POLITIQUE 0 Commentaire

Bénin-Législatives 2019: questions choc aux candidats à travers des «lettres aux futurs députés»

Léonce Gamai
publié le 6 février 2019

Progressiste ou Républicain, Prd, Udbn ou  Dud. Fcbe, Usl ou encore Restaurer l’Espoir. En fait, de la mouvance ou de l’opposition, candidat aux législatives du 28 avril 2019, que comptes-tu faire pour les Béninois et le Bénin une fois au Parlement ?  Question majeure, déclinée en une série de préoccupations, de plusieurs citoyens béninois réunis au sein du Civic Academy for Africa’s Future (CiAAF) aux candidats. C’est à travers une initiative baptisée «Lettres aux futures députés».  

lettres aux futurs députés au Bénin Questions pour les futurs locataires de ce bâtiment, siège du Parlement béninois

 

«Ce sont des lettres qui adressent publiquement des préoccupations et des questions de fond, en marge des passions, aux candidats aux législatives du 28 avril 2019», explique le politologue Expédit Ologou, président du Ciaaf. L’objectif de la démarche, précise-t-il, est de «contribuer à instaurer le débat approfondi et dépassionné sur la qualité de notre Assemblée nationale et de ses futurs membres.»

Le Ciaff a lancé cette initiative pour trois raisons. «Parce qu’il s’agit de notre pays, notre pays à nous tous, parce qu’il s’agit de l’Assemblée nationale, une institution centrale de notre démocratie, parce que les futurs députés vont décider les quatre (4) prochaines années de notre avenir individuel et collectif », énumère le leader du jeune think tank (un centre de recherches indépendant) qui a «mobilisé un groupe de jeunes intellectuels, experts et citoyens béninois». Les lettres seront publiées deux à trois fois par semaine. Et pour qu’elles aient une portée, le président du Ciaff lance un appel aux Béninois.

«Dès que vous les avez en mains, elles ne sont plus celles de leurs auteurs. Elles deviennent vôtres. Elles sont les Lettres de tous les citoyens. Elles sont très modestes. Elles sont juste une brève introduction au problème qu’elles évoquent. Prenez-les. Appropriez-les-vous, améliorez-les, mûrissez-les et faites d’elles ce qu’il vous semble utile d’en faire pour le bien de notre pays.» Ci-dessous l’intégralité de la première lettre, introductive.

Lettres aux Futurs Députés : pourquoi et pour quoi faire ?

Citoyens du Bénin, aux urnes, le 28 avril 2019 ! Le devoir républicain nous appelle ! Pour choisir nos représentants : les députés de la 8ème législature de notre Parlement depuis les premières élections du Renouveau démocratique en 1991.

Depuis quelques mois déjà, les « blocs » politiques se forment, se déforment, se reforment et se réforment. Les passions montent. De même, il y a de l’espace et du temps pour toutes sortes d’initiatives.

Le Civic Academy for Africa’s Future (CiAAF), un jeune think tank – c’est-à-dire un centre de recherches indépendant – a mobilisé un groupe de jeunes intellectuels, experts et citoyens béninois autour de l’initiative Lettres aux Futurs Députés. Ce sont des lettres qui adressent publiquement des préoccupations et des questions de fond, en marge des passions, aux candidats aux législatives du 28 avril 2019. En cela, notre initiative, Lettres aux Futurs Députés, n’a rien d’original. Avant nous, pareille œuvre avait déjà été entreprise avec succès par de respectables aînés – l’Abbé André Quenum, de vénérée mémoire, Mathias Hounkpè et Francis Lalèyè – : Lettres aux présidentiables de 2011[1].  L’originalité de notre initiative se trouvera, peut-être, dans les techniques et les stratégies qui la portent avec les outils d’aujourd’hui.

Mais pourquoi avons-nous décidé d’écrire ces Lettres ?

D’abord, parce qu’il s’agit de notre pays, notre pays à nous tous. Et en tant que citoyens de ce pays, nous avons le droit et même le devoir de débattre publiquement des problèmes qui concernent l’avenir et le devenir de notre pays. L’emploi des jeunes ; l’état de notre système éducatif ; la situation de nos hôpitaux et la gouvernance du personnel médical ; le glyphosate ; la rémunération des emplois publics ; le droit d’accès à l’information, la qualité du travail de nos institutions, la recherche scientifique, bref, l’état de santé de notre Etat. 

Le futur député n’a pas encore de visage ou du moins, pour l’heure, il n’a qu’un seul visage : celui du citoyen. Donc, adresser des Lettres aux Futurs Députés, c’est... Cliquez ici pour lire la suite.

 

 


Vous pouvez désormais commenter les articles en tout anonymat. toutefois tout commentaire deplacé sera simplement retiré. merci