglise catholique sur la reconnaissance de Félix Tshisekedi. La Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco) qui conteste l’élection de l’opposant ne s’est pas encore prononcée sur son investiture dans ses fonctions de président de la république, jeudi 24 janvier 2019. Pourtant, plusieurs évêques du Kasaï, région d’origine  du nouveau chef d’Etat lui ont apporté leur soutien dans un communiqué publié le 27 janvier. «Nous bénissons dieu pour notre nouveau président de la République (…) Son avènement se veut une étape dans la réalisation du rêve de démocratie et de progrès social de tout le peuple congolais», ont annoncé ces dirigeants Catholiques dans un communiqué cité par Jeune Afrique. Le communiqué sanctionne une session extraordinaire qu’ils ont tenue du 25 au 26 janvier. En «joie», les sept prélats et l’administrateur diocésain voient en l’élection de Félix Tshisekedi «le couronnement du long combat politique de monsieur Étienne Tshisekedi (le père d’Etienne, nldr), l’un de ces grands hommes politiques congolais dont le patriotisme marquera l’histoire de notre pays.» Favorables à «l’avènement de l’Etat de droit», les leaders religieux se disent  «prêts» à «s’opposer, sans parti pris, à toute violation de la démocratie».

Toujours sur les pages de Jeune Afrique, un ancien président de la conférence épiscopale n’a pas fait de cadeau à l’acte de ses «frères» du Kasaï. Rappelant qu’il est déjà arrivé au Congo que des évêques aient été  «débauchés par des hommes politiques pour bloquer des positions hostiles aux autorités». L’ancien patron de l’église catholique en RDC estime sous anonymat que les évêques du Kasaï, en déclarant leur soutien à Félix Tshisekedi, «semblent être attachés plus que jamais au régionalisme ethnique, à leur tribu, qu’à l’unité de l’Église et de l’Assemblée épiscopale nationale et à soigner l’image de la Cenco».

Pour la Cenco, faut-il le rappeler, le vainqueur de la présidentielle du 30 décembre 2018 est l’autre opposant, Martin Fayulu.

 


Vous pouvez désormais commenter les articles en tout anonymat. toutefois tout commentaire deplacé sera simplement retiré. merci