POLITIQUE 0 Commentaire

Bénin/Manifestation à Porto-Novo : des arrestations annoncées par le Directeur général de la Police

La rédaction
publié le 25 février 2019

Suite aux manifestations "spontanées" à Porto-Novo et Sèmè-Podji pour des élections législatives inclusives, la directeur général de la Police républicaine, le Général Nazaire Hounnonkpè, a annoncé des arrestations. Lire sa réaction au micro de Frisson radio

police-republicaine La police a procédé à des arrestations à la suite des manifestations à Porto-Novo

Effectivement très tôt ce matin, des individus ont pris d’assaut le pont de Porto-Novo et nous avons essayé de leur expliqué que conformément aux dispositions en vigueur dans notre pays, toute manifestation est subordonnée à une déclaration trois jours francs à la mairie avant de se mettre dans la rue. On a mis beaucoup de temps à leur expliquer. Ils ne voulaient rien comprendre. On a été obligé d’utiliser les moyens légaux pour les disperser afin que la circulation puisse reprendre. Je voudrais profiter pour rappeler aux gens que toutes les fois qu’ils ne vont pas faire la déclaration, préalable et vont se mettre dans la rue, ils tombent sous le coup des dispositions de l’article 237 du code pénal qui réprime les attroupements. Personne ne leur refuse de manifester mais il y a des préalables. Donc tout ce qui est spontané, ils vont prendre les rues spontanément, aller brûler les pneus, ils encourent des peines d’emprisonnement pour délit d’attroupement. Ils disent qu’ils protestent contre le fait qu’on empêche l’opposition de prendre part aux élections. S’ils veulent protester, ils n’ont qu’à faire seulement la déclaration mais ils ne peuvent pas aller bloquer le pont, empêchant les autres usagers de jouir de leur liberté.

Plusieurs personnes ont été arrêtées et seront présentées au Procureur de la république. Alors où je vous parle, les arrestations se poursuivent. Tous ceux qui ont pris part à ces manifestations seront interpellés. Ça peut prendre des jours, puisque nous avons les images, nous allons procéder à leur arrestation et ils vont répondre devant les juridictions. Dès qu’ils sont venus, les camarades leur ont dit que ce n’est pas possible, mais comme ils se sont apprêtés et étaient comme des pêcheurs sous le pont, automatiquement ils ont envahi partout avec des groupuscules un peu partout, ce n’est pas une surprise. Il y a toujours des éléments qui sont sur le pont et qui ont donné l’alerte mais comme c’est des gens qui ont pris les dispositions pour violer les textes de la République, ils se sont mis à plusieurs endroits et vous savez la circulation à ces heures-là sur la route de Porto-Novo étant déjà compliquée dès qu’un véhicule s’immobilise, la circulation est bloquée immédiatement.

Nous sommes dans un Etat de droit et tout individu doit comprendre que dans un Etat de droit, les litiges sont déférés devant les juridictions. Personne n’a le droit de régler ses problèmes par la force, ni par la violence. C’est la voie judiciaire, soit nous avons plusieurs possibilités, soit c’est le juge administratif, soit c’est le juge constitutionnel. Pourquoi on ne veut pas utiliser les voies de droit et on pense qu’on peut utiliser la force ? Etant entendu qu’ils doivent comprendre que la police a le monopole de l’usage de la violence légitime. Nous avons le monopole de l’usage de la violence légitime. Donc s’ils posent des actes de manière à perturber le cours normal des choses, à perturber et à troubler la quiétude, à perturber le déroulement des activités, si l’ordre public est troublé, nous sommes investis par les lois de la République à rétablir l’ordre.

Comment voyez-vous les prochains jours ?

Moi je pense que tout va bien se passer parce que nous sommes un peuple mûr. Si on vous invite à une manifestation qui ne respecte pas les textes et naïvement ou bêtement vous participez, le code pénal a prévu des peines d’emprisonnement. Vous allez vous retrouver en prison, abandonnant vos familles, vos activités et personnes ne viendra à votre secours. On peut manifester, sans casser, sans brûler les pneus. Lorsque vous brûlez les pneus sur le goudron, vous détruisez les infrastructures donc vous faites reculer le pays puisque dans tous les cas ce qui est détruit va être reconstruit alors que si ce n’était pas le cas, ces ressources pouvaient servir à faire d’autres choses. On n’a pas besoin de détruire notre pays pour exprimer son mécontentement.


Vous pouvez désormais commenter les articles en tout anonymat. toutefois tout commentaire deplacé sera simplement retiré. merci